Balade du Tholonet au hameau des Artauds


Quand nous avons préparé son article En suivant la route Cezanne, route classée, Anne et moi avons arpenté la route dans tous les sens, cherchant des chemins plutôt que des routes. Pas facile dans un village touristique connu mondialement grâce au peintre Cezanne… 

L’idéal est de partir du petit parking place du Ferrajon près du Cercle Artistique de l’Union du Tholonet ou du grand parking face au château du Tholonet. Les boulistes du Cercle sont nombreux et arrivent tôt.

Le Cercle, lieu de convivialité, éducatif, culturel et laïc existe avant la naissance de la loi de 1901 sur les associations. Au Tholonet, c’est une société musicale, essentiellement masculine, qui est d’abord créée. Puis une autre, Le Cercle de l’Union, qui entretient la fraternité dans la commune ; ses membres se réunissent chez Thomé. Dans les deux sociétés, on n’entre qu’introduit par deux membres. En 1898, les deux sociétés fusionnent en gardant les objectifs des deux. En 1914, le maire cède au Cercle de l’Union un terrain où se trouve l’actuel bâtiment. Aujourd’hui les femmes sont acceptées ; on ne doit parler ni de politique ni de religion et il faut toujours être coopté. D’après Le Tholonet, mémoire vive 1870 à nos joursMairie du Tholonet / Association Route Cezanne du TholonetMairie du Tholonet – Association Route Cezanne du Tholonet, 2016

Au fond du parking, quelques marches mènent sur la rive droite de la rivière. Nous longeons la Cause, jusqu’à la passerelle piétonne : entre celle-ci et le pont, les lavandières faisaient la bugado des bourgeois aixois à la fin du XIXe. Installées devant leur pierre plate, elles avaient chacune leur place.

Une buse pour piétons un peu sombre permet de passer sous le pont et de poursuivre le long de la route. Après le terrain de sport, le sentier se rapproche de la route qu’il suit cependant de manière sécurisée. Deux puits rappellent l’époque où il n’y avait pas d’eau courante. Direction les Artauds par l’avenue Léon Ferrat qui traverse le hameau en long et en montée ; une petite variante côté droit domine la plaine cultivée avec vue sur Sainte-Victoire sans ligne à haute tension. Nous avons l’impression de circuler sur des propriétés privées. Un contrat avec F. Zola, ingénieur du canal d’Aix, prévoyait un lavoir qui ne sera jamais construit.
La fontaine alimentée à partir de 1930 par le canal Zola ne coule plus : une canalisation de 400m de long amenait les eaux décantées dans un bassin.
A gauche, l’atelier du peintre et sculpteur Jean Mégard décédé quelques jours avant notre visite.

Le hameau des Artauds est un habitat groupé ; en 1846, 16 familles (62 personnes) y résident sur 504 habitants, presque toutes vivant du travail de la terre. Le hameau est le cadre du cinquième roman de Zola, La faute de l’abbé Mouret (1875) dans lequel il décrit la misère paysanne. 

La route se poursuit par un agréable sentier dans les champs, le sentier des Artauds à Château Noir dont le tracé n’a pas changé depuis 1838 ; vers le haut, le sentier se mue en route revêtue pour accéder aux propriétés des riverains. Je retrouve une borne à la forme inhabituelle dont je n’identifie pas l’usage (amarrage de bateaux ?) ; de forme similaire, quatre autres se trouvent aux coins du petit pont dans les jardins du château, siège de la SCP.

Continuer la lecture de Balade du Tholonet au hameau des Artauds

Rocher Mistral, la Barben


Le parc Rocher Mistral ouvert le 1er juillet 2021, conte quelques épisodes de l’histoire de la Provence ; pas de grands spectacles comme au Puy du Fou mais plutôt une immersion de 15 à 25 mn dans un environnement d’époque reconstitué, avec des trucages vidéo, quelques personnages en chair et en os qui déambulent sous vos yeux. Pas de scènes qui font peur mais elles se déroulent dans le noir avec un faible éclairage.
Le château qui a bénéficié d’importants travaux de restauration, ne se visite pas mais en nous rendant aux spectacles, nous voyons ce qui fait sa grandeur : la porte, la terrasse et son double escalier, quelques tableaux au mur. Des panneaux d’information explicatifs.
Au bout du marché provençal où se vendent des produits d’origine (comme le « vrai » savon de Marseille) mais à vocation commerciale, deux scènes de pièces de théâtre qui ne manqueront pas de réveiller vos souvenirs. Même si les acteurs n’ont pas tous un accent provençal naturel, ils jouent plutôt bien et j’ai passé un agréable moment.
En s’organisant dès l’arrivée pour enchaîner les spectacles, une demie journée suffit pour les voir tous, ceux de la journée et celui de nuit. Nous avons commencé à 17h.
Les jeunes à l’accueil, dans l’attente des clients, ne semblent pas toujours très motivés… Pass sanitaire obligatoire. Le restaurant du château Le Daudet doit être réservé.

La révolte des Cascavèu

(spectacle immersif en continu à l’intérieur du château)
De cascavèu = grelot en provençal.
Vous y verrez les décors d’époque, l’incendie du château et les cascavèu qui tentent d’entrer dans le château.

Dans un contexte de peste à Aix, la révolte des Cascavèu est une sédition qui s’éleva en Provence en 1630 à l’occasion d’une brouille entre le cardinal de Richelieu et le gouverneur de Provence, le duc de Guise. Leur signe de ralliement était un grelot attaché à la taille. Le cardinal de Richelieu promulgue l’édit des Élus qui prévoyait de transférer le pouvoir de collecter les impôts à des délégués royaux. Les Cascavèu brûlèrent quantité de maisons et répandirent le désordre jusqu’à La Barben, où le château et la forêt furent incendiés.
Dans l’urgence, le Parlement fut transféré à Brignoles. Henri II de Bourbon-Condé rentra dans Aix à la tête d’une armée de 6 000 hommes et mit fin à la révolte. Cette insurrection permit aux États de Provence de conserver la collecte et la répartition des impôts. Révolte des Cascaveous, Le royaume et la Provence à l’époque du Prieuré, Jean-Paul Michel, les Amis de Sainte-Victoire, bulletin 37, 2016, p.29à 40
(Claude de) Forbin le chevalier de la Royale (1636 – 1733)

Vous déambulerez dans le décor d’un bateau puis au royaume du Siam. Je vous ai parlé de Claude de Forbin dans Du chateau de la Barben a la chapelle de Sufferchoix et dans d’autres articles, de membres de branches alliées.

La quête des Bâtisseurs

En passant par quelques ruines face au château, vous accédez à une salle où passe un film sur les bâtisseurs de l’an 1000 (abbaye de Saint-Victor). Son et lumière un peu comme les spectacles dans les carrières de Lumière aux Baux.

Continuer la lecture de Rocher Mistral, la Barben

Parc ornithologique du Pont-de-Gau, Saintes-Maries-de-la-Mer


Pour observer la parade nuptiale des flamants roses en Camargue, j’aurais pu aller en pleine nature, au bord d’un étang ; l’avantage d’aller dans le parc ornithologique du Pont de Gau (7€50 en 2021), c’est d’avoir la certitude de voir non seulement les flamants mais la faune de la région ; des panneaux explicatifs fourniront les renseignements dont j’ai besoin pour la publication. L’inconvénient c’est qu’il y a du monde et que pour enregistrer une vidéo avec le son, je capte forcément les adultes qui discutent ou les enfants qui se plaignent que c’est trop long. Pour limiter ces inconvénients, je suis arrivée à l’ouverture (10h) et j’ai fait le parcours dans le sens inverse (Selon le plan remis à l’entrée : 1-10- de 11 à 12 en passant par 15 puis de 10 à 1 en passant par 3). Et jusque vers midi, ça a bien fonctionné. J’étais seule sur les observatoires ! Par contre je vous signale qu’en période vacances, les automobilistes font la queue sur le parking ou se garent le long de la route.

Parc ornithologique

Un ragondin peu effrayé par les hommes se régale de l’herbe grasse ; il se reproduit toute l’année. Côté droit, la colonie de flamants, sur une patte, est plutôt calme, cou tordu et bec dans les plumes. A la passerelle je passe côté ouest, c’est le sentier le moins fréquenté et aménagé de façon rustique ; les observatoires sont placés à intervalles réguliers. Bordé de roseaux le sentier s’étire le long de l’étang de Ginès.

Premier observatoire donnant sur l’espace Francis Fabre : je ne peux voir les oiseaux qu’à la jumelle, sans pouvoir les identifier avec certitude. Identification plus facile avec l’avocette et son bec retroussé noir ; elle capture petits crustacés, plancton, mollusques en sabrant de droite à gauche la surface de l’eau.

Pendant un long moment – je ne l’ai pas dérangé – un ragondin aux incisives à l’émail orange, mange puis revient sur la berge pour faire sa toilette. Castor, loutre, ragondin. Au dessus de l’étang de Ginès, un vol rapide d’oiseaux bruyants dessinent dans le ciel deux V irréguliers avant de s’abattre sur l’étang.

Le sentier passe de l’autre côté par plusieurs passerelles de bois. Les oiseaux installés sur les îlots, sont plus éloignés des berges mais je reconnais quand même les ibis falcinelles presque noirs accompagnés de quelques hérons et spatules.

J’emprunte la grande passerelle de bois, transition entre les deux zones, sur laquelle des jeunes filles se lancent en courant, non sans avoir averti de nous garer (de 10 à 1). Les flamants roses sont nombreux, tantôt calmes, tantôt en pleine parade nuptiale. Près du point 7, ils sont regroupés à plus d’une centaine.

Continuer la lecture de Parc ornithologique du Pont-de-Gau, Saintes-Maries-de-la-Mer