Du Verdon à l’ancienne draille des troupeaux

Publié le Catégories ----- * Parc Verdon 04, ----- * Verdon 83, 04 Alpes-de-Hte-Provence, 83 Var, Geocaching et jeux, Inédit, Rando familialeMots-clés , ,
 

Pour ‘inventer’ cette randonnée, j’avais plusieurs contraintes : peu de dénivelée et une descente en pente douce pour ménager mes adducteurs, aller à contre-courant des vacanciers de retour de vacances. J’ai donc décidé de remonter vers les Alpes de Haute-Provence, tenter de longer le Verdon de Vinon-sur-Verdon à Gréoux-les-Bains et retourner par la draille1 des troupeaux de la Crau. Le problème c’était qu’aucun sentier continu ne reliait Vinon à Gréoux sur la carte IGN.
Je me suis garée sur le parking du centre commercial mais j’aurais pu me garer sur le parking du Verdon en bas de l’impasse de la scierie.

le VerdonLe long du Verdon à VinonTout a bien commencé : la promenade le long de la rivière est pendant longtemps praticable ; balade ombragée au bord de l’eau, une rivière assez calme avec quelques aménagements hydrauliques ; plus je m’avance, moins elle ressemble à une promenade touristique ; je dois par deux fois traverser à gué : une première fois sur une maigre branche d’arbre, une seconde fois sur Premier passage à guédeuxième passage à gué sur un chenal du VerdonRochers écroulés un vieux pneu immergé mais rien de vraiment critique. J’entre alors dans une zone peu fréquentée qui donne parfois l’impression qu’un cataclysme est passé par là : des rochers écroulés, des arbres tombés. J’arrive finalement au bout d’un sentier qui frôle dangereusement le vide au dessus de la rivière puis se termine dans un recoin sauvage et ombragé qui ferait sûrement le plaisir des pêcheurs de truites ; demi-tour pour prendre un sentier qui remonte vers la route en évitant judicieusement la propriété privée.

La route est fort fréquentée et c’est une partie qui m’inquiète un peu. Je redescends vers le Verdon par un sentier bien visible qui débouche dans un champ de maïs que je contourne puis, ravie, retrouve le Verdon… jusqu’au panneau ‘propriété privée, domaine des Iscles’ (ils auraient pu le mettre avant, leur panneau d’interdiction !). Demi-tour. Impossible de continuer jusqu’à Gréoux en longeant le Verdon.

Domaine de Lineau (aqueduc derrière les arbres)Ne voulant pas me payer la route sans aménagement piéton, je décide donc de rejoindre le domaine de Lineau – autrefois un château et une ferme – et emprunte une toute nouvelle voie forestière que je devrai terminer à vue (direction Est) à travers bois et broussailles : elle rejoint l’autre piste forestière de Lineau (que vous pouvez emprunter également juste avant le portail du château), et ses traditionnels galets. Depuis la butte, sous la ligne à haute tension, se profile le village de Gréoux. La drailleLa piste croise ensuite la draille des troupeaux d’Arles, le sentier emprunté autrefois par les moutons de la région d’Arles pour rejoindre les Alpes, notamment l’Embrunais et l’Ubaye, une belle draille bien large, bien différente de celle que j’avais empruntée à Eguilles.

Les drailles étaient bornées de pierres plantées par couples, de part et d’autre, tous les quatre ou cinq cent mètres, des tas de pierres délimitant le tracé afin que les troupeaux puissent également les emprunter de nuit. Ces routes étaient des voies publiques donc inaliénables. Elles étaient entretenues à l’aide des redevances versées aux communes par […] les propriétaires [capitalistes] des troupeaux arlésiens.
Au fil des siècles, ces routes pastorales furent difficiles à maintenir contre les empiétements de plus en plus grands des riverains, qui en contestaient notamment la largeur, et l’envie croissante des communes de les récupérer. […] Cela donna lieu à de multiples affrontements, que des réglementations ponctuelles ne parvenaient pas à éviter. […] Les transhumants, lassés d’une lutte sans fin et sans résultat, abandonnèrent dans le courant du XIXe siècle ces routes traditionnelles pour emprunter celles de la vallée. Extrait du site la routo
Jusqu’aux années 50, l’organisation des alpages était fort différente de l’organisation actuelle. Le bayle, chef des bergers, était accompagné de plusieurs bergers.
Le bayle […] « gardait » ses montagnes et en assurait la gestion quelle que soit la provenance des bêtes. […]. Cette pratique du couple bayle-bergers a peu à peu disparu, à la fois pour des raisons économiques mais aussi pour des raisons techniques : l’évolution des systèmes et des techniques d’élevage a conduit à une simplification des modes de conduite des troupeaux et des alpages, […] Association d’anthropologie méditerranéenne

Un peu de conifères le long de la drailleDans un « mémoire de la route de l’abeillier2 qui va dépaitre pendant l’été à la montagne de Larche et celle de Josiers […], en l’année 1752, parti le 14 juin de la même année, composée de 10402 bêtes, on passe par Salon Meyrargues, [ndlr : Vinon], Gréoux, Digne, Seyne, Barcelonnette, ou on arrive le 28 juin. Dépense 974 livres 87 deniers, 8 sols.
Il fallait donc 2 semaines de marche à pied pour rejoindre le nord des Alpes de Haute-Provence depuis Arles.

BorneBorne 50 de transhumance ?Le long de cette importante draille des troupeaux, il y a plusieurs bornes portant des numéros ; elles délimitent la voie de transhumance mais ne sont pas des bornes de transhumance. le poteau de TelleLe poteau de Telle, au bout du plateau de Valensole, est un carrefour pour les troupeaux transhumants. Une carraire permettait alors de descendre droit sur la Bégude puis Estoublon.
Statut juridique d’une carraire, OFME

Montagne de Luresainte-Victoire, Vautubière devantBien que peu élevée (400m environ), la piste du domaine de Bouyte offre plusieurs points de vue : la montagne de Lure d’un côté, de l’autre la Sainte-Victoire et la montagne Vautubière, et même au sud le pic de Bertagne de la Sainte-Baume. Moins poétique, le canal usinier de l’EDF dessine une tranchée dans la verdure.

Piste de galetsFontaine pour les troupeaux ?Après une courte descente dans les galets, je retrouve le village de Vinon. La commune a bénéficié de la générosité de la ville d’Arles qui a fait planter des platanes au cœur du village, pour offrir de l’ombre aux bergers et à leurs troupeaux pour une halte. De nos jours, ces platanes majestueux trônent sur ce qui est devenu « Le Cours » qui est la place centrale du village. Selon le site officiel de la commune de Vinon sur Verdon. Une fontaine à margelle basse, située sur l’accès à la carraire, me fait penser à la fontaine des neufs canons sur le cours Mirabeau à Aix-en-Provence : servait-elle à abreuver les troupeaux transhumants ?

Le VerdonJe retrouve le Verdon dans lequel beaucoup de monde aimerait se baigner malgré l’interdiction… mais il n’est pas interdit de faire du geocaching.

le trésor de Jo, par Nak2.doo

Au final, une agréable promenade familiale plus qu’une randonnée. Si quelqu’un sait comment relier Vinon à Gréoux sans passer par la route, je lui serais reconnaissante de m’envoyer un petit mot.

draille_vinon_traceR_panoImage de l’itinéraire 7km700, 136m dénivelée (+303m, -303m), 2h25 déplacement (3h20 au total) – la trace tient compte des rectificatifs d’itinéraire que j’ai effectués.

1draille : chemin de transhumance
2abeillier : de abeié ou abeliè (dictionnaire du Félibrige, Tome I), grand troupeau transhumant qui passe l’été dans la montagne et l’hiver dans la plaine ; parfois écrit beilié (troupeau conduit par un bayle)

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 10 Mai 2016

Retour en haut de page

Une réflexion sur « Du Verdon à l’ancienne draille des troupeaux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *