Le pont-aqueduc romain du Tholonet


Un grand classique que je me décide à reparcourir : c’est la lecture du livre de P. Bernascolle, L’or bleu du Tholonet, LesPressesduMidi, 2019 qui m’a incitée à y retourner, munie d’éléments d’informations nouveaux. Les lieux ont été joliment aménagés par la SCP.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Je suis partie du cimetière du Tholonet où sont enterrés le peintre André Masson (une sculpture de sa pierre tombale symbolise l’union), son ami, l’historien académicien Georges Duby, Barbara et Léo Marchutz.

J’ai sagement suivi le balisage jaune. Une piste rocheuse qui monte jusqu’à l’aqueduc de Doudon, haut sur pied, où l’eau circule à l’air libre. Là deux pistes possibles : la plus à gauche, et celle en contre-bas qui longe l’aqueduc ; toutes deux finalement rejoignent le GR2013. Un champ d’oliviers sur la droite, la crête de Sainte-Victoire qui émerge au dessus des frondaisons puis je quitte le GR au croisement suivant pour une piste plus petite qui se cache dans les bois.

Blocs rocheux empilés, parois de plus en plus hautes, sentier qui se rétrécit : l’atmosphère n’est plus aussi apaisante. Enfin, je découvre ce qui ressemble à un ‘mur’ (pilier du pont) romain percé de trous de boulins traversants destinés à recevoir les boulins horizontaux pour l’échafaudage. Petit manuel des techniques de la construction romaine, Hélène Dessales, Ecole Normale Supérieure. L’appareil est à moellons parallélépipédiques et disposés en assises horizontales encore en assez bon état.
Plusieurs grosses pierres assurent le chaînage d’angle. Le ‘mur’ (pilier) de l’autre côté est identique. La partie du pont au dessus de la rivière n’existe plus. Les archéologues ont imaginé un pont à deux ou trois rangées d’arches (Franc, 1987, Charrière 1978) ; tout en haut passait l’aqueduc romain de Saint-Antonin sur Bayon qui amenait l’eau dans la ville d’Aix.

Des constructions plus récentes, tel le mur en demi-cercle au pied de l’aqueduc percé de deux écluses. C’était le répartiteur des eaux, construit au XVIIe siècle, servant à canaliser les eaux de la Cause vers les fontaines du château du Tholonet (L’aqueduc romain, Les Amis de Sainte-Victoire). Rive gauche un canal encore visible a probablement été creusé au milieu du XIXe pour irriguer le domaine. En regardant en bas, la hauteur des gorges impressionnante (15m) et leur largeur bien étroite (2m au plus étroit) donnent le vertige. Une cascade abondante passe au dessus du mur.
Certains pensent qu’il y a eu ici un barrage romain. C’est vrai que la situation topographique est étrangement ressemblante à celle des 14 barrages romains au nord du Tage (Portugal) :

Importante variation des précipitations annuelles moyennes : c’est le cas pour la Cause. Utilisation continue de l’eau par la mise en place de barrages fonctionnant « au fil de l’eau » (plusieurs barrages sur la Cause) ; la régularité du débit ainsi exploité est obtenue grâce à une alimentation par de petits aquifères latéraux (C’est le cas des nombreux petits affluents de la Cause). Les barrages servent alors à réguler. Selon Barrages romains du Portugal, Types et fonctions, António C. Quintela et José Manuel de Mascarenhasp. 17-38

En 1864, un dessin du peintre Benoit Blanc dit Benoni, amateur de géologie, représente ce mur en grand appareil mais l’a-t-il vu ou imaginé ? Henri Mouren en 1882, évoque un ancien barrage, De Villeneuve un barrage mais pas un pont, et Prosper Mérimée un barrage et un pont-aqueduc. Le lac est envasé depuis longtemps, la cascade alimentait déjà le moulin au XIIIe : avant le barrage Zola les sédiments étaient retenus à ce niveau. Si on ajoute à cela un soubassement de mur en grand appareil, un déversoir de crue, la forme arrondie du mur, les entailles rive droite repérés par P. Bernascolle, un barrage romain existait probablement.
Un tel ouvrage pour quel usage et quelle destination vu que ce ne peut être pour Aix ? des villae, l’irrigation, un complexe industriel ou… le domaine de la Morée (selon P. Bernascolle) ?


Vidéo amateur du pont-aqueduc romain

Je cherche un moment le meilleur endroit pour traverser la rivière mais dans tous les cas, je me mouillerai un peu les pieds tandis qu’un cycliste gaillardement le traverse en m’éclaboussant  au passage ; le canal rive droite file vers le château. Le sentier grimpe raide jusqu’au dessus du château et ses jardins. Puis le sentier longe les restes de l’aqueduc romain dans le talus.

Le sentier descend progressivement jusqu’au chemin de la Paroisse ; dans le château, une vieille roue à augets, une turbine Pelton (merci Emmanuel).

La turbine a été mise en place dans les douves du château pour le 60e anniversaire de la Société : elle avait été bricolée pour créer un jet d’eau. Cette turbine servait à faire de l’électricité depuis une chute d’eau. B. Sabatier, SCP

Rejoindre le parking du cimetière se fera en bordure de la route Cézanne, mais protégé tout de même : d’abord côté droit (sentier le long de la route) jusqu’au château puis côté gauche sur trottoir en passant devant l’église.

A l’entrée du chemin de Doudon, se trouve une effigie de bronze de Paul Cézanne modelé par Gabriel Sterk et incrusté dans ce qui ressemble à une borne. Lors de l’inauguration en 2007, présidée par Andrea Ferreol, une chanson dédiée au peintre, écrite par Franck Thomas et Tony Rallo, a été interprétée par les petits Chanteurs d’Aix.

Le moulin Cézanne employait six ouvriers et produisait 100 quintaux de farine par jour. Ce sont les Compagnons du  Devoir de Marseille qui ont refait la charpente en lattes de sa toiture conique. Guy Ballossier, La Route Cézanne, route classée, Editions Flâneries, 2009

Le premier étage a conservé sa facture ancienne en pierres calcaires. La potence servant à hisser les sacs de farine au grenier est toujours en place avec son anneau, sa tige et son bras de support. Il sert pour les expositions de peintres régionaux.

Une randonnée courte pour les gens pressés et curieux !

Image de l’itinéraire 3km970 1h40 119m dénivelée (+233, -233)

Télécharger la trace

Réclavier, vallon du Pin


Départ à côté de la quatrième gare de Meyrargues, celle de Réclavier, halte voyageurs sur la ligne Marseille-Briançon dont le train s’arrêtait ensuite à la première gare de Meyrargues, non loin de l’auberge des 3 gares ; la seconde, devenue propriété privée, c’est le départ de la ligne Central-Var de la Compagnie des Chemins de Fer du Sud de la France Meyrargues-Nice. La troisième gare, c’est le départ de la ligne ‘BdR’ Arles-Meyrargues de la Compagnie des Chemins de Fer Régionaux des Bouches du Rhône. Réclavier n’est plus desservie ; une seule gare demeure en service à Meyrargues sur la ligne vers les Alpes.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

En crapahutant derrière la halte de Réclavier, on peut voir l’entrée du tunnel et ce qui fut probablement un réservoir d’eau pour les machines à vapeur.

Ce tunnel cachait un canon à longue portée sur rail en 1944. Ses obus de 255 kg devaient pilonner la flotte qui tenterait d’attaquer par Marseille (40 km à vol d’oiseau ; un obus ordinaire pesait 5 kg).
Les Allemands firent des tirs de calibration : un observateur sur la côte téléphonait la position des impacts en mer pour parfaire les réglages.
Un témoignage écrit nous apprend que les détonations affolaient le bétail au Puy-Ste-Réparade (8 km à vol d’oiseau).
Bataille de Peyrolles (20/08/1944), montage vidéo par Claude M.

Il faut suivre la route qui longe la voie mais j’ai pu profiter d’un passage entre deux rangées d’arbres ; sur la droite, la carrière de Réclavier, plate-forme de recyclage qui bénéficie, d’une installation spécifique de tri, qui permet d’accueillir et de revaloriser les matériaux de déconstruction du BTP et les bennes à gravats des déchetteries. Durance Granulats

Un peu plus loin, une fontaine Bayard délivre encore de l’eau fraîche par un robinet moderne, bien pratique pour remplir sa gourde. Etait-ce la fontaine publique du quartier ? Elle puise sûrement son eau dans le Grand Vallat. Elle se situe en bordure de la propriété Lameinaud de 1813, mais celle-ci s’écrit l’Ameynaud de l’autre côté du Grand Vallat… puis Lamenaude en 1950. On écrivait les toponymes, comme on les entendait !

Je traverse la voie ferrée sur un passage à niveau non gardé ; la piste n’est fréquentée que par les riverains. Puis c’est la montée par le vallon du Pin le long de propriétés privées bien à l’abri des regards. Enfin, un chemin sans goudron continue de monter jusqu’à la cote 397 où je fais une petite pause. Les gorges du Pas de l’Etroit se devinent derrière les arbres.

Continuer la lecture de Réclavier, vallon du Pin

Vestiges de la branche nord de l’aqueduc romain d’Arles


Les stéphanois débarquent à l’heure sur le petit parking de l’aqueduc de Barbegal à Fontvieille. C’est Jean-Claude, président de l’association Forez-Jarez  qui animera la visite. J’arrive la première sur le petit parking près du double aqueduc qui mène à la meunerie industrielle romaine de Barbegal déjà visitée plusieurs fois. Ci-contre la carte des aqueducs établie par M. Borely, CNRS.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Dans le vallon des Grands Arcs, certaines arches sont encore debout, à d’autres endroits on voit le canal et même l’enduit. Ultérieurement, l’aqueduc a été consolidé. On voit bien deux aqueducs côte à côte ; au sol la marque en creux d’un assemblage de gros blocs de pierres en queue d’aronde.

A l’approche de la Pèiro Traucado (pierre percée), côté droit la branche de l’aqueduc d’Arles se sépare de l’autre ; ils vont converger un peu plus loin. Le site de la meunerie industrielle de Barbegal, alimentée en eau au 2e siècle, est difficilement identifiable sans la maquette sous les yeux. Elle se situait dans une enceinte dont il reste un bout de mur dans la partie inférieure. Un escalier monumental au milieu et de chaque côté une série de 8 biefs l’un au-dessus de l’autre. Les chambres de mouture abritaient les mécanismes. Selon les niveaux, la meule se trouvait à l’étage supérieur ou inférieur de la chambre, la transmission se faisant de bas en haut ou de haut en bas. Ce dispositif permettait de placer un maximum de chambres dans la pente. Les eaux étaient évacuées par un émissaire voûté long de 20,10 m dans un fossé de 5 m de long à l’extérieur de l’enceinte.

Les moulins, J. Lucas

Dans un travail venant de paraître (2018), cinq chercheurs Gül Sürmelihindi, Philippe Leveau, Christoph Spötl, Vincent Bernard et Cees W. Passchier) , The second century CE Roman watermills of Barbegal : Unraveling the enigma of one of the oldest industrial complexes, Science Advances, September 2018, 4, 8  p. suggèrent une production de biscuits de mer1. Disponible en français sur le site Persée. C’est en étudiant les dépôts de carbonate précipités à partir de l’eau qu’ils ont fait cette déduction :

Les dépôts de carbonate précipités à partir de l’eau pendant le fonctionnement des moulins, forment des moulages sur le bois. Ces moulages sont préservés et fournissent des informations uniques sur la fréquence d’utilisation et de maintenance des moulins, et même sur la structure des chambres de la roue hydraulique. Les séries chronologiques d’isotopes stables des gisements de carbonate révèlent que l’activité de l’usine était régulièrement interrompue pendant plusieurs mois. Cela suggère fortement que le complexe de la minoterie n’était pas utilisé pour fournir régulièrement de la farine à un grand centre de population, comme on le pensait auparavant, mais servait probablement à produire du biscuit de mer non périssable pour les ports à proximité.

Jean-Claude nous emmène 300 m plus loin, sur le lieu du bassin de convergence, soigneusement recouvert après les fouilles (photo ci-contre JCL). Avant la construction des moulins, il assurait la convergence des deux branches de l’aqueduc d’Arles.

Une prise d’eau située à quelques mètres du bassin dérivait vers une nouvelle conduite les eaux venues de la branche orientale désormais affectée aux moulins. […] Contrairement à ce qui avait été proposé à la suite des fouilles de F. Benoit, les moulins ne datent pas de la fin de l’Antiquité, mais sont contemporains de l’apogée de la cité d’Arles. Selon Philippe Leveau, texte publié en 2008 sur le site  du club de randonnées fontvieillois

Par un sentier sinueux et étroit nous rejoignons la route D33 que nous remontons sur quelques mètres : l’aqueduc est parfaitement visible et accessible depuis la route.

Après le pique-nique sous les oliviers, nous prenons la route D82 ; à la croix de Jousseaud, deux policiers s’apprêtent à faire la circulation pour une course cycliste qui doit passer par là. Nous poursuivons sur 600 m ; au deuxième pont, nous obliquons sur une piste qui bientôt en croise une autre grossièrement parallèle à la route. Jean-Claude nous a promis 5 ponts et un mur soit, d’aval en amont, dans le vallon des Raymond(s) (du nom de plusieurs familles propriétaires en 1820) : le pont Rou derrière la villa en bordure de route, puis celui du vallon Peissonniers2, du vallon Portau, le mur-porteur près du chemin de Cadenet, le pont du vallon Charmassonne, le pont du vallon des Sumians. Un seul de ces toponymes attribués au XIXe par A. Gautier s’est perpétué sur la carte IGN d’aujourd’hui.

Le premier, le pont-Rou3, par un simple aller-retour dont vous pouvez vous passer, car on ne voit qu’une masse informe érodée. Les quatre autres ponts aériens sont parfaitement visibles et donc ont gardé leur intérêt.

Le second pont dans le vallon des Peissonniers2, premier pont à l’ouest de la D33. Sa solidité ne nous inquiète pas : nous circulons dans le canal. Une seule arche qui devait laisser passer un écoulement d’eau.

Continuer la lecture de Vestiges de la branche nord de l’aqueduc romain d’Arles