Boucle de Ganagobie par le canal de Manosque


Circuit inédit qui conjugue la découverte du plateau de Ganagobie et celle du canal de Manosque, dont les berges sont en principe uniquement

affectées au personnel d’exploitation pour l’entretien et l’exploitation des ouvrages conformément aux statuts de l’ASCM et à l’ordonnance 2004-632 du 1er juillet 2004. La Filiole 14, avril 2011

Tout commence par une belle descente dans des sentiers ravinés qui coupent les lacets de la départementale plutôt spectaculaires. Dans l’un des virages, le GR, profondément creusé, est impraticable et je serai obligée de suivre la route sur quelques mètres pour le récupérer plus loin.

Tout en bas, avant de suivre le canal, je retrouve le pont romain de Ganagobie, sur le Buès, découvert assez tardivement lors de la prospection systématique des ponts sur la via Domitia. La voie romaine, si elle a facilité la communication et le commerce, servit plus tard de voie d’invasion aux Lombards. Datant du début IIè siècle, 30m de long, 10m de hauteur, une seule arche reposant sur des culées massives, ce pont romain est toujours utilisé par la petite départementale qui le traverse.

L’entrée sur le canal de Manosque est précédée d’un classique panneau d’interdiction de circulation ; le long du canal, la promenade est à vos risques et périls. En période hivernale ont lieu les travaux de réhabilitation : trois tronçons du canal maître à Ganagobie ont fait l’objet en 2008/2009 d’un recuvelage1 des berges. Si le danger est donc moindre en hiver, période de repos du canal, il existe néanmoins quand le canal est en eau : beaucoup d’ouvrages d’art devront être traversés en posant parfois le pied sur une surface étroite ou non sécurisée. Enfants turbulents, s’abstenir !

Le canal de Manosque

  • L’acquisition des terrains et les travaux ont été exécutés par l’Etat entre 1881 et 1926.
  • En 1977, l’entretien et l’exploitation du canal de Manosque sont remis en affermage2 à la Société du Canal de Provence.
  • En 2004, lancement de l’élaboration d’un Contrat de Canal.
  • Les eaux distribuées par le canal de Manosque sont dérivées de la Durance. La prise actuelle est située dans le barrage de l’Escale à Château-Arnoux
  • 13 communes traversées réparties sur 6 cantons, desservies en eau brute par le canal de Manosque.
  • surfaces irriguées multipliées par 6 entre 1950 et 2000, passant de 270 ha à 1800 ha.
  • Le canal maître mesure 57 km et les filioles3 représentent un linéaire d’environ 250 km.
  • 3 500 adhérents dont seulement une cinquantaine sont agriculteurs.

Quant à ceux qui jettent dans le canal la carcasse de leur voiture, ils ont eu une bien mauvaise surprise quand celui-ci a été vidé en août 2012 car l’immatriculation de la quarantaine de véhicules a été remise à la police qui fera une enquête pour retrouver leur propriétaire. Ceux qui auraient fraudé leur assurance sont passibles d’une peine de 5 ans de prison et d’une amende de 375 000 €…

L’eau du canal s’en va les carcasses de voitures dansent

De nombreux ouvrages d’art jalonnent ce parcours escarpé : un pont-aqueduc (64 sur la totalité du canal) avec rambarde métallique, un autre sans protection qui domine le vide (Mal-Pas), un ponceau4 et ses pierres mal jointoyées entre lesquelles l’herbe repousse. Deux des ponts portent un numéro (11.70, 11.67) qui vraisemblablement représentent leur distance en km par rapport à la prise d’eau du barrage de l’Escale. Le canal devient souterrain, je le retrouve un peu plus loin creusé directement dans le rocher. Il devient plus étroit ; la végétation qui colonise ses bords est celle des zones humides comme le rouge du cornouiller sanguin ou les joncs. Le canalAprès le gros tuyau disgracieux, je retrouve les berges du canal, construites différemment : d’un côté, assemblage de pierres à cinq faces, de l’autre une surface bétonnée lisse. Au pont-aqueduc du ravin de Pont-Bernard, parmi les aménagements plus importants, je reconnais une martelière5. De façon à partager la ressource en eau, une distribution « au tour d’eau » impose la mise en oeuvre des arrosages à des heures pré-définies.

Continuer la lecture de Boucle de Ganagobie par le canal de Manosque

Balade insolite sur les bords du canal du Verdon à Peyrolles en Provence


Balade insolite et sans grand danger sur l’ancien canal du Verdon (à vos risques et périls cependant…) pour qui sait faire preuve de prudence. Les berges sont généralement en bon état ; parfois un à-pic vertical de plus de 2 mètres de chaque côté, sur une berge étroite où le pied n’a que quelques centimètres d’espace libre de chaque côté, procure la sensation d’être un découvreur des temps modernes ; parfois au contraire, la marche se fait sur le sol à côté de la berge ; ou bien dans le canal dans lequel on peut se sentir enfermé, sans aucune visibilité sur le paysage environnant. Pas de balisage pour ce parcours inédit.

Ce canal désaffecté depuis 1970, a pris la relève du canal Zola devenu insuffisant. Le 15 août 1875, l’eau du Verdon arrivait à la fontaine de la Rotonde, traversant la Haute-Provence puis les communes au nord d’Aix-en-Provence, mais l’inauguration avait eu lieu avec les eaux du canal Zola. C’est une partie située sur Peyrolles que nous parcourons aujourd’hui. Je vous avais déjà présenté une partie sur Venelles jusqu’à l’aqueduc de Parrouvier.

IMG_7513.JPGIMG_7497.JPGNous partons de la citerne 250, citerne de la plaine de Leuze, écrite en grandes lettres avec deux fautes d’orthographe ! Pour l’aller, nous choisissons de marcher sur les berges qui réservent parfois la surprise d’un arbre mort qu’il faut enjamber : la balade commence à un premier tunnel qui ne semble pas d’époque suivi d’une martelière1. Quelques ouvrages d’art jalonnent le parcours : tunnels, pont-aqueduc2, passerelle. Les parois du canal sont parfois inclinées (ce qui permet de descendre dans le fond du canal sur les fesses !), parfois verticales. En fonction des terrains rencontrés et du type de protection des berges, les inclinaisons varient. Celles construites dans la terre sont plus inclinées pour ne pas s’ébouler. IMG_7498.JPGMathématiquement, la forme en trapèze est la plus économique, la plus facile à construire, et celle qui offre le moins de résistance à l’écoulement de l’eau. D’après Dictionnaire des sciences mathématiques pures et appliquées, J.B. Petit, Alexandre André, Victor Sarrazin de Montferrier, Louis Puissant, Bruxelles, Librairie militaire, 1840, Tome 3

Continuer la lecture de Balade insolite sur les bords du canal du Verdon à Peyrolles en Provence

Circuit Notre Dame d’Astor à Peyrolles


Exemple de balisage bleuAprès plusieurs semaines d’inactivité, c’est ma première sortie : elle a pour but de tester mes ‘nouveaux yeux’ suite à une opération. Il fait froid, le mistral souffle. Le circuit est balisé bleu mais il faut être attentif pour ne pas se perdre. Départ de la chapelle Saint-Sépulcre où le stationnement n’est pas en zone bleue.

IMG_6912.JPGConstruite aux Xe et XIIe s. c’est le monument le plus ancien de Peyrolles. Située sur un promontoire rocheux auquel on accède par des marches de pierre, la chapelle occupe l’emplacement du premier castrum. D’après Mr Duby, historien du moyen âge, il s’agirait d’une chapelle votive, commémorant un retour de croisade. ll existe trois autres exemples en Provence d’architecture semblable, en forme de trèfle à quatre feuilles mais la chapelle du Saint Sépulcre est la plus petite.

Photo estoublonSes absidioles, toutes identiques, ont une couverture de 2,90 m et une profondeur de 1,80 m. On y venait lors de la première communion afin d’aller en procession à l’église paroissiale. La messe y était célébrée le jour de la St Marc. C’est au 17è siècle que le clocheton, sous arcade a été rajouté sur un carré central. Le clocher actuel a été restauré en juillet 1976 suite à la foudre.

La chapelle Saint-Sépulcre

Article de journal paru sur le retable de la mise au tombeau (3 août 2006)

IMG_6917.JPGIMG_6916.jpgNous longeons le canal de Provence puis pénétrons en forêt ; nous marchons de temps en temps sur des blocs calcaires : nous nous perdrons une fois : il y a tant de petits sentiers de droite et de gauche ! Nous traversons le canal au pont Saint-Joseph : quel est ce champignon à lamelles d’au moins 10cm de diamètre, sur le bas côté ? Nous marchons désormais sur la route jusqu’à la chapelle Notre Dame d’Astor, berceau du village du temps des gallo-romains.

IMG_6926.JPGPhoto estoublonUne aire aménagée ajoute de la convivialité à ce lieu un peu triste : l’intérieur est vide, il ne reste plus rien. Le plafond fortement dégradé, devait être recouvert de peintures à l’origine. la chapelle est imposante avec ses contreforts manifestement ajoutés plus tard. Quelques pierres d’origine réemployées dans l’ancien presbytère n’ont pas été recouvertes d’enduit. « La pierre blanche en réemploi est un fragment d’une statue de Pomone, dont la tête, trouvée par Bernard Poyet à cet emplacement, se trouve dans le bureau du maire de Peyrolles ». Le projet territorial du Grand Site Sainte Victoire (2004-2006) y a programmé des travaux prioritaires de consolidation d’urgence.

Photo estoublonIMG_6923.JPGDes fragments de sculpture dont certains en ré-emploi, trois gros blocs de calcaire coquillier présentant des trous de louve permettent d’attester une occupation antique à proximité immédiate de la chapelle. […] La chapelle est datée des XIe s. ou XIIe siècle. grâce au « cintre de la porte d’entrée et par des arcades à baies géminées ».
En 1582, l’église Notre Dame d’Astor dépend de la chapellenie Saint Ambroise, laquelle église est ruinée. [..] La voûte aurait été reconstruite au XVIIe s., et une datation similaire est attribuée au premier état des enduits décorant l’intérieur |…].
IMG_6928.JPGQuatre sondages […] ont livré des sépultures, attestant ainsi l’étendue et la variété des architectures des tombes. Des sépultures construites, anthropomorphes, sont bâties au moyen de moellons et dalles, majoritairement de tuf, disposées verticalement, soigneusement agencées, et fermées à la tête et aux pieds par un moellon disposé transversalement. … daté du XIIe s. ou du XIIIe s.
Sur l’ensemble de l’édifice, la façade occidentale (entrée) est celle qui conserve le plus d’éléments architecturaux rattachables au Moyen Âge. […] Les reconstructions du XVIe-XVIIe s. concernent pour l’essentiel les parties hautes de la chapelle, […] .

Extrait sélectionné du Site de Peyrolles en Provence, patrimoine

IMG_6931.JPGIMG_6933.JPGIMG_6932.JPGNous repartons par le Plan après avoir traversé le petit canal de Peyrolles. La route du Plan est jalonné d’oratoires dont l’oratoire rural du Plan (ou Roy René) couronné d’une corniche et d’une croix. C’est le plus ancien de Provence. Son pilier porte la date de 1481 qui correspond au rattachement de la Provence au royaume de France. Le pilier en pierre de taille est d’origine. Restauré, l’oratoire a été classé en 1935.

Circuit des oratoires

Je n’ai pas été convaincue de l’intérêt de ce circuit, trouvé  sur internet. Pourquoi nous avoir emmenés en forêt pour arriver en bordure de route ? La chapelle d’Astor est vide et aucun panneau sur place ne nous donne d’informations sur son historique. Un simple aller-retour à la chapelle d’Astor par la route du Plan peut constituer une agréable balade dominicale.

Image de l’itinéraire 11.200km 125m dénivelée 2h45 dépl.

blsqr05.gif

J’adresse mes remerciements à Alain Balalas pour la relecture et la correction de cette note.
Il est auteur de plusieurs livres De Peyrolles en Provence à Jouques, coll. Mémoire en images, A.Sutton, 2000
Peyrolles ; Glossaire et lexique local à L’usage des anciens et des nouveaux Peyrollais, Le Livre d’Histoire, 2006 et d’articles dans la presse locale.