Le mur de la peste ou la malédiction du Grand-Saint-Antoine



Cette expression de mur de la peste m’a d’abord questionnée : je ne comprenais pas du tout ce que c’était. Je suis donc allée voir sur place à Cabrières d’Avignon. Le chemin est balisé par des bornes représentant un mèdecin sous son costume le préservant du risque contagieux (Voir les vitrines puis la salle consacrées à la peste au Musée du Vieux-Marseille). Les récits historiques parlent de la Ligne, ce qui évoque plutôt un terme militaire ; c’est bien une guerre implacable que les autorités locales ont dû mener contre ce fléau à l’époque.

Le temps qu’il fait aujourd’hui à cet endroit :
Météo du jour, direction du vent et température ressentie

Le 25 mai 1720, un navire « Le Grand Saint-Antoine » arrive à Marseille, venant de l’Orient. Il apporte la peste qui tue la moitié des habitants de la ville, puis s’étend à l’intérieur de la Provence.

Le Royaume de France interdit alors tout passage et tout commerce entre le Dauphiné et le Comtat Venaissin.
En mars 1721, il est décidé… de retenir la peste avec une muraille de Bonnieux à Cabrières.

medium_img_0682.jpg

La ligne dans le paysage, Promenades géographiques dans les Monts de Vaucluse autour du Mur de la Peste, Denis Lacaille, Danièle Larcena

Il était prévu d’une hauteur de six pieds (1,95 m) et d’une largeur de deux pieds (0,65 m). Au début de la construction de la « muraille de la ligne », chaque communauté est tenue de fournir un certain nombre d’ouvriers qui doivent apporter leurs outils (marteau, cordeau, pelle, pic). Cinq cents habitants des villages environnnants sont réquisitionnés. Devant la lenteur d’avancement des travaux et le faible zèle des communautés à fournir des travailleurs, les autorités modifient l’organisation du chantier en mai : chaque village, en fonction de son importance, est chargé de l’édification d’une portion de l’ouvrage ; les ouvriers sont payés à la canne de muraille et non plus par jour.
medium_img_0678.jpgFin juillet, un millier de soldats comtadins (troupes royales de France et des troupes papales) surveillent la totalité de la muraille et du fossé enfin achevés. Mais, fin août, la peste se déclarant à Avignon, les troupes royales remplacent les troupes pontificales pour contrôler le passage du Comtat à la Provence et assurer la protection du pays d’Apt récemment débarrassé du fléau.

Certains ont-ils été tués pour avoir passé la Ligne ? le seul exemple que j’ai trouvé est à Saint-Chamas dans les Bouches-du-Rhône : « L’an que dessus et le vingt-neuvième de juillet est mort et fut enterré auprès du port André Belon, fusillé là pour avoir passé la ligne établie alors pour la sûreté du pays contre la contagion de la peste, en foi de quoi je me suis signé avec les témoins. » [SABATIER prêtre], site GeneProvence

medium_img_0685.jpgMéthamis, Vénasque ont été épargnés, la Roque et le Beaucet également. L’épidémie ne se termine vraiment qu’en janvier 1723, les actions de grâce se multiplient dans les villes et villages épargnés, le mur est abandonné.

Que reste-t-il des 40 guérites pour les sentinelles en faction, des 50 corps de garde, des 10 cabanes formées de deux bâtiments jumelés (abritant vraisemblablement, outre les hommes, le matériel et les provisions) et 20 enclos pour les entrepôts de vivres et le fourrage (chevaux et mulets qui acheminaient le ravitaillement et l’eau) ? quelques ruines dont on devine la fonction par la forme. L’association Pierres sèches en Vaucluse procède depuis un certain nombre d’années au nettoyage et à la reconstruction partielle des vestiges du Mur de la Peste.
Pour soigner la peste, un élixir célèbre « le vinaigre des 4 voleurs » était constitué de vinaigre blanc dans lequel étaient diluées diverses plantes. A l’époque, les gens étaient persuadés que la peste était une punition divine pour leur mauvaise conduite. Par panique, beaucoup de membres du clergé s’enfuiront, laissant les pestiférés mourir sans confession.
Deux plongeurs marseillais ont retrouvé en 1978 l’épave du Grand-Saint-Antoine dans une calanque de l’ile de Jarre, à 10m de profondeur. Il y avait été incendié en septembre 1720 sur ordre du Régent.

L’itinéraire simplifié (pas de fond de carte IGN)

La malédiction du Grand-Saint-Antoine, P. Mouton, Autres temps, 2001

La peste de 1720 à Marseille et en France, P. Gaffarel et Mle de Duranty, Paris, Perrin et Cie, 1911

bullet1.gif

Merci à Bobines84, geocacheur du Vaucluse (pour savoir ce qu’est un geoacacheur, voir l’article * chasse au trésor high tech dans ce blog), grâce à qui j’ai découvert cette petite randonnée très agréable

©copyright randomania.fr

Découverte du Colorado provençal



medium_img_0525.jpgNous sommes dans le petit village de Rustrel, un des villages des Ocres1 du Lubéron, réplique du très célèbre canyon du Colorado aux Etats-Unis ; il est 10h mais le parking est déjà bien rempli. Plusieurs sentiers balisés permettent de découvrir l’originalité du site mais, parce qu’ils sont balisés et sécurisés, ils sont très fréquentés. Néanmoins, comme je ne les connais pas, je décide de faire deux boucles classiques « Les cheminées de fée » (circuit F du plan), « le Sahara » (circuit G du plan), puis le cirque de Barriès dont le parcours chemine en pleine forêt. Je conseille vivement de visiter ce site un jour de ciel bleu.
* Télécharger le plan des randonnées du Colorado Provençal

Vidéo de Carnets de rando, le colorado provençal, David Genestal

Le Colorado provençal, par le site Luberon.fr (avec quelques belles photos)

* La météo aujourd’hui à cet endroit :
Direction du vent et température ressentie

medium_img_0528.jpg

L’ocre est un mélange de sable et d’argile colorée par des oxydes de fer. Pigment naturel et inaltérable, l’ocre est principalement utilisée dans la fabrication des peintures et badigeons, remplacée aujourd’hui par des colorants artificiels. Le gisement a été exploité de 1780 au XXème siècle. L’exploitation se fait à ciel ouvert ou en galeries souterraines dont certaines, abandonnées, sont utilisées pour la culture des champignons de Paris.

Le traitement des ocres, site du parc du Lubéron

Bryce Canyon USABryce Canyon (photo ci-contre à gauche extraite du site Voyage Magazine USA) au sud ouest des Etats-Unis où les structures géologiques extraordinaires, formées par érosion et le soulèvement de couches de grès de couleurs différentes, donnent comme ici des couleurs exceptionnelles allant du rouge au blanc. A Rustrel, en plus de l’ocre, le minerai de fer était également exploité : il reste quelques vestiges de la dernière usine près de la rivière Doa. En me promenant en dehors des sentiers balisés, j’ai retrouvé entre Istrane et le camping, les ruines d’un mur en briques et une tour métallique dont je ne connais pas la fonction.
Pour marcher dans ce Colorado provençal, mieux vaut se munir de chaussures et de tenues ne craignant pas d’être teintées !

Les sentiers thématiques :

A : Sentier Morenas : départ du camping du Colorado. La croix de Muset, Istrane. 5,5 km (2 h), dénivellation 150 m.
B : Sentier des Blaces : départ du camping du Colorado. Les Blaces, La croix de Christol, Istrane, 11,5 km (3 h 30), dénivellation 350 M.
C : Sentier des Crêtes : départ d’Istrane. La croix de Christol, Barriès. 13 km (4 h), dénivellation 200 m.
D : Sentier de la Combe Étroite : départ du parking municipal de Bouvène. Anciennes carrières d’ocres. 3,4 km (I h 30), dénivellation 100 m.
E : Sentier des Maîtres de Forges : départ du camping du Colorado. Chapelle Notre-dame des anges. 2,2 km (1 h30), dénivellation 350 m.
F : Sentier des Cheminées de Fées : départ du parking municipal de Bouvène. Les cheminées de fées. 1 km (30 min), dénivellation 40 m. Balisé en bleu.
G : Sentier du Sahara : départ du parking municipal de Bouvène. 1,5 km (45 min), dénivellation 10 m. Balisé en rouge. Issu du site http://rustrel.free.fr/plancolorado.htm

* Photos de Rustrel et des 2 sentiers classiques
medium_img_0538.jpg* Télécharger un document word succinct sur le traitement des ocres
medium_img_0543.jpgPour aller jusqu’au cirque de Barriès (grossier balisage blanc), je me gare sur le parking entre la D30A et la D22. A peine garée, je suis accostée par un monsieur qui, manifestement, guette le client. Il se présente comme représentant des propriétaires des terrains du colorado et veut me vendre un plan des sentiers de randonnée à plus de 3€ pièce. Cette manière un peu agressive me déplait et je décline son offre. medium_img_0546.jpg

La Doa se passe à gué. Le parcours ici est presque totalement en forêt, à la fraîche, et se termine par une cascade à l’ombre d’un haut rocher. Après la traversée du désert blanc (sable blanc lavé lors de la première étape du traitement des ocres), je peux dire que j’en ai vu de toutes les couleurs !

bullet1.gif

1ocre : argile friable, de couleur jaune, rouge ou brune selon la nature des oxydes qu’elle contient

©copyright randomania.fr

La Roque des Bancs dans la forêt de cèdres



Merveille du petit Lubéron, cette forêt de cèdres remonte à 1864, date à laquelle les services forestiers introduisent le cèdre de l’Atlas algérien. La balade se fait le plus souvent en forêt, ce qui est bien agréable en été.

* Itinéraires et photos dans la forêt de cèdres du site Balade en Provence
* A la découverte du Lubéron site du Parc naturel régional du Lubéron
* Le village de Bonnieux du site Lubéron News
* L’itinéraire (3km200, 1 heure environ) que nous avons suivi réalisé à partir de CartoExplorer

Nous partons à deux, tôt, pour éviter les grosses chaleurs si bien que le gardien de la forêt n’a pas encore pris ses fonctions et nous ne payons pas le parking. Nous empruntons la route gondronnée, départ du sentier botanique, bien documenté ; de chaque côté, au pied des arbres, la terre est foulée, piétinée récemment comme si un troupeau de sangliers était passé par là . Parvenues à la grande citerne à gauche, nous avons failli rater l’entrée du chemin balisé en bleu.
medium_111_1154_r1_corr.jpg
Dans la falaise, le long de la Roque des Bancs, quelques grottes où nichent des oiseaux qui s’égaient quand nous y pénétrons. Nous sommes début juillet et contentes d’avoir échappé au sentier classique envahi de touristes plus ou moins respectueux de la nature.
Nous passons à côté des ruines d’une bergerie sous un surplomb rocheux non indiqué sur la carte IGN. Un peu plus loin, nous délaissons le chemin balisé pour monter dans la garrigue : plus aucune trace de chemin. Nous sommes à l’extrémité de la Baume Rousse ; au loin, la Durance et ses iscles (1) : Mallemort, Charleval et les collines de la Trévaresse.
medium_img_2971.jpgAu retour, nous faisons un pari : celui de photographier une cigale ! il faut avoir un sacré sens de l’obervation car elles se confondent avec l’écorce des arbres. Après plusieurs minutes de patience dans une observation silencieuse, mon amie Elizabeth l’aperçoit et la photographie, sans pied. A voir en grand en cliquant sur la photo !

Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas par frottement sur ses ailes que la cigale stridule mais grâce à un système de grosses écailles situées dans l’abdomen. Pour en savoir plus, voir la cigale du site Clair de Lune, ou rendez-vous au palais de la découverte à Paris

Vidéo de Carnets de rando, la forêt des cèdres, par David Genestal

bullet1.gif

(1) Brice Peyre, dans son « Histoire de Mérindol en Provence », précise que le hameau était appelé, aux XVIe et XVIIe siècles, « l’Iscle » ou « les Iscles » (c’est-à -dire « iscla », variante « isola », pâté de maisons, du latin « insula »).

* Définition selon le vademecum du voyageur en Camargue

©copyright randomania.fr