Origine de quelques noms de lieux à la Sainte-Victoire



ste_victoire.3.jpg

La Sainte Victoire,  émission du 27 avril 2003, Inter Provence

Connue auparavant (comme le Ventoux) sous divers toponymes honorant les divinités éoliques puis sous les formes chrétiennes de Sainte Venture ou Adventure, ce n’est qu’au XVIIème qu’apparaît son nom actuel de Sainte Victoire que nous devons à un bourgeois aixois un certain Honoré Lambert qui, à la suite d’un vœu, promit de rénover l’ermitage et la chapelle et en profita pour lui donner cette nouvelle dénomination rapidement adoptée par tout un chacun. A-t-il eu l’intention, comme beaucoup le pensent, de rappeler le fameux carnage du général Marius au détriment des Cimbres et des Teutons ? c’était la thèse largement romancée et diffusée par Walter Scott mais d’autres hypothèses tout aussi cohérentes ont été émises. Notre homme admirateur de Louis XIII et de son culte pour Notre Dame voulut peut-être commémorer une victoire sur les protestants voire la victoire du monde chrétien sur les turcs à Lépante. C’est à cette époque que fut érigée une première croix trois fois remplacée pour avoir été au cours des décennies abattues par le mistral. Celle que nous connaissons tient vaillamment du haut de ses 19 mètres depuis 1875. Nous la devons à Monseigneur Forcade qui y fit graver de curieuses devises en quatre langues en direction de chaque point cardinal.

Le sentier des Plaideurs : … nous rappelle qu’Aix a toujours été et reste une ville de robe, les plaideurs y sont légion ; Les villageois au XVIIIème siècle se rendaient chez le juge de paix de Vauvenargues depuis Puyloubier.

blason_puyloubier.gif

Puyloubier, émission du 12 mai 2002

Je vous emmène aujourd’hui à la colline du Loup, pas d’inquiétude, c’est étymologiquement le nom d’origine de Puyloubier au pied de la Sainte Victoire dont seul le blason, qui porte effectivement un loup sortant d’une colline, nous rappelle cette anecdote.

Le col de Claps

C’était bien le col de Claps sur lequel bien des cyclotouristes se sont fait les mollets et qui permet d’atteindre le plateau du Puits d’Auzon et le Puits de Rians pour ceux qui aiment ce circuit du tour de Sainte Victoire. Une explication sur ce nom de Claps ou Clapiers qui ne désigne absolument pas une cage à lapins mais un amas de pierre comparable aux cairns bretons. (D’après une étude de l’IGN 2006, les noms de lieux en France, termes dialectaux, André Pégorier, un clap est une terre mélangée de pierre). Quant au moraliste qui vécut au milieu du XVIIIème, c’était bien Luc de Clapiers dit Vauvenargues auteur de nombreuses maximes. «Un homme sans passion est un roi sans sujet»

La bastide de Coquille ou Ferme de Coquille

Située à proximité de la route reliant Saint-Antonin à Puyloubier, cette bastide doit effectivement son nom à une remarquable structure [géologique] en forme de coquille qui la domine.

Le sentier Imoucha

Henri Imoucha créa l’association des Amis de Sainte Victoire, et fut le pionnier de la restauration du Prieuré ; auteur d’un livre Sainte-Victoire. Guide des excursions. Prieuré,  Garagaï, Saint-Ser, le Cengle, Roques-Hautes. Deuxième édition, IMOUCHA Henry, C.A.F. (Section de Provence)

C’est Henri IMOUCHA qui créa cette association, le 14 Mai 1955, avec ses amis aussi déterminés que lui, pour restaurer les bâtiments du Prieuré afin de les « rendre dignes de leur prestigieux passé et de leur naturelle destination ». Pratiquement tous les dimanches, habitant Marseille, il venait par le train à Aix où il garait un vélo. Avec lequel, par la route Cezanne, il gagnait la ferme de Roques Hautes à Beaurecueil, au pied de la montée de Saint Antonin. A pied, par le tracé rouge, il montait au Prieuré ; là, il nettoyait, consolidait, embauchait, pour l’aider, les randonneurs de passage, plantait des fleurs, taillait des arbres et … sonnait la cloche. Il y travailla avec opiniatreté jusqu’à son décès en 1990. Extrait du site des Amis de la Sainte-Victoire

115_1583_r.3.jpgCostes chaudes

Peut-être comme à la Seyne sur mer où un quartier porte ce nom, les Costes (= coteaux) chaudes sont-elles à une altitude moyenne, une exposition au Midi ?

Bau Sätger

Bau (rocher escarpé de forte taille, précipice, falaise) en hommage à Amédée Sätger qui pendant de nombreuses années a entretenu les tracés des sentiers de la Provence.

Refuge  Barthélémy Baudino :  du nom d’un étudiant aixois qui s’est tué dans la montagne à cet endroit. Le refuge a été édifié par le Groupement Universitaire de Montagne et de ski.

img_0074.3.jpgChemin de Malivert : mauvais hiver

Le pas de l’Escalette : passage difficile en forme d’escalier. Au XVIè, ce lieu se nomme l’Escale et sépare l’arrière-fief de Roques-Hautes de la seigneurie de Saint-Antonin.

L’oratoire de Bramefan : textuellement « crie la faim » ; se dit d’un endroit peu productif  ou du nom d’une plante – Ibéris pinnata – qui envahit les blés et gâche les récoltes.

Le parking du Plan de l’Anchois (selon l’IGN) s’écrirait plutôt Plan d’en Choi, selon J.P.Michèu, et Albert Negrel de l’association les Amis de Sainte-Victoire (En = chez) ; finalement, ce serait un lieu-dit le pré de chez François. Bulletin n°31, les Amis de Sainte-Victoire, octobre 2010.

Par contre, je ne suis pas certaine de l’origine de Cagoloup [traces de déjections de loup ?] ou du pic des mouches [lieu plein de moucherons ?] : si vous en savez plus que moi, merci de m’écrire.

©copyright randomania.fr

Y a-t-il encore un trésor des templiers caché à la ferme de Bayle ?



2007_01_26-019.jpgEn route pour le plateau de Cengle dans sa partie Est encore bien boisée. Je me gare sur le parking de la maison de Sainte-Victoire. Je longe l’enclos des ânes, particulièrement paisibles. Le gué sur le 2007_01_26-006.miniature.jpgBayon n’est même pas humide : parfois, en période de crue, il peut atteindre 15cm d’eau. La route forestière est large et monte progressivement jusqu’au col de Bayle. De nombreuses sentes m’invitent à prendre des raccourcis pour rejoindre plus vite l’altitude la plus élèvée de cette route forestière. Les sous-bois ne sont pas denses et c’est chose facile.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

2007_01_26-013.jpgimg_3054.JPGAu col de Bayle, un chemin rejoint la D56C, l’autre rejoint l’importante exploitation agricole de Bayle : une pancarte vous indique clairement de ne pas l’emprunter. A la citerne, 200m plus loin (mais il semblerait que c’est déjà une propriété privée), en montant sur les rochers du mamelon, on aperçoit en contre-bas une zone boisée : c’est la ferme du Bayle et sa zone cultivée, jadis défrichée par les Templiers. Juchée sur le plateau du Cengle, elle conserve encore aujourd’hui sa chapelle, ses deux tours massives et sa cour aux larges dalles. Sur l’une des portes, on remarque, outre l’étoile aux seize rais des seigneurs des Baux, la croix pattée du Temple. A Bayle, ont été découverts un four de potier gallo-romain et des éléments d’architecture antiques, les restes de l’église et du couvent des templiers.

bayle1.JPG2007_01_26-007.jpg1143. – Le fief de Bayle est acquis par l’ordre des Templiers sur une terre donnée par Pons, abbé de Montmajour. Ils assèchent et mettent en valeur une grande partie du plateau. Ce n’est pas la plus importante commanderie, mais peut-être l’un des premiers établissements Templiers de Provence. Son premier maître connu est Foulques de Bras. Ils jouisent en paix des terres à condition qu’ils reconnaissent  la domination et le droit de seigneurie du monastère de Saint-Victor. Ils doivent s’acquitter auprès des moines d’une dîme exagérée, égale à 20% de leurs récoltes, sans en déduire ni la semence, ni les frais.

bayle2.JPGL’entrée est voûtée sous une tour carrée ; la chapelle est au sud ; les pièces d’habitation sont au nord. A l’ouest les étables et granges qui devaient fermer la cour dallée, ont disparu. Au dessus de la porte de la ferme, deux pierres ont été scellées. L’une est ornée de la croix du Temple, l’autre est sculptée de l’étoile à seize rais de la maison des Baux. Extrait de Mémoires en Images – sites templiers Tome III, Les Amis de l’insolite, présentation de Damien Carraz, Editions Alan Sutton, 2009

Photos de la commanderie : Philippe Duytschaever – tirées du livre ci-dessus

A la brêche du Troncas, une petite cascade surgit du haut de la falaise : on peut s’y rendre à pied mais pas par cet itinéraire. Cette unique voie d’évacuation des eaux du plateau a été aménagée par les templiers.
1312. – Appelés Chevaliers de Rhodes depuis 1309, puis Chevaliers de Malte depuis 1530, les Chevaliers de l’Hopital de Saint Jean de Jérusalem ont été les héritiers des biens Templiers par bulle papale du 2 Mai 1312. La commanderie de Bayle devient alors la propriété des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
Durant les croisades, les croisés, nobles ou manants, avaient cousu une croix d’étoffe sur leur épaule. C’était le signe de ralliement des pélerins chrétiens. Les Templiers reçurent la croix pattée rouge en 1146, des mains du pape Eugène III.ecutemple.gif

Au sud de cette Commanderie, au milieu d’un champ, s’ouvre un puits vaste et profond. C’est là que les Templiers de l’endroit auraient enfoui leur trésor… (Les mystères templiers, Louis Charpentier, Robert Laffont, coll. Les énigmes de l’univers, 1967)

Quel contraste avec la Sainte-Victoire juste en face ! Tout au long de la montée, je verrai la façade sud de la Sainte-Victoire, depuis les Costes Chaudes jusqu’au delà du Pic des Mouches. C’est un point de vue enchanteur dont je ne me lasse jamais. Je reconnais, de gauche à droite :

2007_01_26-008-costes.jpg

2007_01_26-003-breche.jpg2007_01_26-009-garagai.jpg2007_01_26-011-avec-pic-mouches.jpg

  • la crête des Costes chaudes ou la « blague à tabac » comme la surnomment parfois les géologues, parcourue par le sentier Imoucha qui mène au prieuré
  • la brèche des moines, entre deux falaises, découpée au carré par les moines jusqu’au niveau de leur jardin « …parce que le soleil n’y entrait de tout l’hiver,…voulant ôter la grande humidité et rendre par ce moyen, le lieu beau et sain, autant qu’habitable » (acte notarié du 29/2/1664)
  • la Croix de Provence et ses 4 faces parlant chacune une langue (français, provençal, latin et grec), inaugurée en 1875 après que trois autres furent tombées à cause du mistral !
  • le grand garagaï, puits vertical emprunté par un itinéraire technique, avec sa large ouverture mais sa faible profondeur (40m) ; il a été exploré pour la première fois en 1928
  • l’oppidum de Saint-Antonin, sur le petit plateau en-dessous du garagaï, avec ses falaises en guise de protections naturelles ; on y a retrouvé des poteries campaniennes et des fibules en bronze
  • le pic des Mouches, point culminant du massif où j’aime me ressourcer (j’y ai placé une cache accessible l’été).

img_3056.JPGVue de l’autoroute A8, le plateau de Cengle a une forme circulaire évasée qui s’explique sans doute par le fait qu’il fut occupé par les eaux il y a 45 millions d’années. L’Itinéraire jusqu’au col de Bayle est agréable car en partie en sous-bois et ne présente aucune difficulté ; d’après d’autres randonneurs, à partir de la citerne, il traverserait une propriété privée ce qui empêche de faire la boucle du Devançon que j’ai eu la chance de parcourir sans rencontrer le propriétaire. Son principal intérêt est sans doute qu’il offre une large vue sur la façade sud de la Sainte-Victoire qu’on n’a pas l’occasion de voir ainsi.

Et au retour, pourquoi ne pas visiter la maison de la Sainte-Victoire, son musée et ses parcours multimédia ?

bullet1.gif

Qui aurait la réponse à la question posée dans le titre ?

©copyright randomania.fr

Le prieuré et la Croix de Provence après les travaux



IMG_1595.JPGIMG_1597.jpgAccès par le sentier des venturiers non soumis aux restrictions de circulation, sauf si le risque d’incendie est maximal : dans ce cas, le sentier sera fermé et une information l’indiquera clairement à la barrière d’accès.

Chemins clairement balisés et sécurisés : murs de soutènement du sentier qui mène au prieuré, cairns, marques repeintes, guides nature du « Grand site Sainte-Victoire » présents sur les lieux.

IMG_1599.JPGIMG_1600.jpgIMG_1603.JPGIMG_1604.jpgIMG_1605.jpg

Savez-vous d’où vient la Vierge en fonte du portail ? c’est la Vierge qui a trôné à l’entrée de l’usine de savons La Vierge à Marseille, au début du XXè siècle. Un généreux donateur l’offre à Henri Imoucha. Elle est montée, suspendue en litière à une grosse barre de bois (elle pèse 80kg), puis installée lors du roumavagi du 24 avril 1960. Extrait du bulletin n°31, octobre 2010, les Amis de Sainte-Victoire.

Le prieuré est en travaux : la cave des moines est en cours de déblaiement, la fosse va être vidée pour rétablir l’accès aux jardins (voir le site Les Amis de Sainte-Victoire)

IMG_1611.jpgIMG_1612.jpgIMG_1610.JPGIMG_1626.jpg IMG_1623.jpg

La Croix de Provence est restaurée : socle refait, croix consolidée, inscriptions sur les 4 faces lisibles.

panoramique croix de prov.jpg

La Croix de Provence est restaurée : socle refait, croix consolidée, inscriptions sur les 4 faces lisibles.

Je me sens toujours aussi petite devant ces paysages grandioses…

©copyright randomania.fr

Chasse au trésor high tech au barrage Zola



Tout a commencé le jour où mon GPS de randonnée est tombé en panne. Je l’ai échangé sans difficulté contre un GPS d’une autre marque et là , dans le mode d’emploi, je lis un chapitre sur les geocaches. Intriguée je m’informe davantage sur le site anglais de * geocaching puis sur le * site geocaching France où tout n’est pas traduit encore mais cela suffit à comprendre.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

L’aventure démarre sur Internet et m’embarque en pleine nature.

La planète est un vaste terrain de jeu… En guise de trésor, il s’agit le plus souvent d’un récipient imperméable contenant quelques babioles et un carnet, le logbook, pour enregistrer son passage et laisser un mot à l’attention des suivants et du propriétaire de la cache, celui qui l’a choisie […] Et la récompense n’est pas forcément dans la boîte, mais autour : les géoplaceurs ont à cœur de faire découvrir à leurs alter ego trouveurs un beau point de vue, une cascade, une clairière… Le géocaching, quand il est pratiqué en vacances, devient une façon de faire du tourisme hors des sentiers battus.
Pour jouer au géocaching, où l’on est tour à tour chercheur et cacheur, il ne faut qu’un seul outil, c’est un appareil GPS portable. Il vous dit où vous êtes et dans quelle direction partir pour rejoindre un point donné. Comment ? Grâce aux informations combinées de 24 satellites qui tournent à 19 000 kilomètres au-dessus de nos têtes, en émettant des signaux radio à basse fréquence.

Extrait de Les nouveaux chasseurs de trésors léa delpont L’Express, 23/02/2006

medium_img_0615.jpgMe voilà donc partie à la recherche d’une multi-cache1 appelée Bibémus par son propriétaire Serge Robert. Je prépare la randonnée : je repère le parking, évalue largement la durée de la randonnée et de la recherche elle-même ; j’imprime la carte IGN du lieu et les points de la route qui me mèneront jusqu’au barrage Zola mais cela s’avèrera une précaution inutile car le chemin est clairement balisé. Je dispose des coordonnées en longitude et latitude d’un premier lieu sur lequel je trouverai les informations nécessaires pour résoudre l’énigme suivante et calculer les coordonnées de la vraie micro cache.

Coordonnées à compléter :N(Nord) 43°32’0A.A »
E(st) 005°30’BC.D »A = deux fois la surface du plan d’au en hectare ou A = C+D
B = unité de l’année (196B) au débuta les travaux du Canal de Provence
C = chiffre des unités ou des dizaines de la longueur de la crête
ou C = B*D
D = le chiffre des dizaines de la hauteur du barrage D=A/D

medium_img_0616.jpgRésoudre l’énigme n’est pas un problème si l’on s’est vraiment rendu sur les lieux ; j’ai d’abord triché, essayant de trouver les renseignements sur internet mais manifestement, les informations trouvées étaient erronées.

Munie d’un crayon, après quelques calculs arithmétiques simples, je trouve les coordonnées que je saisis dans mon GPS (note : un GPS premier prix coûte un peu plus de 100 euros). Y aller en ligne droite est impossible. Il va donc falloir s’en approcher au plus près par un sentier balisé. J’en profite pour admirer les points de vue sur la Sainte-Victoire. Quand le GPS m’indique que je suis suffisamment proche, je commence à chercher un sentier qui me rapprochera du point. Un randonneur est sur le même chemin. Un autre geocacheur ?
Pas évident ! je dois d’abord m’éloigner puis me revenir sur mes pas sur un sentier parallèle. La distance au point cherché diminue ; mon cœur bat. Je m’approche. Quand il ne reste que quelques mètres, je m’avance plus lentement mais quelle que soit la direction, je m’éloigne. Je n’y comprends plus rien. Etre si près et ne pas trouver. Pourtant les satellites sont nombreux et la position est donc fiable à 4 mètres près. Du haut de mon rocher, j’observe les alentours et je comprends. La distance qui me sépare de la cachette n’est pas en longueur mais en altitude !

medium_img_0614.jpgJe redescends de mon perchoir et contourne le gros rocher. 5m, 4m, 2m ! je m’arrête. Je pose le GPS sur une pierre voisine. Sur place, il faut se mettre dans la peau du cacheur et se demander Où aurais-je bien pu dissimuler quelque chose, derrière cette grosse pierre, sous cette racine, dans ce trou profond, dans ce tronc creux…?, explique Christian Villemin. Forte du conseil de ce geocacheur expérimenté, je regarde le rocher sur lequel j’étais grimpée tout à l’heure. Et là , cela me parait évident. Je bouge une pierre : la cache, de la taille d’une boîte de pellicule de photos, est là !
Je l’ouvre. Il n’y a qu’une pièce de monnaie et un logbook2. Je déroule le rouleau de papier et, fièrement, j’y inscris un petit mot qui signale mon passage. Je n’échangerai aucun objet aujourd’hui mais dans la cache traditionnelle qui était à Cabrières près du mur de la peste, j’ai échangé un livre et un marque-pages contre un porte-clef. Le plus important n’est sûrement pas dans la valeur des objets.

De retour à la maison, je me connecte sur le site de geocaching et enregistre fièrement mon log « found it » (je l’ai trouvé). J’y ajoute quelques photos.medium_img_0621.jpg J’envoie un petit mot au propriétaire de la cache pour lui demander quelques conseils pour la prochaine cache qui contient un Travel Bug3. Il me répondra avec beaucoup de gentillesse. Avec 88 caches trouvées et 11 placées, c’est un vrai professionnel du geocaching !
De par son fonctionnement, ce jeu fédère une communauté virtuelle de géocacheurs qui s’entretiennent par mails et forums interposés mais ils ne sont pas collés derrière leur écran toute la journée.
Pour moi, l’intérêt de ce jeu est multiple :

  • plaisir de découvrir de nouveaux buts de promenade ou randonnée partout dans le monde
  • plaisir de jouer, y compris en famille, tout en faisant du sport sans s’en apercevoir
  • plaisir de faire de nouvelles connaissances grâce à la communauté de geocacheurs dans le monde entier

Depuis, j’ai découvert deux autres caches ; j’ai mis presque une heure pour trouver la dernière, mon GPS ayant eu un comportement pour le moins contradictoire. Mais cela fait partie des aléas du jeu et donc représente un défi stimulant à relever…

Profile for nicoulina

1Multi-cache implique dans la recherche au moins un point de passage (wpt = waypoint en anglais), l’endroit final étant un vrai récipient. La plupart des multi-caches donnent une indication pour trouver le premier point, qui donne une indication pour le deuxième, et ainsi de suite.
2Logbook : petit carnet dans lequel les geotrouveurs inscrivent la date de leur passage, leurs commentaires, les objets qu’ils déposent dans la cache et ceux qu’ils enlèvent
3Travel Bug : C’est un objet qui voyage de cache en cache. Cet objet a un numéro unique (assigné par www.geocaching.com), qui permet de suivre son trajet.

©copyright randomania.fr

Le pic des mouches par le sentier de Malivert



L intérêt de la randonnée de ce matin était autant due aux personnes que j’ai observées qu’au plaisir de redécouvrir le point culminant de la Sainte-Victoire.

* Je vous propose l’itinéraire sur carte IGN, 11,900km, 3h45 environ, réalisé à partir de CartoExplorer

* Itinéraire le plus rapide au pic des mouches

La météo aujourd’hui à cet endroit :
La direction du vent et la température ressentie

La première difficulté : trouver l’entrée du chemin de Malivert bien mal indiquée. Le mieux est de repérer le panneau qui annonce qu’on quitte les Bouches-du-Rhône pour entrer dans le Vaucluse : le parking se situe 200m avant, sur la droite quand on vient d’Aix. Le chemin traverse le bois de la Pallière, offrant une progression régulière jusqu’à la crête ; la route est longue (2h05) mais pas vraiment difficile. Sans doute au printemps offrirait-elle une végétation plus colorée.

Le premier groupe que je croise vient du Puits d’Auzon ; c’est une famille avec deux adolescents et un chien. Le garçon et la fille, probablement contraints et forcés par leurs parents, maugréent ouvertement et se plaignent de la difficile montée. Le père essaie de les motiver, leur promettant un bon pique-nique (d’ailleurs les baguettes de pain qui dépassent du sac à dos, menacent de tomber) et une vue superbe depuis la crête. Mère et fille décident de faire une pause tandis que le chien fait des allers et retours entre tous les membres de la famille. Je ne peux que comprendre le désespoir du père qui veut initier ses enfants à la randonnée car les adolescents d’aujourd’hui préfèrent sûrement les jeux vidéos ou la télévision. J’ai moi-même essayé avec ma fille, sans succès.

medium_img_0072.jpgA l’oratoire de Mal Ivert, nous retrouvons ceux partis de Puyloubier ou Rians. Tout le monde s’arrête. Les réactions sont diverses : entre les plus âgés qui prient à voix basse, les enfants qui jouent au ballon autour de l’oratoire, celui qui lit à voix haute la prière laissée par un randonneur, celui qui téléphone, je me sens « à part », silencieuse avec mon appareil photo.

Une vierge à l’enfant de simple stuc blanc, dans une niche ouverte au sud est, au sommet d’une sorte de borie. (Yves Paccalet, Terre sauvage, mars 1997)
C’est maintenant que l’ascension commence véritablement. Je rejoins bientôt un couple de retraités qui a perdu le balisage rouge. Je les rassure et les étonne : « Mon GPS va nous dire où est le chemin ! ». Ebahi mais ravi, ce couple qui n’a ni télévision, ni téléphone portable se demande comment ça marche. Je leur explique qu’il faut un ordinateur, un logiciel de cartographie et une carte IGN. « Pas question d’avoir un ordinateur ! » répliquent-t-ils. Je souris gentiment quand ils m’avouent s’être un jour perdus à la Sainte-Victoire et avoir effectué la descente à la lueur des étoiles, sans pleine lune, arrivant finalement vers 1h du matin chez eux…
medium_img_0076.jpgLe chemin étroit et caillouteux, cachant parfois son balisage aux regards attentifs, est plus difficilemedium_img_0082.jpg que tout à l’heure. Parvenue sur la crête repérée par un cairn très visible, la neige a laissé quelques plaques et le vent souffle plus fort. Plusieurs groupes installés sur les flancs de la montagne pique-niquent, savourant autant leur repas que le plaisir d’être tous là, tout là haut. Au croisement avec le chemin qui monte depuis le col des Portes, plusieurs parapentistes bien chargés, se dirigent vers l’aire de décollage.

Arrivée au pic des Mouches (pas de mouches en cette période mais beaucoup de medium_img_0085.jpgmoucherons en été), c’est une victoire. Deux étrangers me demandent d’immortaliser leur passage au sommet. Ensuite, je m’assois et me remplis les yeux de la vue sur la crête, vers la croix de Provence que l’on devine à peine dans la brume de ce temps hivernal. La descente se fait par le col des Portes : descente un peu risquée car les pierres sont humides et la terre glissante. Le plus désagréable reste à faire : 3,5km de route pour rejoindre le parking. Je ne serai dépassée par aucune voiture et donc aucune occasion de faire du stop. Sur cette CD10, plusieurs stèles en hommage aux résistants et un élevage caprin couperont la monotonie du trajet.

bullet1.gifmedium_dsc02759_redimensionner.jpg

Jeff s’était promis d’y aller aussi. Voici une des photos qu’il a prise ce jour là au pic des Mouches dont la hauteur a été récemment réévaluée à 1010m.

©copyright randomania.fr

L’oppidum d’Untinos à la Sainte-Victoire



La première mention du village de Saint-Antonin se fait sous le nom de « Untinos » : c’est l’un des villages du département dont la mention est la plus ancienne.

L’oppidum d’Untinos est accessible à tous les marcheurs avec de bonnes chaussures.

medium_untinos_photo_c_antoine.jpg

* Je vous propose l’itinéraire sur carte IGN réalisé à partir de CartoExplorer

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Balade courte, avec peu de dénivelée, sur le territoire de Saint-Antonin, elle permet en peu de temps de cotoyer quelques curiosités géologiques de la Sainte-Victoire. Ce dimanche là , le mistral pique les joues et les oreilles : bonnet et gants sont indispensables. Je pars du parking juste après celui des deux Aiguilles ; il mène d’un côté à une ancienne carrière de « marbre » (en vérité, rien à voir avec le marbre : ce sont des éléments d’origine différente, polychromes et qui se sont cimentés au cours des années), de l’autre à un site d’escalade par un balisage marron qui longe les parois. Vu d’en bas, cet oppidum se présente comme un curieux petit plateau : les bancs verticaux de la brèche1 ont été rasés puis recouverts par une autre brèche plus récente. Fouillez les marnes rouges au pied du monticule, medium_118_1889_r1.jpgvous trouverez peut-être encore des fragments d’oeufs d’oiseaux. Quand j’arrive à proximité des grimpeurs, leurs paroles sont tellement nettes que je peux comprendre les consignes données par leur guide !
De cet oppidum, il ne reste rien, sauf un mur qui doit dater du moyen âge ! ; du haut de la falaise, je vois le village de Saint-Antonin à mes pieds et en levant les yeux, dos au vide, la Croix de Provence qui parait très proche.

Les deux aiguilles, selon les termes d’Alexis Lucchesi, c’est un miroir de failles. Il se réalise dans les cassures par frottement de deux parois l’une contre l’autre.

medium_untinos_geologie.jpgEn bas du collet, j’aperçois une vaste étendue d’herbe sur laquelle j’ai l’impression qu’on a semé à la va-vite, des cailloux et des pierres qui affleurent le sol.
Ce n’est pas un jour pour découvrir la géologie du massif. Vivement un café bien chaud !

Pour les amateurs de géologie, voir la photo de la Ste Victoire prise depuis la Maison de la Ste Victoire à Saint-Antonin

bullet1.gif

Brèche : écroulement d’une crête de plus en plus surplombante

©copyright randomania.fr

L’ermitage de Saint-Ser à la Sainte-Victoire



L’ermitage de Saint Ser – du latin servus, serviteur (de Dieu)
* Sentier marron, photos par l’association les Amis de Sainte-Victoire
* Itinéraire et comment accéder à la grotte aux champignons site de randonnées Face Sud
* L’histoire de l’ermitage site de la commune de Puyloubier
* Je vous propose l’itinéraire sur carte IGN 1:25000 réalisé à partir de CartoExplorer – 3km200 environ, 1h10 A/R

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Orientation du vent et température ressentie

medium_parapente.gifPetite randonnée très agréable qui démarre au pied du Relais de Saint-Ser, restaurant dont je vous recommande la cuisine, moderne et légère.
Vous aurez sûrement occasion de voir des parapentes aux couleurs vives qui tranchent dans le ciel bleu.
Après des lacets successifs, on passe à côté d’un mur de soutènement en pierres sèches, puis d’une petite grotte pour atteindre finalement la chapelle de Saint-Ser en passant sous un pont de pierres restauré (642m).
medium_114_1476.jpg
La chapelle, du XIè siècle, prolonge la grotte où Saint Ser s’était voué à la méditation au Vè siècle. Il a été massacré par les soldats aryens d’Euric, roi des Wisigoths. Celui avait pris ombrage de sa réputation de sainteté.
Sur l’esplanade devant la chapelle, qu’il est agréable de déjeuner ou goûter les jours de beau temps !

medium_timbre_saint_ser.jpg

Pour cette reconstruction, la commune a obtenu un timbre-poste émis les 22 et 23 juin 2002. Un bureau de poste provisoire a même été installé sur le site pour l’oblitération premier jour et la vente du nouveau timbre.

Ne trouvez-vous pas que ce rocher a la forme d’une tête de chien ?

 

Note du 27/11/2015, info du Grand Site Sainte-Victoire : PA, jeune aigle née à Saint Ser, dans Sainte-Victoire, avait été baguée en 2014. Elle a été identifiée [en novembre 2015] dans les Pyrénées Orientales, à Corsavy dans le massif du Canigou, Grand Site de France comme Sainte-Victoire…

©copyright randomania.fr

Le barrage Zola, Sainte-Victoire



* Itinéraire et accès – site Week ends et tourisme en Provence
* Le circuit des barrages – site de Nini
* Je vous propose un itinéraire de 2h environ sur carte IGN avec sa variante par le pont-aqueduc romain (dit barrage romain) en rose, réalisé à partir de CartoExplorer

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Certains diront que c’est de la folie, d’autres, ceux qui savent, comprendront le plaisir qu’il peut y avoir à découvrir le soleil levant dans un lieu sans cris, sans radio, vide et enchanteur.Je reprends la randonnée au mois de mai, après des années d’inactivité : je choisis donc une randonnée facile, au départ du Tholonet (chemin de la Paroisse). Au refuge, face au barrage, je m’assois sur la table de pique-nique et je déballe mon petit-déjeûner : café chaud, croissant et carrés de chocolat ont un goût de petit bonheur. Un randonneur me salue, regardant en avec envie ma tasse de café fumant. Je reprends la route jusqu’au barrage Zola qui passe à droite d’un aqueduc.
Comment ne pas penser à François Zola qui projeta la construction de ce barrage destiné à alimenter en eau la ville d’Aix ? Gaston Alexandre de Gallifet, propriétaire du château du Tholonet à cette époque, tenta de s’opposer par une sévère bataille juridique à sa construction car cela risquait de détourner les eaux de son Château. 

Les échanges de soufflets et d’insultes entre les deux hommes sont consignés dans bien des archives : ils se traitèrent de canaille, de polisson et même de misérable. Ironie du destin, les deux familles se réconcilièrent bien plus tard autour de la révision de l’affaire Dreyfus.
Plus tard, Emile Zola, le fils, se tourna vers le conseil municipal et demanda une récompense honorique à la mémoire de son père mort avant d’avoir achevé son oeuvre. Six semaines plus tard, les élus faisaient connaitre leur intention de rebaptiser le boulevard du chemin neuf boulevard Zola. Plus tard, le romancier puisera dans ses souvenirs d’enfance pour planter le décor des Rougon-Macquart. » (Sur les pas de Zola, ville d’Aix en Provence).

Je remonte vers la crête qui domine les gorges étroites de l’Infernet.

Savez-vous que Cézanne, ami de l’écrivain Emile Zola, s’est senti trahi par son ami parce qu’il était le héros d’un de ses romans le décrivant comme misérable et sans véritable talent ? Cette anecdote est rapportée dans la bande dessinée Paul Cézanne, un rebelle en Provence, éditions Cerises & coquelicots, 2005

La vue sur le sommet tout éclaboussé de soleil me fait oublier que nous ne sommes qu’à 10 kilomères d’Aix. Souvent, lors de mes randonnées, à quelque détour de chemin, j’ai l’impression fugace d’être dans un autre monde…

©copyright randomania.fr

On monte au prieuré par le pas de l’Escalette ?



Itinéraire un peu technique (Pour randonneur moyen averti), il permet d’accéder au prieuré et à la Croix en passant par le refuge Cézanne grâce à un itinéraire varié.

* Description de l’itinéraire (n°3) et accès
* Autre description de l’itinéraire et accès – Site Montagne photos

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Ce tracé part du Parking du Plan d’Enchois, sur la route du Tholonet à Puyloubier. Il passe au refuge Cézanne où j’ai pu m’asseoir et consulter la carte. On se trouve dans le hameau du Trou déserté depuis le début du XXè siècle.

Pour en savoir plus une recherche sur le hameau du Trou

Plusieurs chemins partent de là , dans toutes les directions. Vous trouverez sur le site Week end et tourisme en Provence, quelques photos qui vous donneront l’envie d’aller voir. La balade est assez courte.

115_1583_r.3.jpgLe tracé rouge, rocailleux, après le pas des dinosaures, permet de découvrir le plateau des Roques Hautes ; La falaise des Costes Chaudes, toute plissée, fait partie des terrains les plus anciens de la Ste Victoire. Le fait que cette couche géologique se trouve au-dessus des autres plus récentes, prouve que les mouvements qui ont eu lieu ont mis la montagne « sens dessus dessous ». J’ai l’impression d’être dans un passage, coincée entre deux mondes, celui prieuréd’en bas avec le refuge qu’on ne voit plus, et celui d’en haut, dominé par la crête qu’il va falloir rejoindre. A ma gauche, le plateau de Bau Roux, légèrement incliné, est la surface d’une brèche1. La marche à flanc de coteau sur des dalles rocheuses inclinées parsemées de cailloux, est nettement plus facile que par le pas du Berger (variante de l’itinéraire) mais il faut quand même oser y poser les pieds sans regarder derrière soi. Je rejoins le tracé bleu du sentier Imoucha. IMOUCHA H. ,Sainte-Victoire. Guide des excursions. Editions DGDL , Marseille, 1980.

La découverte du prieuré, accroché au flanc nord de la Sainte-Victoire, est la récompense suprême. Point besoin de parler. Le stress disparait. Lieu de paix, lieu de rencontres aussi. « Les amis de la Sainte-Victoire » étaient présents ce jour là et j’ai eu droit à une petite explication privée sur l’histoire des moines, l’accès à leur jardin, les travaux en cours et le programme du concert annoncé.

 

IMG_1594.jpg

Je prends mon pique-nique assise face au point de vue sur l’ensemble de la Provence : le fameux pan bagnat arrosé d’un verre de coteau d’Aix, a bien meilleur goût que sur terre. Il réunit tous les ingrédients de la salade niçoise dans un pain de campagne rond dont les deux moitiés sont imbibées d’huile d’olive.

Préparation : pan bagnat

– Séparer le pain en deux dans le sens de la longueur

– Frotter chaque moitié avec une gousse d’ail, mouiller légèrement de vinaigre, largement d’huile d’olives, saler et poivrer

– Disposer les ingrédients suivants tranchés finement : salade verte, tomates, oeufs durs, thon, anchois, concombres, poivrons verts, petits oignons frais, feuilles de basilic et olives noires de Provence

Une autre recette de pan bagnat en cliquant ici

bullet1.gif

1Brèche : du point de vue géologique, écroulement d’une crête de plus en plus surplombante

©copyright randomania.fr

Le pic des mouches au départ du col des Portes



* Visite guidée organisée par le CG13
* Fiche randonnée détaillée à partir de Saint-Ser site Montagne photos
* Description itinéraire par les Amis de Sainte-Victoire
* Je vous propose l’itinéraire 2h A/R env. sur carte IGN 1:25000 réalisé à partir de CartoExplorer™

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

Il y a plusieurs façons d’atteindre le point culminant de la Sainte-Victoire (1011m) mais ce jour là, pressée de découvrir ce qui pouvait bien attirer tant de randonneurs, j’ai décidé de prendre l’itinéraire le plus court. Il m’a fallu donc faire quelques kilomètres en voiture pour me garer au col des Portes. La montée, parfois un peu pénible, est continue. Je croise un couple de retraités qui font une pause en me clamant « A tout à l’heure ! ». Je n’ai pas vu dans le ravin l’avion de tourisme qui s’y est écrasé il y a plusieurs années déjà. Peut-être a-t-il été enlevé ou le nouveau tracé s’éloigne-t-il trop de la falaise ? Quand enfin je sors de la forêt pour arriver presque au sommet dégagé, je suis impatiente. Et je suis récompensée car la vue à 360° sur la Provence est exceptionnelle. Je m’asseois, ne parle plus. Nord, sud, est, ouest, je peux voir toutes les montagnes avoisinantes. Sur le site * Montagne Photos, vous trouverez la description d’un autre itinéraire pour atteindre ce pic, ainsi que de superbes photos comme celle-ci. Avec la carte de Cassini, je me repère aisément, d’autant plus qu’un couple de randonneurs avertis me guident dans l’identification des sommets. Nous déplorons la couche de pollution, nuage d’un brun sale sur fond bleu. Le couple nous rejoint 20 minutes plus tard, fier d’être parvenu jusqu’en haut. Ils ont prévu de pique-niquer sur place et je sens qu’ils ont trouvé là un véritable petit bonheur. Je les écoute me raconter avec passion leur dernier itinéraire. Je me promets de l’essayer.

abime_du_garagai.3.jpgAvant de repartir, je cherche l’entrée du garagaï de Cagoloup, indiqué sur toutes les cartes. C’est un puits de dissolution de 15m de diamètre, profond d’autant, qui mène à d’autres puits, dont la visite est réservée aux spéléologues. Un autre sentier le côtoie de très près : celui qui serait trop pressé d’atteindre le sommet, pourrait très bien y tomber s’il ne prenait pas garde… Site des Amis de Sainte-Victoire

Lorsque je suis redescendue, un peloton de coureurs cyclistes se reposaient en haut du col, adossés au panneau Col des Portes 631m. L’un d’eux m’a tendu son appareil photo en me demandant : « C’est pour prouver à ma femme que je suis bien arrivé jusque là ! ». Je comprends leur fierté car c’était dur de monter en voiture, alors en vélo…

« Regardez Sainte-Victoire, quel élan ! quelle soif impérieuse de soleil ! Et quelle mélancolie, le soir quand toute cette pesanteur retombe ! Ces blocs étaient du feu … Il y a encore du feu en eux … » (Lettre de P. Cézanne à J. Gasquet)

Selon le temps qu’il fait, orageux ou venteux, la montagne change de couleur : elle peut être très blanche ou très sombre, un peu comme sur les tableaux de Cézanne. Et pourtant c’est la même !

©copyright randomania.fr