Montjustin, village fortifié autrefois, village d’artistes aujourd’hui


A cause de la météo pas très favorable dans les Bouches du Rhône en ce 8 janvier, j’ai décidé de monter dans les Alpes-de-Haute-Provence, à la frontière entre ce département et le Vaucluse. Par endroit, un peu de neige s’étale sur cette petite départementale qui relie La Bastide de Jourdans à la nationale 100. Les Alpes au loin ont mis leur bonnet blanc, à peine visible sur un ciel laiteux. Le départ se fait à partir du Grand Logis (611m) sur le bord de la départementale 956.

* Superbes photos du village de Montjustin site Provence Web
* Je vous propose un itinéraire de 2h20 A/R réalisé à partir de CartoExplorer

* La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_2372.jpgmedium_img_2371.jpgTout de suite je suis plongée dans l’ambiance du lieu : vallons verdoyants à gauche, strates blanches à droite, chemins boueux dans lesquels le 4×4 des propriétaires ont laissé des ornières glissantes, pas de ligne à haute tension. Au loin, perdu dans la verdure, une bastide autour de laquelle paissent en désordre des troupeaux de mouton sur des rectangles de verdure : je suppose qu’il s’agit du château Véron. Nul doute, nous sommes à la campagne.
A droite, le centre équestre des Courbons. Plus loin, dans une propriété privée, bien protégés par une grille électrifiée, des dizaines de moutons regardent le chemin très paisiblement. Je décide de leur consacrer une trent
medium_img_2389.jpgmedium_img_2383.jpgLe village de Montjustin, tout petit par son nombre d’habitants (60 env., 245 habitants en 1851) m’impressionne pour beaucoup d’autres raisons : des maisons des XVIè et XVIIè siècle restaurées avec grand soin, pas de trottoir, pas de jardin clos : on ne sait pas faire de différence entre l’espace public et l’espace privé ; l’impresssionnante église de Notre-Dame des Neiges avec ses vieilles tombes, des vestiges de remparts qui prouve qu’il était une place forte guerrière dès le 11ème siècle à laquelle est attachée ce proverbe : « si fau rendre Montjustin, si rendet » (1)
* Site d’un particulier sur Montjustin.

« Siège dramatique en 1589 : le duc de Lavalette, à qui les habitants avaient refusé une halte dans la cité, enleva la place après un siège désespéré, massacra et pendit les habitants, détruisit l’église et le village. » * Voir informations sur le village, site Méditerranée-France

Montjustin est aussi un village d’artistes.

 » Pourquoi le dire au pluriel ? J’ai un ami, c’est Lucien Jacques« , disait Jean Giono. Cet être exceptionnel, doué de multiples talents (dessinateur, peintre, aquarelliste, graveur, tisserand, berger autrefois, danseur,…éditeur et poète) vivait à Montjustin. » * Centre Jean Giono

Au printemps, nul doute que les paysages deviendront enchanteurs : au nord, le pays de Forcalquier avec Reillanne au premier plan ; au sud, les montagnes du Lubéron, avec la vallée de l’Aiguebelle et ses fromages de chèvre.
Après la visite du village, c’est le retour par le même GR 4. Un panneau d’information m’apprend qu’un fossile de poisson inconnu jusqu’alors (30 millions d’années), « la perche du Lubéron », a été découvert sur le territoire de la commune de Montjustin.
Je ne suis pas descendue jusqu’au ruisseau de l’Encrême par la D214 : mais si vous prenez le temps, vous y verrez peut-être quelques castors…
Je croise deux bas-alpins en 4×4 ; celui du Colombier laisse ses deux chiens de berger dans la propriété où paissent les fameux moutons « trop » paisibles.
Ils savent ce qu’ils ont à faire ces deux là , et aboient furieusement lorsque je m’approche d’eux pour la photo que je destine à ma fille qui adore les chiens.Parvenue sur le parking, deux chasseurs s’installent pour le déjeûner ; ils me donnent faim ; alors, je mange la pomme qui est dans mon sac avant de rejoindre la ville. Quel constraste !

bullet1.gif

(1) Provence, tu peux te rendre, Montjustin s’est rendu !

©copyright randomania.fr

Guides de randonnée


medium_img_2366.jpg52 balades en famille autour de Aix-en-Provence, Jean Reynaud, Editions Didier Richard* L’article du blog correspondant à ce descriptif
Les « + » :
– Classement par massif montagneux
– temps de marche aller-retour clairement indiqué et fiable
– schéma de l’itinéraire et descriptif avec symboles explicites pouvant être interprétés par des enfants
– quelques anecdotes ou compléments historiques
Les « A savoir » :
– repérages parfois insuffisants quand on ne connait pas du tout les lieux (carte IGN recommandée)
S’il n’en fallait qu’un, pour des randonnées en famille, ce serait celui-là

52 balades en famille autour de Marseille, Christophe Kern et Malika Bendadou-Kern, Editions Didier Richard
Les « + » :
– Voir ci-dessus
Les « A savoir » :
– Voir ci-dessus
S’il n’en fallait qu’un, pour des randonnées en famille, ce serait celui-là

medium_img_2367.jpgLes Bouches du Rhône… à pied La Provence, Fédération Française de randonnée pédestre, coll. Topo-Guide* L’article du blog correspondant à ce descriptif
Les  » –  » :
– des balades classiques et d’autres moins
– représentation sur carte IGN au 1:25000
– des compléments historiques, géographiques, botaniques
– parking clairement indiqué
Les « A savoir » :
– Peu de balades courtes
Dans la même collection : Les Alpes de Haute Provence… à pied (36 Promenades et randonnées)
* L’article du blog correspondant à ce descriptif
medium_sainte_victoire_guide.gifRandonnées pédestres dans Sainte-Victoire, Alexis Lucchiesi, Edition Edisud
Les « + » :
– très complet
– carte détaillée de toutes les balades, à partir des deux flancs de la montagne, y compris les traversées
– technicité, pénibilité indiquées
– variantes à partir du même itinéraire pour adapter la randonnée
– documentation complémentaire sur la géologie du massif, l’histoire
Les «  » :
– repérages à la boussole
La nouvelle édition inclut le Concors. Les randonnées sont classées selon leur difficulté.

medium_randonnes_en_provence.jpg
Randonnées en Provence, Jean-François Devaud, coll. Rando-Evasion
Les « + » :
– photos couleurs
– précisions techniques (durée, technicité, dénivelée)
– randonnées dans toute la Provence, sans les calanques (Sainte-Baume, Sainte-Victoire, Lubéron, Lure, Verdon)
– randonnées classiques, toutes balisées
Les «  » :
– plan trop simplifié (carte IGN nécessaire)medium_guide_cote_bleue.jpg
Jean-François Devaud, Glénat, coll. Rando-Evasion Des calanques à la côte Bleue, Fernando Ferreira, Edition Glénat
Les « + » :
– présentation sous forme de fiche pouvant être emportée dans une pochette plastique
– itinéraires représenté sur portion de carte IGN
– photos couleur
Les « A savoir » :
– les durées ne sont pas indiquées dans l’index
– description parfois insuffisante pour ne pas se tromper

De la Méditerranée aux Gorges du Verdon, Toulon / Saint Raphaël, Fédération Française de la Randonnée Pédestre, coll.Topo-guide
Les « + » :
– grandes randonnées inédites et longues sur les GR49 et 99
– itinéraires représentés sur cartes IGN
– description des itinéraires
– lexique des termes provençaux
– des compléments historiques, géographiques, géologiques
Les « A savoir » :
– pas de petite balade

©copyright randomania.fr

*** Tremblement de terre à Vernègues : 100 ans après


Voici une randonnée un peu particulière en ce jour de début janvier. Le mistral souffle fort ; les rafales de vent dans les arbres font craquer les branches sèches et toutes sortes de bruits lugubres m’entourent. Pas un seul promeneur dans les ruines du village.

On se croirait presque au lendemain du tremblement de terre du 11 juin 1909, d’une magnitude 6, qui a détruit la quasi totalité du vieux château seigneurial qui s’est effondré sur les maisons du village. 46 morts (dont 2 à Vernègues) et 250 blessés dans les villages alentour. Vernègues se relèvera difficilement de ce drame qui oblige les habitants à reconstruire leur village au quartier du Jas, en contrebas. Voir le site GénéProvence

* Je vous propose l’itinéraire (6km100 2h environ) sur carte IGN 1:25000 – le Vieux Vernègues depuis la chapelle St Martin réalisé à partir de CartoExplorer
* Le site Mediterranee France propose un itinéraire d’une journée
La Barben par Vernègues

* Le site officiel de la commune de Vernègues
* Témoignages du tremblement de terre, avant-propos du rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Orientation du vent et température ressentie

medium_img_2338.jpg
La vie a repris. A côté des ruines, le dernier témoignage de modernité : le viaduc du TGV Méditerranée et la plaine de Cazan.
medium_img_2343.jpg Nul ne peut se douter en voyant cette architecture moderne, des conflits qui ont opposé le maire de Vernègues et le négociateur désigné pour les expropriations.

« …Vingt minutes avant minuit, c’est enfin signé. Mais avec un viaduc traité façon camouflage, une tranchée couverte, un tunnel de 400 mètres. Pour 2 kilomètres de voies, 15 secondes de TGV, un chèque de 700 millions de francs… » Voir l’article paru dans l’Expansion le 27 avril 2000 et le site GénéProvence

Du haut de l’ancien moulin sur le plateau du Grand Puech, là où est installée la table d’orientation, je vois la campagne de tous côtés ; mais prendre des photos sans bouger est quasiment impossible : le mistral me bouscule, mon bonnet s’envole.

medium_img_2354.jpg

Je rejoins le chemin balisé par un étroit sentier qui longe la propriété privée de Vacaresse avec plusieurs panneaux « interdiction d’entrée ».
Presque arrivée dans la plaine du Sonnailler(1), je fais une rencontre assez imprévue mais qui m’enchante car elle témoigne de la persistance de la campagne dans un des départements français les plus urbains : un berger et son chien conduisent leur troupeau de moutons avec assurance : pas un cri, pas un aboiement. Je salue le rude campagnard, uniquement vêtu d’un pull, puis continue ma route d’un pas rapide. J’ai bien plus froid que lui avec mon bonnet, mes gants et mon coupe-vent !

medium_img_2357.jpg

Après avoir photographié deux ânes dans leur enclos, je rejoins finalement la chapelle romane de Saint-Martin, fort bien restaurée, qui semble garder l’entrée de la plaine du petit et du grand Sonnailler (1). * Voir le site de Wulfran Barthélémy sur les chapelles rurales en Provence

1SONNAILLER. L’animal qui, dans un troupeau ou dans un attelage, va le premier avec la clochette.

©copyright randomania.fr