--- Saisie d'un commentaire en bas de page ---

Les gravières de la Durance au Puy-Sainte-Réparade


Départ du parking près de la digue de Vauclaire (Meyrargues) : la sortie d’autoroute est proche ainsi que l’aire de covoiturage. On peut se garer après l’étroit arceau métallique mais comme il fallait passer dans une cuvette emplie d’eau, j’ai préféré me garer avant. Parking non aménagé, pas très engageant, près de ruines et déchets divers, et de l’ancien canal de Marseille.

La météo ce jour à cet endroit :
Avec le vent et la température ressentie

La piste macadémisée – digue de Vauclaire – est facile : d’un côté la Durance, de l’autre des arbres et buissons bordant la rive ; je déplore les nombreux déchets (mouchoirs en papier, masques, canettes,…) sur les bas-côtés surtout au début du parcours. Au nord, le territoire de Pertuis ; les roseaux ont colonisé la première gravière1. Je n’y ai vu que des cygnes.

La haute digue des bergers sur la gauche, interdite d’accès, était autrefois empruntée par les bergers transhumants venant d’Arles. Ils passaient devant le château médiéval de Janson, par cette digue rejoignaient les bords de la Durance puis se dirigeaient vers Meyrargues.

Parfois des petits barrages sont aménagés sur la rivière pour permettre une meilleure oxygénation de l’eau : ils sont censés attirer la truite, le cingle plongeur au printemps. Un panneau vigilance crues avertit qu’il ne faut pas rester dans cette zone dès le niveau jaune. Deux gabions2 barrent le passage pour que les voitures ne puissent arriver par l’aval (mais elles le peuvent par l’amont).

Deuxième gravière : il a pour objet la réalisation, et l’utilisation, de maquettes de bateaux radiocommandées (association modélisme naval Le Puy Val de Durance). Un ponton en arc permet aux amateurs de modélisme de mettre leur bateau à l’eau. Un sentier aménagé dit ‘du bord de l’étang’, en fait le tour. Je n’hésite pas : passerelle de bois, sentier de terre sous les arbres, c’est bien agréable. Deux possibilités ensuite : l’escalier qui se prolonge par un chemin classique ou le passage sur des blocs de béton qu’il faut enjamber au-dessus du vide. Rien de difficile mais il faut veiller à garder le même pas pour ne pas tomber entre deux plots ! Le chien saute avec plus d’aisance que moi : nous avons apprécié. A faire pour s’écarter de la piste.

La piste passe au milieu des peupliers et des frênes. Troisième gravière. On peut aller ainsi jusqu’à la sixième gravière la plus sauvage, près de la digue de la Garde. Non loin de là, d’après le guide, on peut observer un barrage de branches et arbres coupés construit par les castors. Ils sont présents à la fois sur la rivière, sur les anciennes gravières en eau et petits canaux d’irrigation.

Blongios nain. Photo oiseaux.net

Au mois de mai, les roseaux abritent de nombreuses rousserolles […] que vous distinguerez à son fort chant grinçant. Le joyau de ces lieux reste pour les ornithologues, le blongios nain, le plus petit de nos hérons. […] La roselière accueille aussi les hérons pourpré et cendré […] Balades nature en Provence, D. Melbeck, Dakota Editions, 2005

Régulièrement le site des gravières est dégradé, comme en mai 2020 (smavd.org), avec des dépôts sauvages. La commune a même envisagé d’installer une vidéosurveillance.

Au retour Tatooine m’emmène dans la rivière car il a soif mais l’eau est bien loin ; le temps de la rivière tumultueuse et dévastatrice date d’avant la construction des barrages. En 1886, elle inonde plusieurs villages le long de son parcours : Noves, Mérindol, Pertuis. Le Petit Provençal, 28 octobre 1886

Une randonnée facile, en version courte ou un peu plus longue, à faire de préférence au printemps, tôt, et avec une météo clémente. Personnellement, je n’ai pas vu grand chose de la faune et l’impression reste mitigée. De temps en temps une table au bord de l’eau mais aussi des véhicules qui ne viennent pas que pour la balade (il y avait même un campeur). J’ai rencontré un amateur d’oiseaux avec son objectif à longue focale qui n’avait pas vu grand chose, et le peu qu’il a vu n’était pas visible à l’œil nu.

Image de l’itinéraire jusqu’au sentier du bord d’étang 6km820, 1h45 (2h30), 10m (+14, -14)
Télécharger la trace
Jusqu’à la digue de la Garde, 9km500, 2h15 (3h15), 17m (+21, -21)
Télécharger la trace

1gravière : carrière de graviers désaffectée
2gabion (de l’italien gabbione signifiant « grosse cage ») est en génie civil un casier, le plus souvent constitué de solides fils de fer tressés et rempli de pierres non-gélives utilisé pour construire des murs de soutènement, des berges artificielles non étanches, décorer une façade nue ou des aménagements urbains.

©copyright randomania.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.