Le circuit du gypse et le rocher de Sainte-Madeleine


Après la balade du matin que nous avons voulu facile, nous décidons sur les conseils d’estoublon, de faire le circuit du gypse préparé par la réserve géologique à Thoard. Il fait chaud ; l’enthousiasme n’est pas débordant mais nous sommes motivés par la découverte du refuge d’art de la chapelle Sainte-Madeleine en bordure de falaise, en haut du rocher, et la carrière de gypse. D’un point du vue géologique, nous trouvons des paysages contrastés, la vallée des Duyes se trouvant autrefois en bordure de la mer qui recouvrait la Haute-Provence et également au pied des montagnes ; le sable accumulé forme le grès que l’on voit aujourd’hui. La limite de chevauchement est soulignée par les affleurements de gypse qui ont servi de ‘savon tectonique’ à la nappe de charriage de Digne. Géologie de la vallée des Duyes

La météo à cet endroit aujourd’hui et à 3 jours
avec le vent

IMG_5442.JPGimage44.jpgLe départ par le GR de pays « grande traversée des préalpes » ou GTPA, se trouve à la Bannette à Thoard, ou sur le parking aménagé un peu plus loin. Il grimpe, grimpe sur les cailloux puis tourne à gauche, longeant des champs pentus dont des champs de lavande plus ou moins abandonnés ; le monument du souvenir des résistants nous rappelle qu’ici deux jeunes ont été assassinés par les allemands lors de la seconde guerre mondiale. L’ADRI a même publié un livre permettant de découvrir tous les chemins de la résistance. Les chemins de la liberté – sur les pas des résistants de Haute-Provence, ADRI – AMRID, ADRI-AMRID, 2004

image48.jpgNous délaissons alors le GR pour grimper sur le rocher de Sainte-Madeleine curiosité géologique dont la nature n’a rien à voir avec les terrains qui l’entourent : il s’agit soit d’un élément arraché à un relief voisin et entraîné ici lors de la mise en place de la nappe de Digne, soit il correspond à un repli de la nappe de Digne (A travers la réserve géologique de Haute-Provence, ADRI/Réserve géologique, ADRI, 2000) ; autrefois les paysans de la vallée de Thoard se servaient de l’ombre projetée par le rocher pour connaitre l’heure. A midi le rocher est totalement éclairé.

Nous passons près de l’antenne et rejoignons la chapelle Sainte-Madeleine devenue refuge d’art, collection hors les murs du musée Gassendi de Digne, datant de 2002. De loin, sa situation ressemble fort à celle de la chapelle Saint-Michel de Cousson : très proche de la falaise. Quand nous nous trouvons face à l’entrée, sans porte, nous reconnaissons tout de suite l’œuvre d’Andy Goldsworthy qui marque de son empreinte toute la Haute-Provence ; un oeuf de pierres plates et bien alignées, à taille humaine, invite à nous y lover ; c’est ce que souhaite l’artiste, ce que nous ferons, comme tant d’autres avant nous. IMG_5450.JPGDeux rais de lumière pénètrent dans la chapelle par de IMG_5461.JPGdiscrètes ouvertures dans la toiture. Alors que nous profitons du silence assis sur le banc, soudain des bruits de moteurs rageurs nous ramènent à la réalité : quatre quads déboulent près de la chapelle. Les visiteurs y jettent un oeil rapide ; au cours d’une brève discussion, nous retenons une bonne adresse : celle du restaurant la Bannette où il vaut mieux réserver. Ils repartent en trombe, abimant le sentier en déterrant même les grosses pierres.

Continuer la lecture de Le circuit du gypse et le rocher de Sainte-Madeleine

©copyright randomania.fr

*** A l’ombre du rocher de Roquebrune


La journée est organisée par l’ASER (Association de Sauvegarde, d’Etude et de Recherche pour le patrimoine culturel et naturel) que j’apprécie énormément tant elle propose des journées qui correspondent à ce que j’attends : de la marche, des découvertes de notre patrimoine local souvent riche mais peu connu, de la convivialité. Et des visites gratuites de plus ! Je peux alors poser des questions et y trouver de quoi vous faire partager mes découvertes. J’adresse mes remerciements à Philippe Hameau de l’ASER, qui a accepté de relire cet article.

La première visite prévue est pour la glacière située à l’intérieur de la Maison du Patrimoine, dans l’impasse Barbacane, sans doute l’ancienne rue de la glacière, comme dans beaucoup de villages provençaux. La communauté a racheté tôt le droit de faire de la glace. Des travaux de restauration du bâtiment municipal ont permis la découverte de cette glacière du XVIIème siècle exploitée par l’évêché de Fréjus qui en assumait l’entretien (On sait qu’en 1664-65 elle avait fait l’objet de réparations). Mais c’est devant une maison fermée qu’Ada nous expose ce qu’elle a découvert dans les archives. Sur le thème de la glace, visitez le musée de la glace !

Nous passons devant le cadran solaire créé en 2005, situé en bas de la rue Grande André Cabasse  (ci-contre carte postale ancienne de la rue) : certains s’essaient au calcul de l’heure légale à partir des indications fournies mais ça paraît bien compliqué. Le temps solaire n’est pas aussi uniforme que le temps de nos montres : il faudra donc ajuster par rapport au temps moyen, en fonction de la saison. Contrairement à l’heure solaire qui dépend du lieu, l’heure légale est identique sur tout le territoire : il faudra donc apporter une seconde correction due à la longitude de Roquebrune. Je dirais (simplement ?) de faire le calcul en 4 étapes :

  • Lire l’heure locale de Roquebrune au soleil grâce à l’ombre du style sur le cadran ;
  • img_0863.jpgcorriger ce temps solaire : c’est l’équation du temps (site de l’Institut de mécanique céleste et calcul des éphémérides)  ; en été la terre se déplace moins vite qu’en moyenne : pour le 19 avril à peine -1mn de correction ;
  • Roquebrune étant à l’est du méridien de Greenwich, ajouter les 26mn de décalage (on trouve les coordonnées dans un atlas géographique), calculée à partir de la correspondance 24h correspond à 360° (rotation de la terre en 1 journée) ;img_0864.jpg
  • L’heure légale en France l’été étant égale à UT (Temps Universel) +2, ajouter ces deux heures

Il était 9h40 au soleil quand nous avons quitté le centre du village ; l’heure légale était donc : 9h40-0h1′-0h26’+2h=11h13 à nos montres. Il est temps de partir pour la chapelle Saint-Roch.

img_0874.jpgSaint-Roch s’arrêta dans plusieurs villes d’Italie atteintes par la peste ; il s’employa à servir les malades dans les hôpitaux. Pendant 3 ans il s’occupa des malades à Rome. Il finit par attraper lui-même la maladie et se retira dans une forêt près de Plaisance pour ne pas infecter les autres. Seul un chien vint le nourrir en lui apportant chaque jour un pain dérobé à la table de son maître. Ce dernier, intrigué par le manège de l’animal, le suivit en forêt et découvrit le saint blessé, qu’il put ainsi secourir. D’où l’expression, pour parler de deux personnes inséparables : c’est saint Roch et son chien. Extrait de Wikipedia.

C’est pour cela que dans les villes et villages de Provence qui ont été touchés par la peste, il y a presque toujours un oratoire ou une chapelle dédiée à Saint-Roch que l’on invoquait pour être protégé de la peste. Par exemple aux Mées, à Fontvieille, sur la route de Saint-Cannat, à Cazan, Saint-Rémy, le Beausset, etc.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

img_0870.jpgimg_0872.jpgPetit arrêt à la chapelle Saint-Roch, restaurée par le Comité pour la Protection des Monuments Historiques et des Sites de la Commune de Roquebrune-sur-Argens.

img_0875.jpgimg_0878.jpgDevinette ensuite face à un gros bloc rocheux abandonné sur la rive du lac Arena, à l’emplacement du bras de l’Argens. A quoi servait-il ? personne ne trouve qu’il s’agit d’une bigue, c’est à dire le point d’amarrage de la grosse corde à laquelle était arrimée la barque qui traversait l’Argens avant la construction du pont.

« Les seigneurs et les grands monastères possédaient des terres de chaque côté de l’eau et les échanges étaient intenses. La communauté dut se doter d’une barque pour permettre le transport d’une rive à l’autre des habitants et des animaux. Cette barque devait être assez large pour faire passer des charrettes. […] ; pour que la barque lourdement chargée ne dérive pas ([ndlr] à cause du courant), on l’arrima à une grosse corde qui était tendue, d’une rive à l’autre entre deux gros blocs de maçonnerie (l’un deux a été retrouvé, enfoui dans la sablière Perrin). Le point d’accostage s’appelait alors le capoul. »

Pour se rendre au pélerinage à la chapelle de la Roquette, soit les pélerins traversaient à gué, soit ils empruntaient le bac. La fonction de barquier était obtenue par adjudication. Sur le recensement de 1826, figurait encore Peyrin Sauveur, barquier.

Cassini_le_Muy_Roquebrune.jpeg« Ce bac devint, pour la cité, un véritable service public, affermé dès 1546 par la communauté pour ‘passer chacun, tant allant que retournant, franc et sans faire payer personne, étrangère ou privée’. En fait, les étrangers et les animaux payaient une redevance par homme ou par tête de bétail.
Il fallait souvent réparer ou changer la barque malmenée par les troncs d’arbres charriés par le fleuve en temps d’inondation, et « nourrir » la corde avec du goudron ou la changer. […] Les ouvriers agricoles perdaient beaucoup de temps pour franchir la rivière ; il fallait parfois toute une journée pour faire passer un troupeau d’une rive à l’autre ; il n’était pas rare de voir des bêtes effrayées tomber à l’eau et se noyer. »

Sur la carte de Cassini (1778), le bac y figure bien à côté de la chapelle Saint-Roch. La solution fut la construction d’un pont. Ce n’est qu’en 1829 que l’Argens cessa d’être pour la cité un obstacle à l’ouverture au monde. L’Argens et le vieux pont par le Comité pour la Protection des Monuments Historiques et des Sites de la Commune de Roquebrune-sur-Argens.

img_0881.jpgPetit cours de géologie avec M. Blanc qui a amené son graphique sur le terrain. J’entends pour la première fois le terme d’arkose. « Le rocher de Roquebrune est constitué de granites et gneiss vieux de 560 millions d’années […] ; et si la surrection de ce relief est très récente (environ 30 millions d’années) le granite est un reste du socle hercynien ». Extrait de Geoforum. L’arkose est la roche issue de l’altération et de l’érosion de ces granites et gneiss.

IMG_0883r.JPGExtrait du site ifrance, le rocher de Roquebrune :
« A l’ère tertiaire, des mouvements tectoniques […] font remonter le conglomérat à la surface. Sa couleur caractéristique est due à une quantité inhabituelle d’oxyde de fer ». Selon notre géologue, le soulèvement continue, les reliefs s’élèvent de 2 à img_0890.jpg3mm par an. Avant de IMG_0894r.JPGrepartir après le pique-nique pris en commun, alors que je m’apprêtais à marcher bien involontairement sur une fleur poussant au ras du sol, une dame de l’association me crie « stop ! vous allez écraser une orchidée ! ».

Continuer la lecture de *** A l’ombre du rocher de Roquebrune

©copyright randomania.fr

** Le village du Vieux-Bras (d’Asse), après un siècle d’abandon


IMG_0723r.JPGimg_0731r-254x300.jpgimg_0730r.jpgPetit arrêt au poteau de Telle (vestige des supports de panneaux indicateurs en fonte de chemins de grande communication du XIXe siècle) où les geocacheurs trouveront la cache le poteau de Telle d’estoublon et son repère cylindrique de nivellement général servant à l’étude des reliefs (le point de référence 0m servant à la mesure des altitudes se trouve au marégraphe à Marseille, 11cm sous l’eau par rapport à ce qu’il était en 1884…) : étude du niveau des mers, des crues, altitudes,… ; une plaquette en laiton est fixée au centre du médaillon. A froid est frappée l’altitude arrondie au mètre (selon le site de l’IGN, elle est exactement de 734,611m). Ce poteau marque la limite communale de Puimoisson et Bras d’Asse et se situe sur la voie antique rejoignant Riez. Au loin, nous apercevons Bras d’Asse et sur la colline, les ruines du vieux village abandonné. C’est là que nous allons.

img_0778r.jpgcassoir_Oraison_fete_amande.jpgcassoir_Oraison_fete_amande_2.jpgNous nous garons place du cassoir, sans doute là où était installée la machine servant aux villageois pour casser les amandes récoltées. Le plateau de Valensole est connu pour sa lavande et ses amandiers (photos empruntées au site des rencontres oraisonnaises).

Fête de l’amande à Oraison

La météo aujourd’hui à cet endroit
Avec la température ressentie

img_0732r.jpgTant que je n’ai pas lu le livre de Damien Quivron sur l’histoire de Bras d’Asse, je ne peux confirmer les maigres éléments historiques trouvés sur internet. Une confusion avec la ville de Bras dans le Var me semble possible. Le site NetProvence.com qui affirme que sous Louis XII, Lesdiguières aurait mis à sac le vieux village se trompe probablement car Lesdiguières n’était pas même pas né à la fin du règne de ce roi. Mais il y a probablement un peu de vrai. Au XVIème siècle, la situation était un peu compliquée dans les villages de Haute-Provence ; quatre armées se battaient les unes contre les autres : celle du roi, celle du duc de Savoie venue ensuite parfois aider celle des catholiques, et celle des protestants. Les villages étaient pris par les uns, repris par les autres. « C’était pour la cinquième fois que les habitants de la vallée de l’Ubaye, d’Allos et de Saint-Martin d’Entraunes changeaient de souverain pendant le cours de l’année 1590, et tous ces changements s’opéraient d’une manière violente, par des invasions à main armée, des sièges meurtriers, des assauts, des capitulations. » (Extrait de Histoire d’Allos, troisième partie, chapitre IV de 1559 à 1598).

img_0742r.jpgvieux_bras.jpgLe vieux village de Bras d’Asse, flanqué de quatre tours et de murailles qui entouraient les habitations, a sans doute été repris par un chef catholique : le baron de Bras d’Escalis, et son voisin le seigneur d’Espinouse, avaient fait cause commune avec les huguenots. Les remparts et le château furent détruits. On peut encore deviner une tour de ce ‘Chateau-neuf’ sur la gauche quand on monte par le chemin du Vieux-Bras.

img_0748r.jpgIMG_0737r.JPGLe chemin du Vieux-Bras est balisé. Il commence par emprunter le sentier botanique qui mériterait d’être mieux entretenu. Il coupe plusieurs fois la route et nous y sommes vite. Les premières ruines sont impressionnantes : des murs hauts, très épais, assemblés avec d’énormes galets charriés autrefois par la Durance. Ça ne doit pas être si facile de construire des murs droits avec des galets ronds !

img_0740r.jpg

img_0752r.jpgLa visite est risquée car la pente est instable et les ruines souvent dégradées. Par des trous dans les murs, j’aperçois une échelle posée contre un mur et une cave envahie par la végétation ; pas si abandonné que cela ce vieux village : je remonte la ruelle étroite pavée et bordée de maisons restaurées ou en cours de restauration.  Le Vieux-Bras est construit avec des galets comme d’autres avec des pierres.

img_0733r.jpgPour résoudre le problème de l’eau dans ce village perché, à l’étroit, d’accès malaisé, loin des terres, les citernes étaient la seule solution (le réservoir est sur la gauche du sentier). En période de sécheresse, la vie devait être bien difficile. Au bord de l’Asse, la vie n’était pas possible car le torrent indomptable faisait des ravages. « On passe ordinairement l’Asse sur les épaules des paysans […] un étranger ne s’exposerait pas seul dans une rivière qui lui offre du péril par l’inégalité de son lit » écrit Garcin E., Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, 1835.  Au XIXème siècle, un cultivateur M. Estelle, réussit, en construisant des digues et des canaux, à diriger les eaux de l’Asse vers des terrains inféconds. Il fut surnommé le vieux colmateur par les villageois. A la fin du XIXème siècle, des grands travaux d’hydraulique sont entrepris, Bras d’Asse construit des digues en pierre dans le but d’éloigner définitivement la menace. Un pont et une route sont aménagées dans la vallée. Les agriculteurs n’hésitent plus à s’installer dans la vallée, emportant non seulement le mobilier mais les toitures, charpentes, portes et fenêtres. En 1913, c’est l’abandon total du vieux village.

img_0777r.jpgimg_0754r.jpgL’arrivée tout en haut du village réserve quelques belles surprises : depuis la place fort accueillante, en face de nous, nous devinons  le plateau de Valensole et le poteau de Telle où nous étions tout à l’heure. Le château est restauré et subdivisé en  19 studios. Depuis 1979, le Vieux-Bras a été racheté par une société civile qui comprend vingt familles. Ce sont les enfants qui reprennent les travaux aujourd’hui mais certains ont abandonné et vendu leur part.

Continuer la lecture de ** Le village du Vieux-Bras (d’Asse), après un siècle d’abandon

©copyright randomania.fr