Bagnols-en-Forêt : circuit des meulières et cascade de Gourbachin


Week-end de Pâques radieux ; avec une seule nuit dans un hôtel B&B à Roquebrune-sur-Argens, je vais pouvoir faire deux randonnées à la journée. J’ai imaginé un circuit qui me ferait découvrir la meulière de Bagnols-en-Forêt et la cascade de Gourbachin. Partie du centre de Bagnols-en-Forêt, j’aurais forcément un peu de route à parcourir.

Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan et du Var, 1976, Guy Desirat, pp.39 et suiv.

Bagnols est un village resserré en longueur et en pente : je descends donc jusqu’à la route qui contourne le village puis descend par la route du Muy vers Maupas1. Sur la gauche un sentier en pointillés passe à côté d’un rustique lavoir, alimenté par la Font couverte qui a permis au nouveau village de s’installer ; je traverse la Vauloube, évitant un grand virage de la route.

Pour rejoindre la chapelle Notre-Dame de Pitié, il faut suivre la route pas toujours commode, car sans trottoir ou espace protégé.

La chapelle […] fut construite en 1560 sur les ruines d’une « villa » gallo-romaine édifiée au 1er siècle. Si elle est de belle taille (clocher tour, porche d’entrée), c’est qu’elle a été église paroissiale à l’époque où le village se trouvait dans la plaine ; puis elle a été occupée par des ermites. Des photos du pèlerinage du 15 août, dont l’origine remonterait à 1729 (lien avec la peste de 1720 ?), sont exposées sous le porche.

En face, au carrefour, un vieux puits ; deux directions mènent aux meulières : je choisis le chemin de Bayonne qui est une belle piste traversant la forêt. Dans cet environnement siliceux, l’écorce des chênes-lièges à la peau épaisse et ridée, est passée entre les mains des leveurs de liège, tout un art et une technique.

Deux types de levées de liège ont été effectuées sur le territoire du Muy cet été. […] Ils ont prélevé au total quatre tonnes de liège « femelle », qui serviront à la confection de bouchons. Ensuite, une seconde levée de liège brûlé […]. Les leveurs ont levé environ deux cents arbres en zone difficile d’accès car très embroussaillée. Le liège ainsi récolté sera valorisé dans la fabrication d’isolant.

La récolte du liège : un savoir-faire éprouvé dans le Var

Sur le côté gauche de la piste, un sentier étroit et pentu rejoint le PR du col de la Pierre du Coucou ; je préfère rallonger le circuit mais diminuer l’inclinaison de la pente.

Peu après la station de pompage, le sentier monte dans le bois du Defens ; fortement raviné, il est utilisé également par les VTT dont il vaut mieux surveiller la descente. Après un long passage en sous-bois, je repère de gros blocs rocheux qui annoncent l’approche de la meulière.

De chaque côté du GR, certaines alvéoles représentent les vestiges d’une extraction accidentelle, qui s’est donc mal passée : certaines meules se lézardent, d’autres éclatent en morceaux, ou bien tombent lourdement sur le sol et se brisent. D’autres semblent avoir été abandonnées avant leur extraction de la roche.

La crête des bois de Malvoisin montre, de part et d’autre du GR 51, une « taillerie de meules » entamant des blocs et des bancs de rhyolite amarante. Les meules ont été extraites aussi bien sur un plan vertical qu’horizontal. Deux sortes ont été produites : des meules manuelles (diamètre 59-60 cm, épaisseur 17 cm) et des meules de moulins (133 à 153 cm de diamètre pour 22 à 35 cm d’épaisseur). Il en reste de nombreuses ébauches et alvéoles à tous stades d’extraction. […] Plusieurs tailleries de plus grande ampleur existent sur le champ de tir proche (cf lieu-dit La Peyrière).

Atlas des meulières Provence
Continuer la lecture de Bagnols-en-Forêt : circuit des meulières et cascade de Gourbachin

Promenade entre mer et œuvres d’art


Les œuvres sont dans l’eau, dans la pelouse, dans la forêt. Parc de sculptures d’Henie Onstad.

La grande banane Filipstad (3e ligne à droite) définit traditionnellement le Pop Art américain selon l’artiste Claes Oldenburg

La sculpture d’Emile Gilioli, Esprit, eau et sang (5e ligne à droite) : nous avons la même dans le domaine de Peyrassol (Flassans-sur-Issole, Var).

Une courte et très agréable balade mais je n’ai pas vu toutes les sculptures. Malgré le plan, je ne les ai pas toutes identifiées avec certitude : image de l’œuvre à droite de celle du Kunstsenter (4e ligne) et la dernière au carrefour.

L’ours de Eiksmarka


Temps gris, pluie fine mais ce n’est pas ça qui arrête le promeneur norvégien… ou français. Nous stationnons sur le parking d’Østervann à 1km du plan d’eau Østervannet qui possède une petite plage se trouvant à l’extrémité sud du lac. Le panneau d’informations touristiques est écrit en norvégien, dommage.

Piste forestière facile, balisée de bleu, plate, qui a une toute autre allure sous la neige. Elle traverse une forêt, près de tirs incessants : le centre de tirs (skytesenter) est tout proche et c’est parfois difficile de s’abstraire du bruit. En arrivant au bord du lac, on accède à un îlot de quelques mètres carrés, grâce à une dizaine de pierres de gué que Claire s’empresse d’emprunter. Malgré la pluie, le temps est agréable et lumineux.

Si le balisage bleu est plus rustique qu’en France, je constate que les chemins piétonniers ou cyclistes sont prévus pour passer sous les routes plutôt que sur la route, évitant ainsi les carrefours dangereux ; et ils sont éclairés en plus !

Continuer la lecture de L’ours de Eiksmarka