* Balcons du Loup : de Bramafan au point de vue sur la cascade de Courmes

Publié le Catégories 06 Alpes-MaritimesMots-clés , ,
 

Ce petit bout de parcours, extrait d’une randonnée beaucoup plus grande dont vous trouverez le descriptif complet sur le site randoxygène Balcons du Loup, est cependant suffisamment intéressant pour que je vous en livre les curiosités. Avec la note *Points de vue sur la cascade de Courmes, c’est le troisième point de vue que je vous propose sur cette cascade. Inconvénient : sa difficulté d’accès dans l’arrière pays niçois.

La météo à cet endroit
avec prévisions à 3 jours

Dans ce coin, une cache pour les geocacheurs. Cache Azur #91 : mystery 2, nicoulina, placée à l’occasion d’une rencontre entre geocacheurs.

l'aqueduc du Foulon depuis la D3Départ près du pont de Bramafan2, par la passerelle au dessus du Loup. L’aqueduc du Foulon, c’est ce gros tuyau inesthétique que l’on peut voir de la route. Parfois rouillé, parfois embouti par des chutes de pierre, il est néanmoins impressionnant. Si vous êtes accompagné d’enfants, ils prendront plaisir à le repérer et le suivre tout le long du parcours ! avec le balisage du GR51 (rouge-blanc), c’est encore plus facile.

Vous passerez quelques souterrains à la lampe de poche, certains un peu longs offrant quelques sensations. Parfois quelques flaques d’eau au sol, parfois des gouttes d’eau tombent du plafond rocheux. La canalisation est posée sur des supports de béton, si hauts en forêt que pour certains d’entre eux, vous pourrez passer dessous. La traversée de la forêt est agréable mais son silence se révèlera parfois pesant.

Courtesy of Chris

Vous rencontrerez quelques aménagements hydrauliques classiques et régulièrement, des murs de protection contre les chutes de pierres. Dans la zone résolument karstique, vous vous demanderez comment les empilements de pierres impressionnants peuvent tenir sans tomber.

A partir du moment où vous dominerez la profonde entaille des gorges du Loup, vous reconnaitrez sur l’autre rive le Saut du Loup puis la cascade de Courmes. Les rambardes de métal rouillées ne présentent pas de danger particulier même si le sentier du Paradis (sentier muletier reliant le village de Gourdon au hameau de Pont-du-Loup), interdit entre les balises 101 et 102, laisse penser que la randonnée est dangereuse. Pas sur cette portion.

L’aqueduc du Foulon construit en 1885 avait pour but de subvenir aux besoins en eau grandissant de la ville de Grasse. Il suit un tracé acrobatique d’environ 22 kilomètres dans les gorges du Loup. La source de Foulon, à l’origine du canal, se situe près de Gréolière. Une interconnexion entre le réseau du Foulon et celui de la Siagne a été réalisée dans les années 1970 pour la ville de Grasse. La Côte d’Azur et le problème de l’eau potable, n°80, G. Reyne, Méditerranée, 1980

La rapide expansion de la Ville de Cannes, les interruptions du Canal de la Siagne […] amenèrent la ville, dès 1889, à envisager la dérivation des eaux du Loup. […]  les travaux ont été exécutés entre 1908 et 1911. Le canal du Loup permettait de conduire jusqu’à Cannes les sources de Gréolières et de Bramafan. Site de SICASIL

Ce sont donc deux aqueducs pratiquement parallèles qui longent le Loup à une centaine de mètres l’un de l’autre.

Base Mistral du ministère de la culture, collection de cartes postales anciennes de la cascade de Courmes
Randonnée dans la vallée du Loup, site de randonnées drailles dou cantoun, avec photos des souterrains et de quelques curiosités…

Court et facile, cet itinéraire mérite cependant votre visite : l’aqueduc du Foulon et ses tuyaux rouillés de 70cm de diamètre, les souterrains que l’on traverse à la lampe de poche, les points de vue sur la cascade de Courmes et les gorges du Loup, ne vous laisseront pas indifférents.

Image itinéraire 3km500 aller 1h10 environ 57m dénivelé

1foulon : Artisan, dit aussi foulonnier et moulinier, qui prépare les étoffes de laine en les faisant fouler au moulin ; d’où moulin à foulon, moulin qui sert à fouler les draps ; terre à foulon, argile qui sert à dégraisser les draps
2bramafan : textuellement « crie la faim » ; se dit d’un endroit peu productif  ou du nom d’une plante – le cresson sauvage – qui envahit les blés et gâche les récoltes. Essai de toponymie massoise

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 22 Août 2013

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *