Le circuit des chapelles par la colline de Paracol

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Geocaching et jeux, Rando à thème, Rando familialeMots-clés , 2 commentaires sur Le circuit des chapelles par la colline de Paracol
 

IMG_3904.JPGIMG_3908.JPGMes deux acolytes ont renoncé à cette balade parce que la météo annonçait des pluies éparses partout en région PACA. Equipée contre la pluie, j’ai décidé de faire plusieurs balades courtes au cas où… je suis retournée près de Brignoles, dans le village du Val, à la découverte du riche patrimoine religieux. Un arbre en fleurs, enfin, annonce l’arrivée du printemps.

Site personnel, le chemin de Paracol

La météo aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_3906.JPGIMG_3958.JPGLa première chapelle Saint-Jacques n’a pratiquement plus rien qui permette d’identifier un monument religieux. L’oratoire Saint-Jacques, rebaptisé Saint-Etienne par Etienne Marie qui l’a remis en état, a meilleure allure à l’entrée du chemin de la Coualo de l’oulo

Le Val et la religion

IMG_3913.JPGIMG_3910.JPGL’oratoire Saint-Cyriaque à l’entrée du chemin qui s’écarte vers la droite annonce la montée vers la chapelle du  nom d’un diacre martyr, second patron du Val. « En 1793, […], la chapelle de saint-Cyriaque fut vendue comme bien national.[…] En 1827, par décret du 21 septembre, elle fut érigée en chapelle de secours.  […] A la procession solennelle, les jeunes gens portaient triomphalement la statue du Saint-Patron. La chapelle rurale ne pouvant contenir la foule, on avait dû élever un hangar pour abriter les pèlerins. »

IMG_3928.JPGIMG_3931.JPGJe poursuis la montée sur une large piste forestière, tantôt à découvert, tantôt en sous-bois, tantôt dans une zone incendiée. Au loin la croix de Paracol domine le Val : c’est là que je vais. En bois autrefois, elle existe depuis au moins 1678 mais a été remplacée par une croix en métal. Le castrum de Paracol, lieu de refuge, y a existé jusqu’au XIIIe. La vue donne sur des ondulations de collines aujourd’hui sous un voile de pluie.

IMG_3929.JPGNotrIMG_3935.JPGe Dame de Paracol, qui date du IXe siècle, représente un exemple d’architecture romane, trapue. Il abrite encore la statue de ND de Paracol achetée aux Pères Augustins de Brignoles en 1751. Chaque année, par le chemin des pèlerins, les villageois ramènent l’effigie de la sainte habillée et couverte de bijoux, à la paroisse où elle elle reste le temps des festivités. Recouverte d’or, elle brille au soleil, semblant les guider de loin jusqu’à elle. Deux paires de statuettes porte-flambeau en bois peint ont été classées MH au titre d’objet en 1996.

Durant les pélerinages, la coutume est de jeter un caillou dans la niche de chaque oratoire. Si l’on vise juste, on a des chances que les voeux soient exaucés…  Chapelles de Provence, E.Bousquet-Duquesne, Editions Ouest-France, 2009

IMG_3945.JPGIMG_3943.JPGEn léger contre-bas de celle-ci, je découvre la chapelle Saint-Blaise. « Avant de devenir chapelle, Saint-Blaise fut une église [Saint-Jean] construite par les seigneurs de Chateaurenard. […] ce très joli ermitage du XIe siècle, restauré au XVIIe siècle, est précédé par un jardin très soigné : yeuses, genêts, lilas, cyprès… dans lequel ont été installés des points de repos pour les pèlerins. » La grosse pierre devant sert d’autel lors des messes en plein air. Une petite fontaine accolée à la façade devait désaltérer les pélerins appelés par la cloche à entamer leur ascension.

Histoire du val

IMG_3951.JPGLe chemin des pèlerins qui redescend au Val  est caillouteux et désagréable tant les pierres ont été remuées par le passage probable de moto-cross ; il a dû autrefois être entretenu : des marches aménagées grossièrement dans le sol sont encore visibles. Je salue des randonneurs qui montent à l’ermitage : ce seront les seules personnes que je croiserai. Par moment, la terre rouge riche en alumine et fer qui s’est autrefois sous des conditions tropicales, rappelle qu’au Val était exploitée la bauxite.

Durant les pélerinages, la coutume est de jeter un caillou dans la niche de chaque oratoire. Si l’on vise juste, on a des chances que les voeux soient exaucés.

En tout j’ai compté une dizaine de témoignages religieux sur ce circuit et je ne vous parle pas de ceux que vous trouverez au village et en bordure des autres routes !

le Val circuit chapelles 6km 2h déplacement (2h15 au total) 238m dénivelée

Quand je suis rentrée de ma journée, j’ai loggué la cache GC1JJ7E le dolmen des Adrets (il s’agit du dolmen I, il y a aussi le II, le III et le IV) que j’avais cherchée l’après-midi et je me suis rendue compte qu’il y en avait deux sur la colline de Paracol ! GC1KH59 les 4 rocs, jcoud team et GC1KXQ7 Paracol, jcoud team

bullet1.gif

1paracol : pares colles = collines pareilles

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

Le grand et le petit Laoucien

Publié le Catégories ----- * Provence Verte 83, 83 Var, Rando familialeMots-clés , , , Un commentaire sur Le grand et le petit Laoucien
 

Nous nous arrêtons sur l’aire d’accueil au départ d’une boucle autour du plus grand lac à la Roquebrussanne. estoublon m’en avait parlé avec tant d’enthousiasme que j’ai profité de la conférence de l’ASER à Méounes-les-Montrieux (« Histoire de la Provence Verte ») pour aller le visiter.

Un peu d’étymologie sur ce terme de laoucien ou laoutien : sur le cadastre napoléonien (1830), laoucien est écrit avec la lettre « c » et non la lettre « t ». L’origine poétique proposée par papyfred de geoforum me semble plus juste que celle trouvée habituellement sur les sites internet (loucioun = lavabo, cuvette)Lau (diphtongue : *laou) : c’est le lac ; cien-ciencho est le qualificatif : contenu(e), enclos(e). D’où un lac enclos. Même origine laou que la villa du Loou-Sambuc, geocache archéologique toute proche, que jcoud nous invitera à visiter.

le_grand_laoutien09.jpgLes laouciens (ils sont deux : le petit et le grand) présentent l’aspect de cratère mais n’ont rien de volcanique ; leurs eaux sont turquoises comme celles du Verdon, leurs berges abruptes et instables. Leur niveau d’eau peut varier de plusieurs mètres selon les saisons, le petit se trouvant le plus souvent à sec. C’est sans doute pour cela que la végétation n’est pas celle des eaux dormantes, immergée ou flottante. Au mileu d’une plaine  et cultures de vignes, ils ne doivent leur formation qu’à des effondrements successifs au niveau de la nappe phréatique.

Légendes autour des Laouciens, site merveilles du Var

Chroniques souterraines, P. Courbon, revue Speluca 127

En savoir plus sur le grand et le petit Laoucien, blog randomania Plus

La météo à cet endroit, aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_3851r.JPGNous descendons jusqu’au bord du lac du grand Laoucien, d’abord par un escalier aménagé puis en dérapant sur les feuilles mortes de la pente raide. L’eau est calme, à peine frissonnante par le vent. Quelques arbres, à d’autres moments hors de l’eau, sont totalement immergés aujourd’hui. Si vous regardez alors les bords du cratère, vous verrez que les risques d’effrondrement ne sont pas nuls.
Nous remontons jusqu’en haut pour faire le tour du lac. IMG_3864r.JPGPar endroit, les bords sont abrupts ; les strates inclinées fort apparentes se reflètent comme dans un miroir. estoublon me présente un amadouvier, un jeune et un vieux desséché.

IMG_3859r.JPGAmadouvier (extrait du site botanique.org) : « nom familier donné à un champignon polypore (Fomes fomentarius) qui pousse en parasite sur les troncs de feuillus vivants ou morts comme le chêne et le peuplier, mais aussi sur le frêne, le saule et le hêtre. […] Une coupe transversale de ce polypore montre la présence d’une croûte… sous laquelle on trouve la chair, douce au toucher, dont la consistance a celle de la ouate et d’où l’on tire l’amadou. L’amadou a été utilisé à la fin de la préhistoire pour produire du feu ; les hommes de cette époque l’amorçaient grâce à des étincelles provenant de la percussion d’un morceau de pyrite contre une roche dure (silex) qu’ils dirigeaient sur un morceau d’amadou qui se consumait alors et qui était tout à fait capable d’enflammer de petites brindilles bien sèches. »

Un mur large de 2m au moins, a été construit à quelques mètres du précipice et semble se poursuivre sur la moitié du lac. Murs d’un oppidum ou de protection pour les troupeaux ? C’est en cherchant la cache de papounet83 le grand laoutien que je me suis posé la question… sans trouver de réponse.

limnolegeria_longesita.jpgIl serait aussi l’unique endroit en France (et non au monde) où vit un acarien d’eau (et non une plante subaquatique…) Hydrachnidia Limnolegeria longiseta découvert par Motas en 1928. VonTasha a mené l’enquête et révélé la méprise sur ce forum de biologie ; l’erreur a été reproduite sur tous les sites de tourisme de la région ! Un exemple courant d’erreur à grande échelle sur internet où il est nécessaire de vérifier ses sources auprès d’organismes ou personnes compétentes sur le sujet. Depuis 2006, cet acarien a été découvert également en Sicile. Il se caractérise par de longues pattes et des rangées de longs cheveux qui lui permettent de nager. European Water Mites Research et ce journal de zoologie l’université de Turquie (d’où est extrait le schéma de droite).

Les ruissellements et écoulements naturels ont été organisés de façon à alimenter les laoutiens. Ce lac et une vingtaine de sources majeures alimentent les communes environnantes. Il faut donc les protéger. C’est ce que tente de faire l’Association CLIP de Garéoult

Panorama_Laoutien.jpg
Panorama du grand Laoucien – photo estoublon

Le lac du grand laoutien, fiche DIREN-PACA, site classé mais pas protégé : « Motivation de la protection : L’aspect incongru des deux petits lacs karstiques au milieu d’une vaste plaine cultivée, dont l’un des deux seulement est protégé ».

Papyfred (forum français dédié aux sciences de la terre), que je remercie chaleureusement, explique ainsi leur formation :

le_grand_laoutien01.jpgBeaucoup de gypses dans tout ce secteur sédimentaire… Donc, des évaporites hydrosolubles ! Il s’en suit la présence (souterraine) de nombreuses poches de dissolution… celles des deux Laoutiens, lorsque les terrains (trop minés) qui les recouvraient se sont effondrés, ont atteint la surface.  » […] Ce qui fait la différence ici, c’est que le « cratère » ouvre sur la nappe phréatique.

Lors de forte sécheresse, on peut apercevoir une pierre gravée en provençal que l’on peut traduire par « me voir, c’est pleurer de soif ». IMG_3880r.JPGNous rejoignons le petit Laoucien, lac temporaire, que nous avons la surprise de trouver rempli. « Autrefois, lorsque le petit lac se trouvait à sec en période de sécheresse, on descendait un âne attelé à une charrue pour en labourer le fond, très riche en humus végétal. On y semait des haricots que l’on récoltait avant les pluies ». Espace presse de la Provence Verte. Sur le cadastre napoléonien, il est d’ailleurs découpé en 4 parcelles de terre, tandis que le grand est représenté par une surface bleue.

Itinéraire de découverte grand et petit Laoucien, 2km env., 1h, dénivelée 40m env.

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 18 Juil 2017

Retour en haut de page

Caguerenard, le musée promenade et la dalle aux ammonites

Publié le Catégories ----- * Réserve géologique, 04 Alpes-de-Hte-Provence, Balade, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés , , 2 commentaires sur Caguerenard, le musée promenade et la dalle aux ammonites
 

IMG_3775r.JPG

Cette grande boucle au départ de Digne est particulièrement variée et riche. Elle se décompose en 3 parties que vous pouvez enchaîner, en fonction du temps dont vous disposez et de la présence ou non de jeunes enfants.

  1. Option 1: rejoindre le musée promenade de Saint-Benoît par le sentier de Caguerenard ; à la Sainte-Victoire, nous avons un lieu dit Cagueloup. Peut-être parce que ces animaux caguent1 en ces lieux et laissent des traces de leur passage…
  2. Option 2 (partie commune) : visiter Saint-Benoit par plusieurs sentiers thématiques, ses jardins, sa fontaine pétrifiante, son aquarium. Ajouter le musée pour les amateurs de géologie et de fossiles.
  3. Option 3 : derrière le musée de la réserve géologique, prolonger la balade (balisage jaune) par le circuit du gypse jusqu’à la dalle aux ammonites.

La météo à cet endroit, aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

Si vous longez la Bléone jusqu’au musée promenade (option 1), voilà ce que vous pourrez voir : le sentier de Caguerenard du centre de Digne au musée (blog videos2provence)

Eboulement de Luc ParentParterre III Catherine MarcoglieseIMG_3729r.JPGLa balade à saint-Benoît est pleine de surprises (option 2). Le circuit de l’eau longe les nombreux ruisseaux qui dégoulinent de la fontaine pétrifiante. Le premier parterre est composé de formes métalliques en arabesque (Catherine Marcogliese). Des bornes demeurent immobiles au fil de l’eau : je n’ai pas compris tout de suite que c’était l’oeuvre de  Agathe Larpent. Jean-Luc Parant a déposé dans une pente latérale de la cascade pétrifiante, un éboulis de galets ronds qui semble avoir été produit par la cascade elle-même. Une autre oeuvre, la Fontaine de Théière (Sylvie Bussière), exécutée en collaboration avec un céramiste professionnel, répond à la cascade pétrifiante. Quand je regarde la liste des oeuvres d’art, je me rends compte que je suis passée à côté de certaines sans les avoir vues, preuve que leur intégration est réussie.

IMG_3745r.jpgDe partout l’eau coule, rafraichissante. La source Saint-Benoit alimente les bâtiments administratifs de la réserve, les fontaines, les cairns d’eau et les ruisseaux du parc. C’est dans le secteur du synclinal de Givaudan que les eaux de pluies s’infiltrent en profondeur et où elles circulent ensuite, pour ressortir finalement à la source.

Peu après la sourceCette source est pétrifiante, c’est à dire qu’à la sortie de l’eau se forme une roche, que l’on appelle tufs ou travertins. L’eau de pluie qui s’infiltre circule pendant plus d’une année et demi dans l’aquifère calcaire avant de ressortir à la source : c’est cette longue durée qui lui permet de dissoudre la roche calcaire et de s’enrichir en ions, tout en stabilisant sa température. Cela explique aussi que la période sèche se situe entre décembre et février.

IMG_3726r.JPGLa source coule toute l’année, en moyenne 10 litres d’eau par seconde, soit […] 864 m3 par jour !
Lors d’un événement pluvieux, les eaux de pluie qui s’infiltrent poussent les eaux déjà stockées en profondeur vers la source : c’est l’effet Piston. La source Saint-Benoit, projet hydroval

IMG_3735r.JPGIMG_3740r.JPGEn haut, avant d’arriver sur la plate-forme où se trouve les salles du musée, nous longeons un mur sur lequel une inscription gravée attire notre attention : »Ici reposent les constructeurs de ce mur GOMEZ Jean, Molinatti(?) Raymond, Digne le 23 août 1951″,… Superbe panorama sur la ville de Digne et la Bléone, torrent parfois impétueux. A l’arrière du musée, le bassin bien nettoyé accueille des truites de grande taille ; un triangle léger, oeuvre de Kurt Asker, suspendu au-dessus de celui-ci, joue le rôle d’une fenêtre sur le parc Saint-Benoît.

IMG_3749r.JPGSi le musée de la réserve géologique est ouvert, vous pourrez y voir des fossiles, un aquarium, un film de fiction dans lequel les scientifiques ont imaginé les animaux de demain qui se seront adaptés aux nouvelles conditions de leur environnement. Curieux et amusant ! Une échelle de temps, proportionnelle au temps qui passe, recouvre les murs des salles d’exposition et les montées d’escalier. Site de la réserve géologique

IMG_3736r.JPGIMG_3753r.JPGJe redescends par le circuit des cairns d’Andy Goldsworthy. Ce ne sont pas les premières oeuvres que je vois de lui : un cairn construit dans une ruine sur le sentier menant à la chapelle Saint-Pancrace, le mur d’argile du refuge d’art du vieil Esclangon dans Et si le vélodrome n’était pas à Marseille. En approchant très près de l’un d’eux, je comprends que ceux là ont quelque chose de spécial en dehors de leur grande taille… Ecoutez ! cairn d’eau (format Windows Media Player)

Continuer la lecture de Caguerenard, le musée promenade et la dalle aux ammonites

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 28 Juil 2017

Retour en haut de page

La forêt du grand Duc et ses mimosas

Publié le Catégories 06 Alpes-Maritimes, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés Un commentaire sur La forêt du grand Duc et ses mimosas
 

IMG_0106.jpgNous étions partis pour 3 jours dans le massif du Tanneron et ses mimosas, nous n’en avons fait que deux, bloqués la première nuit à Cannes par la neige. L’alerte orange ne nous a pas découragés : nous étions venus pour la fête du mimosa. Description du circuit par le site Randoxygène

La météo à cet endroit, aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_0112.jpg« Importé d’Australie vers le milieu du 19ème siècle par les « Lords Anglais » qui découvrirent la Côte d’Azur, le mimosa s’acclimata très bien aux pentes du Tanneron et en recouvre aujourd’hui toutes ses collines.
En 1931 pour la première fois, par reconnaissance pour cette fleur d’or, les Capitoulans lui consacrèrent une grande fête : depuis, la tradition est entretenue par les Mandolociens et la Fête du Mimosa, […]  se déroule tous les ans en Février.
Sur une production nationale de 18 millions de tiges de mimosa, 11 millions sont produites dans les Alpes Maritimes […].
Site de l’office du tourisme de Mandelieu

IMG_0396.jpgIMG_0398.jpgNous avons visité la forcerie Augier située non loin de notre chambre d’hôtes, au carrefour des 5 routes à Tanneron. Le fils Augier nous introduit dans la forcerie, pièce à la chaleur tropicale moite (25°C et 90% d’hygrométrie) ; j’ai la même impression que le jour de mon arrivée à l’aéroport  de Cayenne en Guyane. Le mimosa va y subir un forçage pour que sa floraison soit la plus longue possible. Grâce à cela, le mirandole peut être commercialisé en décembre. Le gaulois, espèce plus tardive, fleurira jusqu’à mi-mars. Le triage consiste à enlever les feuilles à la base de la tige et fleurs de mauvaise qualité. Le mimosa se vend au poids : chaque bouquet peut aller de 150g à 1kg.

IMG_0148.jpg

photo Ti’Mars… mimosa dans un jardin de Mandelieu

De retour à mon domicile, j’ai coupé les tiges en biseau au sécateur, dilué dans 1 litre d’eau chaude le conservateur (l’INRA a mis au point un conservateur dans les années 1960, appelé «Crysal»), et conservé mon mimosa une semaine dans une atmosphère pas trop sèche (j’ai placé un humidificateur près du radiateur, sinon il faut vaporiser le bouquet).

Continuer la lecture de La forêt du grand Duc et ses mimosas

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 18 Juil 2017

Retour en haut de page