La campagne aixoise à deux pas du centre ville


Une bonne idée d’Anne qui emmène Domi, Majo et moi sur une de ses boucles quotidiennes ; elle convient aux marcheurs, coureurs, promeneurs qui veulent maintenir une activité physique, à deux pas de la ville, sans prendre leur voiture ; on peut donc se rendre en bus au départ du rond-point d’Eguilles (AixPress terminus) ; à nous les routes tranquilles ou les petits sentiers. Trouver une boucle en campagne aixoise est un exercice très difficile.

arbre tentaculaire

Au rond-point d’Eguilles, nous prenons le chemin du Pont Rout (pont Rout = rompu, est-ce le pont sur le ruisseau de Bougerelle ?) puis celui de Fontfiguières (de Font = source, et Figuière = lieu couvert de figues) qui longe la voie ferrée en montant. Dans son prolongement, le chemin de la Pierre de Feu nous offre un beau spécimen d’arbre tentaculaire peu avant le chemin aurélien où passait la voie romaine, qui suit grossièrement la route d’Aix à Salon.

La Via Aurelia fut plusieurs fois prolongée. Ainsi, en 109 avant J-C, le consul Æmilius la prolongea jusqu’en Ligurie, la voie passant par Genua (Gênes).
Après sa victoire sur les peuples des Alpes du sud, l’empereur Auguste continua cette route, à partir de 6 avant J.-C. jusqu’à Arelate / Arles : c’est la via Julia Augusta. Grâce à la totalité de la voie, Jules César a pu se rendre de Rome à Arles avec son escorte en 8 jours.

halte ferroviaire Pey Blanc
pylône camouflé

Nous circulons le long des vignes jusqu’à l’ancienne halte de chemin de fer où se trouve un passage à niveau non gardé avec un pylône joliment camouflé. Mais le train Lyon-Marseille par les Alpes peut encore passer.

Traversée de la route et descente par le chemin de Granet brusquement interrompu par un panneau d’accès interdit aux véhicules et piétons ; simple limite de parcelles, il dessert quelques maisons : nous l’empruntons cependant pour rejoindre le chemin des Plaideurs.

Le long chemin des Plaideurs, autrefois, permettait aux justiciables d’Eguilles d’aller à pied jusque chez le juge de paix à Aix ; la Constitution de 1790 veut qu’il y ait un juge de paix dans chaque arrondissement. D’après le cadastre, il est toujours ininterrompu entre les Granettes et Aix-Saint-Mitre ; et pourtant, sur le terrain, il est barré de chaque côté du golf pour qu’on ne se prenne pas une balle dans la tête. Quel dommage de n’avoir su préserver ce charmant sentier de promenade…
Pour les habitants de Puyloubier, le juge de paix siégeait à Vauvenargues et le chemin des plaideurs traversait la montagne Sainte-Victoire : pas étonnant que les plaideurs trouvaient parfois un arrangement avant l’arrivée au col ou qu’ils renonçaient à la justice des hommes…

bastide et colombier
vignes

De nombreuses bastides ont été construites dans ce quartier par des bourgeois d’Aix au XVIII ou XIXe : les bastides Ravanas, Parron, Vitally et son colombier, Cazelle, Bougerelle,… entre champs et vignes (cadastre napoléonien sections K6 à K8). Par un sentier d’exploitation assez fréquenté, nous rejoignons la route de Berre. Par l’allée de Ravanas, que nous coupons par un sentier zigzagant dans un futur chantier de construction, nous finissons entre les résidences pour retrouver notre parking.

Boucle courte, sans doute susceptible de surprises au fur et à mesure des nouvelles constructions ou changement de propriétaires, elle reste un bon choix aussi près de la ville. Je la referai volontiers.

image itinéraire St-Mitre Plaideurs

image de l’itinéraire 6km200, 51m dénivelée (+81,-81), 2h
Télécharger la trace

Du littoral à la chapelle Notre-Dame-du-Rouet


Cette boucle reprend en partie celles effectuées il y a quelques années. C’est un animateur du club FFR local qui nous encadre à l’occasion de la journée des baliseurs, ces bénévoles qui travaillent au marquage des sentiers pour le plaisir et la sécurité des randonneurs.

Redonne Niolon, Ensuès calanque Eaux Salées

Partis du port du Rouet, nous avons suivi le sentier du littoral, tout en montées et descentes successives, qui longe la ligne SNCF de la Côte Bleue : vous pouvez arriver de Marseille jusqu’à l’une des gares de la Côte Bleue (Niolon, Ensuès, Carry, Sausset, La Couronne) et revenir à pied vers une autre d’où vous reprendrez le train de retour. Les viaducs, les calanques et leur eau bleue, les pinèdes, sont déjà une invitation au voyage. Acheter son billet

Sur notre droite le village de vacances qui accueillit début 2020 les premiers voyageurs placés en quarantaine, escortés par la gendarmerie, à leur retour de Wuan où sévissait un virus inconnu, le désormais célèbre Covid. Les Français n’avaient jamais vu de masque à part dans les blocs opératoires ! Les télévisions du monde entier ont les yeux tournés vers ce petit village.

A l’image de la peste, un barrage sanitaire est mis en place : les policiers empêchent toute sortie, le port du masque et la distance sanitaire sont scrupuleusement respectés ; les habitants s’inquiètent et les premières fakenews circulent. Un an plus tard, c’est toute la France qui est confinée. Science et Avenir, Le confinement des rapatriés de Wuhan à Carry-le-Rouet : une époque « préhistorique, 31/01/2021

Le viaduc côté falaise
L'arche du viaduc des Eaux Salées

Nous descendons dans la calanque des Eaux Salées qu’enjambe un superbe viaduc à une seule arche, qui porte la ligne de chemin de fer Miramas-L’Estaque. Conçu par Henri Séjourné, fonctionnel depuis 1914, il a été particulièrement difficile à construire car il se rapproche de la mer d’un côté et colle à la falaise de l’autre ; terminé par des immigrés en période de guerre, son arche vue de dessous est impressionnante.

Après être remontés, petit coup d’oeil en arrière pour voir la longue enfilade de randonneurs qui descendent les nombreuses marches d’escalier vers la calanque sur une bonne trentaine de mètres de dénivelée.

Le potelet numéroté 06 fait partie de ceux implantés tous les 150 m le long du sentier des douaniers GR51 pour permettre aux randonneurs en difficulté de se localiser plus facilement auprès des secours.

Passage dans une zone urbanisée et donc macadamisée, par la calanque du Puits : oui il y a un puits, seul moyen d’avoir de l’eau autrefois ; vue surplombante sur la Madrague de Gignac et son petit port de pêche (photo en tête d’article), longtemps renommé pour les quantités de thons pêchés avec une madrague. C’est en période de migration, quand ils remontent le courant, que les thons se font piéger.

La madrague est une vaste enceinte de filets de pêche dans laquelle les poissons sont habilement conduits et d’où ils ne peuvent sortir. La madrague de Gignac est autorisée en 1475 au profit du comte de Marignane et durera plus longtemps que les autres ; en 1892, année exceptionnelle, 631 kg de thons y sont pêchés. La technique de pêche m’a semblé élaborée : chaque chambre, chaque fosse de la queue a une fonction bien précise (voir page 249 et suivante). Le parallélélogramme formant l’ensemble des chambres mesure 150 m sur 51 m, la queue mesure 300 m de long. Les pêcheries et les poissons de la Méditerranée (Provence), Paul Gourret · 1894

schéma d'une madrague
Continuer la lecture de Du littoral à la chapelle Notre-Dame-du-Rouet

Castrum Montpaon


Cette visite est partie d’un article paru dans la revue n°269 janvier-février 2023 du département « Accents » Montpaon : à l’assaut du castrum médiéval. Le descriptif était tentant mais nous craignions que ce soit si touristique, qu’il y ait trop de monde. Ce ne fut pas le cas. Situé entre Fontvieille et Les Baux de Provence, ce petit mont de 230 m d’altitude seulement réserve cependant une belle surprise. Le mieux est d’arriver par le sud (D78F) puis par la piste du vallon de Courtézon au bord de laquelle on peut se garer.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

Vue aérienne ign 2020

Fin Xe siècle, la seigneurie de Montpaon (de Monte Pavone, Montpaon est écrit en un seul mot dans les textes anciens ; un autre Montpaon existait en Dordogne), associée à la famille des Baux, comprenait Fontvieille, Les Taillades, Auge, Caparon, le futur lieu d’Estoublon et une partie des marais des Baux. Les seigneurs des Baux construisent le fort dès le XIIIe siècle. En 1444, par échange, ce territoire passe à l’abbaye de Montmajour qui le vend à Valentin de Grille avec un grand mas dont le parc servait de nécropole ; ce dernier leur achète en même temps la juridiction d’Estoublon (Basses-Alpes). Le grand mas est détruit en 1561 puis remplacé au XVIIe par le château actuel.
Le fort est démoli en 1596 par les protestants des Baux [La destruction brutale du castrum se repère sur site par un important niveau d’incendie]. Après la révolution c’est Fontvielle qui avale Montpaon. Le domaine est resté dans la famille De Grille jusqu’en 1910. D’après Henri Ceresola, Territoire de Montpaon – château d’Estoublon la famille De Grille, Bulletin des Amis du Vieil Arles, n°120, septembre 2003.
La voie aurélienne passait au sud de Montpaon pour arriver à Saint-Gabriel.

Dans le vallon

Direction le vallon des Marrettes ; un panneau nous rappelle que nous longeons à gauche la propriété du château d’Estoublon, un autre que nous sommes dans un domaine départemental. Charmant sentier plus ou moins ombragé ; au bout d’un kilomètre trois cents, un sentier caillouteux part à l’assaut du Montpaon. Un mur de pierre sèche annonce la proximité du castrum.

La pierre calcaire est d’un blanc éclatant ; le sentier aménagé longe d’abord une maison à l’extérieur du castrum puis le rempart bas avec ses fenêtres de tir et de visée. Au XIVè siècle, cette portion de rempart a été réinvestie par une ferme. Un grand et rustique spécimen de molène de mai pousse entre les roches disjointes. En montant quelque peu, le premier rempart nous apparait dans sa totalité.

Des aquarelles placées aux endroits mytérieux pour le non initié, expliquent la fonction des lieux dont une restitue la totalité du village au milieu du XIVe. Les quartiers d’habitat troglodytiques conservent des traces d’engravures pour le support de toitures, de trous creusés dans les murs pour le rangement, ou dans le sol pour servir de silo. Les habitations ayant été abandonnées et vidées par leurs occupants, n’ont rien révélé sur les habitants.

Malgré la reconstitution, j’ai bien du mal à situer la tour-porte occidentale en haut des escaliers de pierre en chicane…

Continuer la lecture de Castrum Montpaon