Roque-Hautes, Sainte-Victoire

Publié le Catégories ----- * Sainte-Victoire 13, 13 Bouches-du-Rhône, Geocaching et jeuxMots-clés , , ,
 

Une randonnée que je me suis fabriquée dans le parc de Roques-Hautes et qui n’emprunte pas que les sentiers connus de la Sainte-Victoire. Elle démarre par une superbe vue classique sur la montagne, à partir du parking du plan d’En Chois (pour connaitre l’origine de ce nom, lire dans ce blog Origine de quelques noms de lieux à la Sainte-Victoire). Quant au parc, il a été acquis entre 1973 et 1988 par le conseil général qui milite en faveur de la préservation et de la réhabilitation du site.

Le large chemin carrossable débute au milieu de belles plantations d’oliviers, se poursuit sur un sentier fortement raviné mais restauré en partie par de grosses et larges marches de bois. Pour ceux qui n’auraient pas beaucoup de temps, ce sentier permet de rejoindre le pied de la montagne Sainte-Victoire en une trentaine de minutes.

Très rapidement j’arrive au niveau du refuge Cézanne, et de la chapelle du Trou récemment restaurée par le Conseil Général. A y regarder de plus près, plusieurs éléments de construction ne font pas penser à un édifice religieux. Aucune trace officielle de la chapelle du Trou dans l’inventaire des chapelles rurales de Constantin, aucun vestige antérieur au XIXè retrouvé lors du diagnostic archéologique, aucun édifice religieux figurant sur la carte de Cassini (XVIIIè) ou le cadastre napoléonien (première moitié du XIXè)  : il ne s’agit probablement pas d’une chapelle ancienne. Et si tout simplement, il s’agissait d’une habitation abandonnée aménagée plus tard par un ermite ? Pour plus de détails sur ma réflexion, le hameau du trou à Saint-Antonin sur Bayon

Direction le pied de la falaise et ses marnes rouges friables, puis le pas des dinosaures pour avoir une vue plongeante sur le refuge et le rocher du Trou. J’espérais pouvoir emprunter l’ancien chemin du ravin de Beauroux repéré sur une carte ancienne (Baou Roux aujourd’hui) et qui traversait le champ de tir vers l’ouest pour rejoindre le château de Roques-Hautes, mais il était interdit d’accès et probablement difficilement praticable aujourd’hui. D’impressionnantes falaises rougeâtres et boudinées dominent ce collet avec, en prolongement, les costes chaudes toutes ridées dans un relief inversé puisque le jurassique est ici au dessus. Pour les amateurs de géologie, lire la montagne Sainte-Victoire. Structure, relief et morphogenèse antérieure au Postglaciaire. Beaucoup de monde dans les deux sens sur ce sentier aux caillous roulants qui mène à la crête.

Je redescends de ce pas (des dinosaures) puis rejoins le point 264 ; je sors ma carte et mon GPS pour aider un groupe de randonneurs perdus sur la large piste des Harmelins, puis m’enfonce dans le vallon qui rejoint bientôt le carrefour de plusieurs pistes non loin de la grande prairie de Roques-Hautes – formidable terrain de jeux pour les enfants – et du château.

L’un des chemins barré mène au château (privé), une belle et grande bastide carrée datant de plusieurs siècles, flanquée autrefois de quatre tours, avec de grandes bergeries semi-enterrées, un grenier à foin, deux fours, des logements et entrepôts agricoles rénovés par Decormis. Je longe le ruisseau de Roques-Hautes jusqu’aux abords du gisement d’oeufs de dinosaures ; il y a quelques années encore, on pouvait y trouver facilement de petits fragments de coquilles d’oeufs.  D’ici, l’ancien chemin de Beauroux est bien visible : exploration une prochaine fois.

Riou de Roques-Hautes, par Robert Team13

Le gisement de Roques-Hautes / Les Grands-Creux constitue l’un des gisements d’oeufs fossiles les plus riches et les plus intéressants du bassin d’Aix-en-Provence. Signalé dès 1947 par A. F De Lapparent, il […] a livré des oeufs fossiles appartenant à des types très divers, ainsi que de nombreux ossements de dinosauriens. […] Il est aménagé dans des argiles rouges du Rognacien inférieur. Extrait du site dinosauria

Impossible de ne pas penser aux causes d’extinction des dinosaures qui font tant débat. Une corne de dinosaure de 45 cm, contemporaine de l’extinction, a été analysée : elle était riche en quartz et surtout en iridium, un métal très rare sur Terre mais très abondant dans les météorites. La couche était identifiée comme vestige d’un impact d’astéroïde, ayant provoqué des catastrophes naturelles en série : éruption volcanique, tsunami, etc. La théorie de Marcus Clauss vient expliquer pourquoi aucun dinosaure n’a survécu contrairement aux mammifères ; ces derniers naissent généralement déjà assez grands et se nourrissent d’abord du lait de leur mère : ils avaient donc déjà un avantage sur les dinosaures. A titre d’exemple, comme le montre le site internet suisse ArcInfo,

un dinosaure sortant de son oeuf était 2500 fois moins lourd que sa mère pesant 4 tonnes. Une éléphante du même poids met au monde un éléphanteau 22 fois plus léger qu’elle.

Dès lors que les espèces de grande taille ont disparu, s’il n’y avait pas d’espèces de petite taille, c’est tout le groupe qui a disparu. Seuls les dinosaures qui ont pu conquérir de nouveaux espaces en s’envolant ont survécu : ce sont les oiseaux.

Les ruines toutes proches (ancien pigeonnier ou moulin à vent ?)  indiquent que les lieux étaient habités autrefois : en 1682, il existait 5 bastides dans cet arrière-fief, dont celle achetée par l’abbé Aubert du prieuré de Sainte-Victoire. Ceci est confirmé par le recensement de population demandé  par l’archevêque lorsque ses habitants ont réclamé leur propre église plutôt que d’aller jusqu’à celle du Tholonet en traversant le Bayon, dangereux en période de crue. Beaurecueil : Une petite commune du pays d’Aix et son histoire, J. Ganne, J. Ganne, 1999

Peu fréquenté, l’étroit sentier du retour, non balisé, passe à travers bois et domine la large piste  ; les geocacheurs y trouveront deux caches ; il rejoint ensuite le tracé des Harmelins jusqu’au refuge Cézanne. Vous aurez tout le long de superbes échappées sur le flanc sud de la montagne.

Le bois de sainte-Victoire, par Robert Team13
Le plan Sainte-Victoire, par Robert Team13

Itinéraire 7km800, dénivelée 265m (590m cumulées), 3h40 au total ; les caches de Robert Team13 figurent sous la forme de petits points d’exclamation rouges sur fond blanc.

Je remercie Audrey Deleuze, photographe, pour la photo des coquilles d’oeufs de dinosaures qu’elle m’a autorisée à publier.

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 29 Fév 2016

Retour en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *