* Sur les traces de René Char, poète et résistant



Envie d’autre chose que la classique randonnée autour du patrimoine ? je vous invite à marcher sur les pas du poète et résistant René Char (L’Isle sur la Sorgue 1907 – Paris 1988) ; organisée lors de la fête de la randonnée de Forcalquier-Montagne de Lure 2012, elle est animée par :

  • Claude F., fils de résistant et membre de l’association Basses-Alpes 39-45 : c’est la mémoire vive de la résistance et de la S.A.P. ; la Section Atterrissage Parachutage est  liée aux services secrets français de Londres  et supervisée par René Char – dit capitaine Alexandre – pour les Basses-Alpes ; Claude apportera de nombreux témoignages récoltés auprès de résistants, des anecdotes parfois cruelles, parfois émouvantes ou pleines d’humour.
  • Yves  M., et Marlène D. de l’association Accueil des Villes de France, antenne de Forcalquier : ils ponctueront  l’histoire de René Char d’extraits des Feuillets d’Hypnos1, René Char, folioplus classiques, Editions Gallimard, 1962 et 2007.

Un grand merci à Yves, Marlène et  Claude pour la relecture et la correction de cette note.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Après plusieurs parcours en voiture sur des lieux symboliques de la résistance, nous allons entamer un parcours à pied jusqu’aux Hautes-Plaines. Les extraits des Feuillets d’Hypnos ne sont pas forcément ceux lus par Marlène ; même si nos guides songent à baliser un circuit avec panneaux d’informations, l’intérêt de cet itinéraire réside surtout dans le fait qu’ils nous accompagnent. Faites cette randonnée à thème si vous en avez la possibilité. Pour de plus amples renseignements : téléphone 04.92.75.02.81

L’entrée dans l’histoire de René Char

Après le temps des contacts noués entre opposants Char appartient à l’armée secrète, bras armé des Mouvements Unis de la Résistance (M.U.R.) ; il s’engage en septembre 1943 dans la S.A.P.  ; sous le pseudonyme d’Alexandre, il est responsable dans les Basses-Alpes :

Il est secondé par Pierre Zyngerman, polonais évadé d’un camp d’internement, dit Léon et Jean Sicard dit Serge. En juillet 1944, René Char est appelé à l’Etat Major interallié d’Afrique du Nord (Alger). « Il occupe les fonctions d’officier de liaison auprès du Général Cocher, donne des conférences militaires sur la guerre des maquis aux officiers anglais et américains, et devient directeur de la Villa Scoto, le centre des missions parachutées.

Il prépare le débarquement en Méditerrannée » : il ne peut participer à la libération de la France. Il revient en septembre, est incorporé à l’armée où il reste encore un an. C’est au cours de l’été 1945 qu’il met au point Feuillets d’Hypnos, création littéraire inspirée de son journal de guerre.

Il n’y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l’accomplit.

Céreste

C’est à Céreste que René Char a installé son P.C. (ou son Q.G. comme disent d’autres) où nous n’irons pas aujourd’hui ; il s’y passe un épisode dramatique. Roger Bernard, jeune poète insouciant, y fut exécuté d’une balle dans le dos, sous les yeux de René Char, près de l’ancienne halte de chemin de fer (22 juin 1944) : il était imprudemment sorti, chaussures anglaises aux pieds, portant sur lui une arme pour laquelle il voulait faire fabriquer un étui de cuir.

Horrible journée ! j’ai assisté, distant de quelques cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser la détente du fusil mitrailleur et il pouvait être  sauvé ! Nous étions sur les hauteurs dominant Céreste, des armes à faire craquer les buissons et au moins égal en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de  moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête… […] Je n’ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargnut prix. Feuillets d’Hypnos, 138

Au mur de son bureau, un tableau de Georges de La Tour que René Char avait découvert à l’exposition  » Les Peintres de la Réalité en France au XVIIe siècle « , organisée au musée de l’Orangerie de novembre 1934 à février 1935.

La reproduction en couleur du Prisonnier de Georges de La Tour que j’ai piquée sur le mur de chaux de la pièce où je travaille semble, avec le temps, réfléchir son sens dans notre condition. […] La femme explique, l’emmuré écoute. Les mots qui tombent de cette terrestre silhouette d’ange rouge sont des mots essentiels, des mots qui portent immédiatement secours. […] Le Verbe de la femme donne naissance à l’inespéré mieux que n’importe quelle aurore.

Il partageait ses repas avec ses compagnons d’armes.

A tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis. Feuillets d’Hypnos, 131

Après la guerre, René Char remercia les habitants de Céreste.
Je tenais à ces êtres par mille fils confiants dont pas un ne devait rompre.

Forcalquier, la fontaine

Construite pour fêter le centenaire de la naissance de René Char (1907-2007) qui aimait retrouver ses amis à Forcalquier, elle a été inaugurée le 19 mai 2007 en présence de Marie-Claude Char.

J’ai toujours le coeur content de m’arrêter à Forcalquier.

Forcalquier, l’ancienne gare

En face de la gare, dans un ancien café, eut lieu la première réunion du secteur en présence de René Char. Nos guides exposent le contexte de la seconde guerre mondiale et de la Résistance ; ils n’oublient pas de signaler le rôle des femmes, plus discret mais non moins essentiel : elles soignent, nourrissent, transmettent des messages (écrits si petits, sur de petits papiers si soigneusement pliés, qu’ils peuvent être cachés sur soi ou même avalés en cas d’urgence), etc.

Il existait une ligne reliant Avignon à Apt par Cavaillon. Pour des raisons de terrain, elle ne monta pas à Forcalquier. Une antenne fut donc établie de la gare de Volx jusqu’à la ville de Forcalquier ; aujourd’hui déclassée, elle avait un rôle de terminus. A l’époque de la seconde guerre, elle était déjà fermée à la circulation des voyageurs.

Mane, Pitaugier

Le terrain de parachutage 115 prévu pour le matériel lourd n’a jamais servi.

Minoterie Girard, aujourd’hui moulin Bec

Les résistants s’y ravitaillaient en farine. Le résistant Martin Bret y aurait dormi. La vie des maquis n’est possible que grâce à l’action quotidienne de résistants sédentaires et de paysans qui en assurent l’intendance, et en partie, la sécurité.

Minoterie Nevière, aujourd’hui moulin Nalin

Elle fournissait de la farine pour la S.A.P.

Saint-Michel de l’Observatoire, Tour de Porchères

Terrain de parachutage 126 proche de la tour de Porchères. Le responsable départemental était informé  d’un prochain parachutage par un message codé de la BBC à 13h, message de confirmation répété  le soir. Le jour prévu, dès que le bruit de l’avion se faisait entendre, plusieurs hommes balisaient le terrain avec des lampes ou en allumant des feux, en se positionnant dans la ligne du vent. Après un premier passage de l’avion confirmant que les signaux avaient été bien perçus, le largage s’effectuait au second passage à 200m environ du sol. Les containers  étaient rapidement évacués du terrain puis cachés. Dans le cas de ce terrain, ils étaient cachés au premier étage de la tour.

C’est ici qu’eut lieu un parachutage mouvementé : un parachute s’est mis en torche, le container s’est vidé de son contenu ; un autre a été retrouvé dans un arbre en fin de nuit près de la nationale. Chaque incident faisait l’objet d’un compte rendu détaillé.

Armand le météo définit sa fonction : le service énigmatique. Feuillets d’Hypnos, 67

Les parachutages, site Basses-Alpes 39-45.

Nous avons la chance que le propriétaire des lieux, M. De T., soit venue ouvrir la tour de Porchères (probablement tour de guet du XIIIè), transformée en chapelle puis devenue tombeau de Léon Berluc-Perrussis, celui qui a fondé la section alpine du félibrige. La généalogie de la famille sur le site de GeneProvence.

L’intérieur a été aménagé de manière personnelle par les héritiers : un confessionnal venant de l’abbaye de Sénanque, un chemin de croix en céramique moderne au mur, un grand tableau de l’évêque de Toulon, un autre daté de 1789, le portrait de Berluc-Pérussis et son épitaphe en provençal.

Mane : la tour de Porchères, estoublon

Saint-Michel de l’Observatoire, lavoir la Marceline

La ferme Megy toute proche  comptait trois fils membres de la S.A.P. ; aujourd’hui il ne reste que Maurice ; elle accueillait les résistants qui pouvaient dormir, se reposer ou passer des informations. Grâce au recensement de 1906 (dans lequel je n’ai pas trouvé de Maurice : il a pu naître après 1906) et au cadastre napoléonien, j’ai pu repérer où devait probablement se trouver cette ferme proche du lavoir.

Saint-Michel : le vieux lavoir, estoublon

Continuer la lecture de * Sur les traces de René Char, poète et résistant

©copyright randomania.fr

* Viens, le circuit des cabanes



Une de plus autour de la pierre sèche, extraite du livre de Florence Dominique devenu notre bible dans ce domaine. estoublon et moi nous apprécions ce petit patrimoine et le travail qu’il sous-tend. Le rendez-vous se trouve sur la place de l’Ormeau à l’entrée du village. Déjà, à voir la tour de l’Horloge, je devine que la visite du village, qui a gardé une grande part de son architecture moyenâgeuse, sera pleine de découvertes. La plupart des photos de cabanes sont d’estoublon dont j’apprécie les talents artistiques et techniques.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

cabane dont le toit est fermé par une pierre verticaleAu royaume de la pierre sèche, nous cheminons entre des murs de clôture… en pierre sèche. Sur un espace assez réduit, les cabanes sont de formes différentes, sur plan circulaire ou carré, avec ou sans décroché entre leur base supérieure et la voûte ; parfois la même cabane est de plan carré avec une voûte circulaire. Je ne vais pas faire un descriptif de toutes les cabanes rencontrées en chemin, mais seulement de quelques particularités. Par exemple, celle soigneusement construite à l’intérieur d’une propriété privée, trapézoïdale, fermée par une porte en bois (cabane 02b), est tournée vers une ancienne aire de battage.

La cabane 05 : nous la voyons en bon état mais dès que nous voulons la photographier de face, nous nous apercevons que le toit s’écroule et son propriétaire l’a maladroitement cimentée avec des matériaux modernes.

Il n’y a qu’à Salon, dans le massif du Tallagard, que j’ai vu une cabane à degrés (cabane 06) « à la manière d’une ziggourat, édifice religieux mésopotamien en forme de pyramide à étages » (Florence Dominique). Pratiques, ces paliers ont pu servir d’échafaudage lors de la construction.

Et celle-ci qui semble asymétrique, avec assemblage de pierres de tailles diverses posées dans tous les sens, mais qui semble bien solide.

Sur la gauche du chemin de Subarroques : le long d’un champ, la cabane 09a ne vous rappelle rien ? le parc du Lubéron l’a adoptée comme logo. D’un profil régulier la cabane en forme de ruche d’abeilles a une voûte parfaite (cabane 09b) ; avec des pierres bien choisies et de belles proportions, voilà un ouvrage unique qui, je l’espère, sera préservé. Seul le mur attenant commence à s’écrouler.

Pause repas près d’une cabane : en guise de dessert, j’offre à mon compagnon de route une testbarre bio aux fruits Gourmie’s (40g contre 25g pour une barre de céréales) que je me suis engagée à faire découvrir autour de moi. Elles portent des noms évocateurs de saveurs originales : Rêverie orientale, Promenade d’automne, Trésor des tropiques, etc. J’en goûte une aux fruits, estoublon celle contenant du cacao. C’est un produit nouveau qui surprend par sa saveur, sa consistance, sa composition (toujours de la datte, souvent avec du cacao brut) et son mode de fabrication à basse température, sans cuisson (la raw food). Rien de comparable avec les barres de céréales que je transporte habituellement dans mon sac à dos. Le goût intense du fruit m’a séduite tandis qu’estoublon a regretté que l’amertume du cacao en masque le goût. Une bonne douzaine de personnes ont goûté, les avis ont généralement été positifs, même si le prix nous a paru élevé (2€ la barre). Ma première commande est déjà presque terminée… C’est une véritable gourmandise ; il m’a fallu persister pour apprécier finalement celles contenant du cacao. Pour ceux qui veulent retrouver le goût du vrai, le vrai goût des fruits sains d’autrefois.

Continuer la lecture de * Viens, le circuit des cabanes

©copyright randomania.fr

La chapelle Saint-Pierre-de-Bagnols, coincé dans un vallon des monts de Vaucluse



Petite balade facile et rapide pouvant être un complément à celle de la bergerie de Cabrone, ou à faire le jour où vous êtes aux environs d’Apt. Lieu idéal à Villars pour un pique-nique à l’ombre l’été.

IMG_6845.JPGIMG_6849.JPGNous partons du hameau de Fumeirasse, près du lavoir. Un vieux panneau indique le sentier de la chapelle : ce sera le seul que nous verrons. Ti’Mars… se pose la question de savoir si nous sommes sur le bon chemin. Nous empruntons celui qui monte sur la gauche, longeons quelques champs. Ce n’est qu’une fois à 50m que nous apercevrons la chapelle totalement cachée dans le fond du vallon, au pied d’une falaise impressionnante que surplombe un rocher menaçant. La chapelle Saint-Pierre de Bagnols serait construite à l’emplacement d’un temple dédié à Sylvain et à Jupiter ; sa nef voûtée a été restaurée et agrandie en 1763. Un fragment d’inscription de sa consécration en 1160 a été encastré dans le mur nord de la chapelle.

IMG_6851.JPGIMG_6850.JPGPlus tard encore, en 1160, on trouve confirmée à l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon la propriété de la petite église Saint-Pierre-de-Bagnols au Villars. Cette église est bâtie […] sur l’emplacement d’un petit sanctuaire des eaux gallo-romain – et l’on y venait jusqu’au XVIII° siècle implorer la pluie quand sévissait la sécheresse, ce qui témoigne d’une telle pérennité qu’il est bien difficile d’envisager une rupture dans sa fréquentation… Extrait de Une féodalité contrariée, Histoire du Lubéron, Jean Méhu

IMG_6862.JPGDurant des siècles le sanctuaire fut à l’abandon et en ruines. Le culte à Saint-Pierre s’y perpétua près de deux croix de bois. En 1703 des bergers retrouvèrent les traces des anciennes fondations et des sépultures. On reconstruisit la chapelle sur le même plan. Le 22 avril 1893, les paroissiens de Saint-Saturnin, des Grands-Cléments et de Villars touchés par une sécheresse exceptionnelle ont prié ensemble pour obtenir la pluie. Le 9 mai suivant […] les habitants des Grands-Cléments avaient réuni assez de dons pour acheter une cloche et la déposer dans la chapelle. Extrait de Inventaire des sanctuaires

APT_270.jpgUne aire de pique-nique aménagée sera notre lieu de repas. Nous continuons à tester des testrepas lyophilisés de la boutique Fallières nutrition, destinés aux voyageurs et randonneurs. Nous goûtons aujourd’hui le testtaboulé et le testyaourt aux fruits lyophilisés. Ti’Mars… verse de l’eau froide dans le taboulé (4,10€) posé bien à plat sur la table de bois. Au bout du temps annoncé, les grains de taboulé sont toujours aussi durs et la quantité d’eau, difficile à mesurer, semble excessive. En attendant, nous mangeons un sandwich. Au bout de 20mn, le taboulé est à peine prêt. Nous le goûtons quand même ; le verdict est sans appel : insipide. APT_277.jpgSans doute de l’eau chaude aurait-elle accéléré le processus de réhydratation. A choisir, pour un prix inférieur, je vous conseille plutôt d’acheter le taboulé congelé pour 2-3 personnes de chez Picard Surgelés (3.40€), dégelé de la veille. Evidemment, il vous faudra préparer une portion dans un plat adapté : moins pratique et plus lourd que le lyophilisé mais si vous partez pour une seule journée, c’est envisageable. Le dessert de yaourt aux fruits rouges (4.20€) s’avère donc nécessaire : si la consistance n’est pas tout à fait celle du yaourt (c’est plutôt du lait épaissi), la préparation nous satisfait beaucoup plus, bien que les fruits rouges soient rares. Mais vous aurez accumulé des calories pour repartir.

IMG_6866 Ti'Mars... au zoom dans la grotteIMG_6859.JPGLes deux grandes baumes, creusées très haut dans la falaise en face de la chapelle, sont une réelle invitation à la visite pour Ti’mars… qui grimpe jusque là par un raidillon glissant. Après sa redescente, nous continuons quelque temps dans la combe de Saint-Pierre, qui passe entre les ‘portes’ des gorges, telles que surnommées par les anciens.

Image de l’itinéraire 2km A/R dénivelée 65m 1h30

©copyright randomania.fr