De Céreste à Monjustin par les crêtes et la plaine



Après deux semaines sans bouger à cause de la pénurie d’essence dans les pompes, je reprends la marche vers un petit village que j’ai découvert il y a quelques années (voir Montjustin, village fortifié autrefois, village d’artistes aujourd’hui). Mais cette fois, je pars de Céreste où j’espère voir les fouilles du pont romain, premiers vestiges de la pile fortuitement mise au jour par une crue du torrent de l’Aiguebelle au cours de l’hiver 1998/1999. IMG_6340.JPGNous passons devant la chapelle Notre-Dame de Piété ; au-dessus de la niche de la façade, une coquille Saint-Jacques rappelle sans doute que nous sommes sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à Rome.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Le GR4/GR9 est bien balisé rouge-blanc. IMG_6344.JPG IMG_6346.JPGQuelque peu envahi par la végétation, il longe d’abord les villas, traverse des sous-bois puis s’élève sur les crêtes. Au sud, près de la route, quelques fermes isolées près de l’Aiguebelle au pied des collines. Nous marchons sur le socle calcaire et la marche est un peu moins agréable. Nous ne découvrirons les premières maisons de Montjustin qu’à la dernière minute.

IMG_0017.jpgIMG_6354.JPGLa commune de Montjustin, commune du parc naturel régional du Luberon, ne compte que 53 habitants (recensement 2006) ; presque toutes les maisons sont fermées en cette fin d’octobre. Juste après l’entrée du village, signalée par un panneau sens interdit où les chiens doivent être tenus en laisse, un puits qui a conservé sa vieille manivelle fixée sur une roue qui permettait de remonter l’eau sans effort. Après le premier virage, un escalier de pierre nous invite à monter dans la forteresse protégée par une tour ronde et un long mur d’enceinte restauré, sans doute le château de Luzerne. Les rues étroites tournent et retournent, découvrant de nouvelles maisons de pierres. IMG_6362.JPGRien de IMG_0022.jpgmoderne :  le village est resté authentique. Nous nous posons souvent la question de la violation de la propriété privée : aucun portail, aucune interdiction, nous circulons dans les jardins ou sur les places fleuries, sans distinguer ce qui est public de ce qui est privé, découvrant là une fontaine, un cadran solaire ou une statue bi-céphale.

Jean Ailhaud, né le 6 janvier 1675 à Lourmarin, […] acquit alors de la maison de Brancas les domaines importants de Castellet, de Vitrolles et de Montjustin et fut pourvu en 1745 de la charge anoblissante de secrétaire du Roi. […] Il en eut deux fils, Jean Gaspard, qui continua la descendance, et Louis, qui fut évêque de Carpentras. Jean Gaspard Ailhaud, Sgr de Castellet, de Vitrolles et de Montjustin, embrassa comme son père la profession de médecin. Ses deux fils, Jean Gaspard et Louis Théophile Gaspard, furent les auteurs de deux rameaux. L’auteur du second rameau, Louis-Théophile-Gaspard Ailhaud de Luzerne, né en 1756, épousa Mlle Mercier, dont il eut deux fils. Extrait du site de Gilles Dubois

Eglise en 2010IMG_0026.jpgJe retrouve l’église Notre Dame des Neiges à l’emplacement du village primitif, qui a quelque peu changé. Datant de la fin du XVIè, elle est contemporaine de la reconstruction du village qui avait été démolie en 1589 par le duc de la Valette parce que ses habitants avaient osé lui refusé le passage. On aperçoit encore un chevet à 5 pans, une partie de la nef. Je n’ai pas trouvé la pierre romaine réemployée dans l’édifice (voir site de la DRAC) mais il est difficile de contourner le monument et impossible d’entrer dans l’édifice par les escaliers. Histoire de Montjustin d’après Raymond Collier, dans la Haute Provence monumentale et artistique, Digne, 1986

IMG_0029.jpgPar un escalier le long du bâtiment affecté aux toilettes (bien entretenues !), nous atteignons la mairie qui a posé sur sa façade l’affiche des deux otages français en Afghanistan. Nous nous rendons au cimetière en suivant le sentier (PR jaune : Céreste par la plaine) où deux artistes célèbres ont été enterrés. Nous contemplons les crêtes du Luberon, la plaine de Reillanne et d’Apt, le Ventoux au lointain.

IMG_6370.JPGA peine visible sous les frondaisons, le cimetière éloigné du village, semble abandonné. Nous ne voyons aucune croix, aucun monument de marbre. La tombe du célèbre photographe Henri Cartier-Bresson, est simplement plantée de pieds de lavandes et massif de bruyère, avec un jeune olivier protecteur à son pied. Un contraste saisissant avec la célébrité de l’homme. http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Cartier-Bresson

« En fin de compte, la photo en soi ne m´intéresse absolument pas. La seule chose que je veux, c´est retenir une fraction de seconde de réalité ». Pour Cartier-Bresson, l’image naît d’un instant, sous l’œil attentif du photographe qui déclenche spontanément. Légende vivante de la photographie, il témoigne de l’histoire d’un siècle au travers d’images prises sur le vif, instinctives et parfois prémonitoires. l’Express

Centenaire de la naissance de H. Cartier-Bresson Fondation HCB

Continuer la lecture de De Céreste à Monjustin par les crêtes et la plaine

©copyright randomania.fr

Notre Dame du Laus : sur les traces de Benoite la bienheureuse



IMG_0084.jpgSur ce lieu saint, Ti’Mars… souhaite placer plusieurs caches. Nous partons en reconnaissance sur ce circuit de plusieurs kilomètres, balisé jaune. Départ : l’oratoire du couronnement (23 mai 1855) ; la première partie entre Notre Dame du Laus et Rambaud, fait partie du chemin de Compostelle qui reprend l’itinéraire qu’utilisaient les pèlerins italiens pour rejoindre Arles et Saint-Gilles-du-Gard. Un chemin de Compostelle dans les Hautes-Alpes
IMG_0091.jpgIl fait chaud et le sentier n’est pas souvent à l’ombre. Sur notre droite, le ravin de l’Ange. A mi-hauteur, nous nous rafraichissons à la source de la Poua où une fontaine a été joliment sculptée dans un tronc d’arbre. La montée continue en larges lacets jusqu’à l’oratoire de l’ange en passant par l’oratoire XIV qui sert de support au balisage jaune. Que fait-il là cet ange ? pour comprendre il faut connaître un peu l’histoire de Benoite, car il s’agit bien d’une histoire et non d’une légende puisque l’Eglise a reconnu les faits.

La météo à cet endroit aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_0098.jpgBenoîte Rencurel, née en 1647 dans une famille de paysans de Saint-Étienne d’Avançon, devient à partir du mois de mai 1664, et jusqu’à sa mort, l’instrument de prédilection de la Vierge Marie et la fondatrice du Sanctuaire de Notre-Dame du Laus.
Après la mort de son père, elle a sept ans et doit gagner le pain de la famille en gardant les troupeaux d’un voisin. Elle a toujours son chapelet avec elle et le récite tout au long du jour. Elle ne saura jamais ni lire ni écrire.
Dans une fente de la colline qui domine le village, Marie lui apparaît chaque jour durant quatre mois. Au mois de septembre, Marie lui confie la mission de faire construire une église avec une maison pour des prêtres.
Les luttes et les souffrances ne lui sont pas épargnées : il lui faut défendre la mission du lieu […] subir la douleur terrible occasionnée par les stigmates du Christ […]. Chaque semaine, pendant neuf années entrecoupées de deux ans, la douleur de la crucifixion la cloue dans son lit, […]. Ce fut le point culminant de son éducation spirituelle.
Elle prie sans relâche pour “l’état ecclésiastique, le Roy, les pécheurs et les moribonds”, offrant ses pénitences sévères à ces intentions. Benoîte, toute investie dans son ministère, commence alors à subir les attaques du démon.
Le dimanche 4 mai 2008, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap, a proclamé le décret de reconnaissance officielle des apparitions de Notre-Dame du Laus à Benoîte Rencurel en présence de nombreux évêques et cardinaux. Synthèse de l’histoire de Benoite Rencurel, site de Notre Dame du Laus

IMG_0099.jpgA l’oratoire de l’Ange (GC273VW Alp 26 : N.D. du LAUS (1/5) – L’Ange), en 1698, la Vierge apparaît à Benoite entourée par des anges qui l’emportent jusqu’au ciel puis la rapportent ensuite dans son hameau. Dans la nuit du 16 septembre 1701 l’ange éclaire tout le vallon d’un flambeau rayonnant.

IMG_0107.jpgIMG_0105.jpgLe chemin traverse une agréable forêt sans dénivelée avant d’arriver à Rambaud ; bientôt nous découvrons la chapelle notre dame de l’Hermitage (GC274NE Alp 27 : N.D. du LAUS (2/5) – L’Hermitage) qui porte aussi le nom de chapelle de l’érable – à cause de l’abondance de cet arbre dans la forêt proche, où vivait le père Aubin, confident de Benoite. Au XVIIè c’était un refuge pour les voyageurs qui se rendaient à Gap. Sur le toit de l’époque, le démon déposa Benoîte, pendant une nuit d’orage. Un ange la tira de cette situation dangereuse et lui ouvrit la porte du sanctuaire où elle put s’abriter et se mettre en prière. Des plaques de marbre noir rappellent ce fait.

Continuer la lecture de Notre Dame du Laus : sur les traces de Benoite la bienheureuse

©copyright randomania.fr