Du Caramy à la chapelle Saint-Probace

Publié le Catégories 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familiale, Test produits randonneursMots-clés ,
 

Une randonnée tout en contrastes : d’abord à la fraîche, le long du Caramy puis dans les sous-bois secs quasiment déserts. Ce jour là, le centre ville est totalement inaccessible : une foire à la brocante occupe les lieux et je dois me garer sur le parking de la cave vinicole. J’ai renoncé à ma grosse paire de chaussures de montagne pour les besoins du test de la paire de baskets Outdry (‘eau non incluse’) de Columbia, d’une couleur flashy ‘bleu clématite et gris rafraichissant’. Je ne les ai jamais portées et ma première impression est curieusement très favorable : je m’y sens bien, je ne ressens aucune contrainte, aucun frottement (les coutures latérales sont bien plates et ne gênent pas), elles sont très confortables. Je précise que je ne suis pas sponsorisée par la marque : pour tester et parler de ces produits techniques, j’ai mis la condition de rester libre de mes paroles.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Au loin, le château de Valbelle et son obélisque dominent le village. La randonnée débute par une route goudronnée, le long du terrain de sport, route que je trouve un peu longue.

Moyennant un petit détour, vous trouverez la cache Notre Dame de la Salette, d’elia’s.

La route se transforme en chemin, à peu près au niveau du pont dit Romain. Le parcours le long du Caramy qui zigzague est bien agréable et rafraichissant.

C’est là que j’ai décidé de tester la testpaire de baskets outdry. J’ai d’abord mis le pied dans le Caramy le temps d’une photo, donc quelques secondes. Honnêtement aucune différence : pas de trace d’humidité, pas de changement d’apparence extérieure. J’ai même poussé le vice jusqu’à traverser à gué le Caramy sans jamais avoir de l’eau au dessus de la chaussure. Ensuite, j’ai enlevé les chaussures pour vérifier que je n’avais pas les pieds mouillés. Ils ne l’étaient pas. J’ai trouvé ça incroyable et j’ai continué ma balade les pieds bien au sec. Moi qui suis sujette aux entorses, je me suis sentie en sécurité :  j’avais le pied bien tenu, la semelle est à crampons. Plein de technologie là dedans. Fabriquées en Chine, vont-elles durer ?

En chemin, le long du Caramy deux caches vous attendent entre le parking du stade et la ruine de Rimbert : une sur la droite, le passage des Quercus Ilex, d’Elia’s, l’autre sur la gauche façon dont napoléon, varel-jones.

Voir également dans ce blog la randonnée sportive dans les gorges du Caramy ; elle a fait l’objet d’un reportage dans Var Matin (25/01/2008) sur le thème du geocaching : les geotrouveurs varois sur la piste de drôles de trésors et les aventuriers du Caramy.

Le CaramyLe Caramy tout en contrastes soit, court comme l’eau vive, soit, offre des coins d’eau stagnante remplie de moucherons et de moustiques ; je les entends mais ne les vois pas ; ils se tiennent à distance, pas un ne vient me piquer alors que j’ai volontairement relevé les manches ; d’habitude, au pic des Mouches en particulier, une tribu de moucherons me taquinent quand je suis en nage. Là, aucun. C’est peut-être bien dû au rôle assuré par la testchemise insect blocker – assortie fort élégamment aux baskets – qui tient les insectes à distance. La fibre contient un insecticide efficace sur 70 lavages, mais je vous rassure, ça ne sent pas ! Je n’en suis qu’au second lavage. Que vaut-il mieux pour la santé et la protection ? le spray anti-moustiques (collant et odorant) que l’on met directement sur la peau ou ce vêtement qu’il faudra remplacer tôt ou tard ? si l’on est sûr de rencontrer des moustiques là où on va, en effet, cela peut être le bon choix ; mais attendons confirmation avec le test de la Camargue…

Je passe devant la ferme Rimbert. Au panneau directionnel signalé ‘le clos de monsieur Aubert’, je continue un instant tout droit pour goûter au Caramy sauvage où il est possible, même en juillet, de trouver un coin tranquille pour se dorer au soleil ou manger. Le sentier se rétrécit, barré parfois par des arbres tombés ; je passe quelques chaos rocheux. En continuant il serait possible de rejoindre l’ancienne mine de bauxite1 de Tourves.

Je reviens sur mes pas et monte maintenant vers ‘le clos de M. Aubert’ (ou le claou) ; je passe devant une grotte (serait-ce la fameuse grotte Cluchy ornée de peintures rupestres ?), admire un mur de soutènement en pierre sèche, puis au carrefour du clos, je tourne à droite (les ruines sont à gauche) ; deux jeunes femmes perdues me demandent leur route. Je leur confirme qu’elles peuvent faire la boucle par la chapelle Saint-Probace pour rejoindre Tourves. Dans cette forêt aux nombreux chemins de traverse, les pièges sont nombreux et le balisage pas toujours placé aux bons endroits. Le sentier devient bien rouge : c’est de la bauxite1.  Bientôt, je sors des bois et me trouve sur un plateau dégagé d’où je peux apercevoir le massif de la Loube.

Dans ce sens, la chapelle saint-Probace, précédée d’un oratoire (oratoire Sainte-Ursule mais pourquoi n’est-il pas sur le chemin des oratoires avec les autres ?) puis d’une grande croix blanche, se détache bien sur fond de ciel bleu. L’éperon rocheux fut anciennement occupé par un oppidum celto-ligure, entouré de son mur d’enceinte. L’histoire de la chapelle, sur le site Merveilles du Var.

L’ultime demeure de Saint-Probace, Elia’s

 [En 2009,] l’édifice n’est plus en mesure d’accueillir une cloche de 300 kg. Sous peine d’écroulement. […] Une équipe est chargée de transférer la dame de fer à l’église de L’Anonciade, au coeur du village. Il faut revoir toute la structure du clocher, fragilisée.
Après appel d’offres, on confie le chantier à une entreprise locale. Elle renforce l’édifice avec une armature de fer, sous l’œil vigilant de spécialistes dans la reconstruction de monuments historiques. Dans le même temps, la commune de Tourves fait appel à Azur Carillion, des artisans de Flassans spécialisés dans la fonderie et la pose des cloches. Une équipe de trois « clochards » est montée, mercredi matin 10 août 2011, la mettre en place. […] L’abbé Valence annonce une messe spéciale le 25 août en la chapelle de Saint-Probace, à 9 h 30… Extrait de Var Matin du 12 aout 2011

La descente par les oratoires est raide et caillouteuse (ET34), assez désagréable mais mes baskets réagissent bien. La DFCI Saint-Probace aboutit sur la route macadamisée qui rejoint le terrain de sport. L’oratoire du Grand Pardon (1984) ferme la partie en forêt du sentier des oratoires.

Petit guide pour un Grand Pardon ; cette fête existe aussi dans la religion juive.

Près du terrain de sport, un grand tilleul aux fleurs jaunes exhale une telle odeur que j’hume l’air avec délice tandis que les abeilles se régalent.

Dans le village, une dernière cache vous tentera peut-être. T’as vu la Vierge ?, elia’s

[geoportail  territory= »FXX » lat= »43.39054″ lon= »5.92676″ z= »13″ w= »400″ h= »700″ type= »normal » gpx_array= »/wp-content/uploads//2012/07/CaramyStProbace_corr.gpx » layers_array= »map|on|1″ /]
Boucle de 12km180 3h25 dépl. (4h30 au total) 240m dénivelée

1bauxite : Roche résiduelle riche en oxydes d’alumine pouvant être exploitée comme minerai d’aluminium. Elle résulte d’une altération superficielle des roches en climat tropical. D’après la définition de Futura Sciences

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 08 Jan 2015

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *