Les gorges de la Nesque, évocation de Frédéric Mistral (2)



Première partie du parcours, voir Les gorges de la Nesque 1.

Au final, compte tenu de nos nombreuses difficultés à l’aller, nous avons autant marché que stationné sur place, foi de GPS !

Du Castelleras au plan d’eau de Monieux par le GR9 et le lit du torrent

(Rappel : pas d’interdiction de circuler l’été sauf risque exceptionnel)

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

St__le_au_belvedere_baladins_vauclusiens.jpgTi'Mars... et Bob13 devant le VentouxDepuis 1966 une stèle (photo empruntée aux Baladins Vauclusiens) en l’honneur de Frédéric Mistral (1830-1914) a été dressée au belvédère du Castelleras ; nous pouvons voir en face de nous le fameux Rocher du Cire1 empourpré par l’oxyde de fer, où Mistral situa une scène du Calendau, 1867 : « De là, venu dans la Nesque, il étouffe les ruches du Rocher du Cire, et pour trophée apporte à Estérelle un petit rayon de miel ».

Parti tard de Monieux avec deux amis félibréens, Mistral se rendit à Méthamis par les gorges ; ils se perdirent non loin du rocher du Cire et manquèrent plusieurs fois de tomber dans un gouffre. Obligés de faire demi-tour, ils furent hébergés par une famille de chevriers au lieu-dit les Bessons
rocher-cire-mistral-nesque.jpg Le lendemain, ils repassèrent au Rocher de Cire où ils découvrirent de nombreuses abeilles sauvages. Mistral, Frédéric Mes origines : mémoires et récits de Frédéric Mistral, 1915. IMG_4453r.JPGimg_4462r.JPG
En face de nous, de nombreuses et grandes baumes creusées dans le canyon mesurant parfois près de 200m. Avez-vous vu l’étroit sentier dans le fond des gorges  sur la photo de droite  ? nous y étions le matin.

pano-belv-r.jpg

Au sud, « la cathédrale » est un « rétrécissement extrême…, long de 50m, étroite entaille d’à peine 10m de largeur, entre deux murs à pics hauts de 40m,… ; il se pourrait que cet étroit fut une ancienne caverne. » Mistral s’y est promené ; pourquoi pas nous une prochaine fois ?

pano_ventoux_nesque_r.jpg

Au Nord le mythique mont Ventoux dans toute sa splendeur avec la route des gorges comme suspendue au flanc de la montagne : il parait si près et pourtant il est à 15km à vol d’oiseau. img_4460r.JPGLe retour le plus direct à la chapelle Saint-Michel prend accès sur la D942 à gauche en venant de Monieux, à 700 m avant d’arriver au belvédère du Castelleras. La descente rapide et en lacets par le GR9 est bien balisée, on est souvent obligé de mettre les mains, ou se glisser dans une gouttière entre deux rochers. Malgré quelques pierriers glissants, je prends le temps de regarder les baumes aperçues depuis le belvédère. Prudence à ceux qui ont le vertige ! Nous retrouvons la chapelle Saint-Michel après 20mn et 124m de dénivelée. Un couple de randonneurs hésite devant la montée qui les attend. Il fait si frais et si calme à cet endroit qu’on n’a pas envie de quitter les lieux ! IMG_4422r.JPGLe temps de placer une nouvelle cache pour les geocacheurs « les gorges de la Nesque (GC14W4) » et nous voilà repartis.
Ti’Mars… suggère de remonter la Nesque le plus longtemps possible pour changer d’itinéraire et ne pas escalader les rochers. Le massif étant formé de calcaires souvent perméables, l’eau s’enfonce immédiatement dans la roche. Les pertes de la Nesque dans tout le secteur des gorges alimentent le système karstique de la Fontaine de Vaucluse. Extrait du Schéma de restauration, d’aménagement, de gestion et d’entretien de la Nesque

Pour le prouver, un traçage des eaux souterraines a été effectué. L’injection du traceur a eu lieu le 11 février 2004 à 14 heures en amont des pertes de la Nesque (commune de Monieux dans le département du Vaucluse)… Le traceur est arrivé en 11 jours et 18 heures à la Fontaine de Vaucluse. La vitesse maximale de 73 m/h est élevée… Ce traçage est le premier sur la Fontaine de Vaucluse avec une surveillance en continu du traceur (procédé breveté INPI)… Le traceur était de l’iode, un oligo-élément indispensable à la vie… Ce nouveau traçage pourrait remettre en cause la validité des premières colorations (fortement médiatisées) des années 60… Extrait des news du site Hydrogeologie.com

Nous marchons donc dans le lit à sec de l’ancienne rivière. A part en cas de forte crue, aucun risque d’avoir les pieds mouillés : vous pourrez donc suivre en toutes saisons le lit de la rivière de la chapelle rupestre Saint-Michel au plan d’eau de Monieux, si toutefois les galets et rochers ne vous font pas craindre une entorse.

A l’arrivée, nous buvons un verre entre amis au bord du plan d’eau en revivant la journée : une manière de prolonger le plaisir de la randonnée.

Circuit n°10 du Topo-guide, Le pays du Ventoux à pied, 9km, 3h

Itinéraire de Montagne Cool, 5h

Notre itinéraire dans les gorges de la Nesque, 8.400km, 2h45

*L’album photo des gorges par les Baladins Vauclusiens et un descriptif d’itinéraire avec ses variantes

Circuit 26 des Nouveaux Guides Franck, Luberon Mont de Vaucluse, niveau technique 3 sur4, 3h15

bullet1.gif

1 Rocher de Cire : nom probablement tiré de la présence d’abeilles sauvages fabriquant la cire

©copyright randomania.fr

Les gorges de la Nesque, en passant par la chapelle St-Michel et l’homme de Néandertal (1)



Plan d’eau de Monieux – belvédère du Castellaras

Voir la suite du parcours dans les gorges de la Nesque (2).

Dans ce canyon interdit, expression que j’emprunte volontiers au numéro hors-série de Pays de Provence Côte d’Azur, balades & randos, édition 2007, on accède à un monde étrange où l’on s’attend à croiser quelque aventurier en recherche de sensations. Grand avantage l’été : pas d’interdiction de circuler dans la région du Ventoux, le village de Monieux étant situé en zone A (voir note sur l’interdiction de circuler dans les massifs forestiers en Provence 2007)
IMG_4416r.JPGimg_4414r.JPGBob a préparé l’itinéraire avec sérieux, emmenant à la fois carte et GPS. Ti’Mars… et moi lui faisons confiance. Nous traversons quelques champs remplis de chardons géants et cardères sauvages dont les feuilles recourbées servent d’abreuvoir aux oiseaux. Dès le départ du plan d’eau de Monieux – lac du Bourguet dans lequel seuls les canards aiment se baigner -, la Nesque, qui prend sa source à Aurel (84), sur le flanc est du Mont Ventoux, est à sec et cela nous surprend. Elle ne possède pas de gros affluents, et reçoit, dans la partie amont de son bassin versant, les eaux de nombreux talwegs généralement à secs. Les écoulements s’interrompent dans les gorges … Ils redeviennent pérennes dans la partie comtadine (voir les gorges de la Nesque 2 pour plus d’information sur les pertes de la Nesque).

img_4418r.JPGIMG_4419r.JPGNous empruntons un sentier très étroit qui surplombe les gorges et donne le vertige : je n’ose même pas prendre de photo. Le fond des gorges est invisible, caché par une abondante végétation ; nous passons sous les frondaisons de résineux et feuillus enchevêtrés ; à hauteur des yeux, de l’autre côté du ravin, ce ne sont que des grottes creusées par l’eau. Une heure plus tard, à 615m d’altitude, une autre difficulté : un passage avec crochets dans la roche (photo de gauche) pour descendre quelques mètres plus bas. Bob passe le premier. Je n’ai jamais désescalader de cette façon et j’avoue que je tremble un peu ; finalement, mes compagnons m’encouragent et ça n’est pas aussi difficile que cela. Quelques minutes plus tard, c’est la récompense ! près du lit du torrent, la chapelle Saint-Michel est là, avec ses trois rangs de génoise (habitude locale depuis le milieu du XVIIème siècle), blottie sous la grotte à étages,  restaurée plusieurs fois, dont une en 1643 comme en témoigne la date inscrite dans la pierre au-dessus de la porte.

ermitage_st_michel_nesque_1900_A_Martel.jpgIMG_4423r.JPG « ses remous [ndlr : les remous de la Nesque] ont pratiqué… des creux assez profonds pour devenir de véritables cavernes, parfois superposées en plusieurs étages comme, par exemple, les trois énormes affouillements qui surplombent l’antique ermitage Saint-Michel. » Extrait de Nature, la Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, E.A. Martel, Masson et Cie éditeurs, Paris, 1903 (photo de gauche prise au début du XXème siècle). Le rez-de-chaussée est occupé par la chapelle ; pour accéder au 1er étage, IMG_4425r.JPGIMG_4471r.JPGoccupé à l’époque néolithique, il faut monter à l’échelle étroite sur la droite de la chapelle, la sortie est lisse ; pour le 2ème étage, il suffirait de monter à une autre échelle très raide mais nous ne l’avons pas tenté. Quelques cordes pendent au plafond. L’espace de la grotte a été astucieusement utilisé puisque l’abside est coincée totalement sous le rocher. Une image de Saint-Michel est peinte sur la porte. Au XIXème siècle, c’était encore un lieu de pélerinage. Les nombreux écrits déposés par les randonneurs demandant lachapelle.JPG à Saint-Michel de protéger leur famille en sont encore une réminiscence (Ti’Mars… sur l’échelle, photo de Bob13). Je suppose que le cippe votif gallo-romain1 est la colonne sur laquelle repose la table autel aujourd’hui. A y regarder de plus près, je pense qu’une entrée d’origine a été comblée et devait autrefois communiquer avec l’ermitage : un crucifix a été offert et accroché de ce côté en 1888.

IMG_4438r.JPGPourquoi cette chapelle est-elle dédiée à Saint-Michel ? cette histoire est peut-être un début d’explication. En l’an 492, un homme, nommé Gargan, faisait paître dans la campagne ses nombreux troupeaux. Un jour, un taureau s’enfuit dans la montagne et se réfugia dans une caverne. On lui décocha une flèche qui revint blesser celui qui l’avait tirée. Après trois jours de jeûne et de prières, l’Archange saint-Michel apparut à l’évêque et lui déclara que cette caverne était sous sa protection, et que Dieu voulait qu’elle fût consacrée sous son nom et en l’honneur de tous les Anges. Une chapelle y fut édifiée.

Les églises rupestres : Saint-Pons de Valbelle, Saint-Michel de la Nesque, Saint-Eucher de Beaumont, Les Alpes de Lumière, n°46, 1969

Nous quittons la chapelle pour tenter de rejoindre le belvédère ; mais ça se complique ; le GPS ne capte plus au fond des gorges et nous faisons de nombreux allers et retours inutiles dont une montée et une descente le long d’un câble métallique. Près d’abandonner, nous entendons des voix quelques mètres au-dessus de nous ; une falaise nous en sépare. A droite, impossible de les rejoindre. A gauche, une montée raide nous permet de rejoindre le groupe de danois accompagné d’un guide local. Ouf ! il va pouvoir nous aider. Face à notre carte, il hésite à nous situer. Je ne retiens qu’une chose : ne pas continuer dans les gorges sous peine d’être complètement bloqué et ne plus pouvoir remonter. Nous tombons sur un site archéologique complètement fermé. La pancarte est illisible. Il existe de nombreuses grottes préhistoriques dans les gorges de la Nesque dont le célèbre abri sous roche du Bau2 de l’Aubesier. Serait-ce celui-là ?

Je remercie Francis Hervieux pour son aide à l’identification du site et les références bibliographiques ; clin_d_oeil15491.gifoui, je retournerai dans les gorges, un jour de pleine lune… * ARCHÉOLOGIE EN PROVENCE : BAU DE L’AUBÉSIER, 1998.
Continuer la lecture de Les gorges de la Nesque, en passant par la chapelle St-Michel et l’homme de Néandertal (1)

©copyright randomania.fr

Le Sablon, sur la piste de l’ocre



Endroit moins connu que Rustrel ou Roussillon, le Sablon possède encore quelques vestiges du traitement de l’ocre dans la région. Situé entre Carpentras et Villes-sur-Auzon, dans le Vaucluse, le lieu-dit du Sablon est à peine visible depuis la départementale. plan sablon.jpgExploité par la société Malavard de 1887 à 1928 puis par la Compagnie des Ocres Françaises de 1928 à 1967, le gisement d’ocre l’était pour sa couleur jaune, à ciel ouvert ou en galeries souterraines selon l’affleurement et l’épaisseur des terrains qui recouvraient l’ocre.

La météo aujourd’hui à cet endroit :
Avec la température ressentie

Par le chemin à droite du parking, on découvre une carrière à ciel ouvert, un bassin de rétention et le cabanon des ocriers. Par le chemin qui s’étale en longueur sur la gauche, celui que j’ai parcouru, on peut voir :IMG_1647.JPG

  • les canaux d’alimentation en eaux captées à la source « La France » pour le lavage du mélange sable inerte-ocre,
  • le puits alimenté par cette source (ce puits faisait l’objet d’une question lors de la chasse au trésor que j’avais entreprise ce jour là, voir la fiche le Sablon sur le site de geocaching…) et le réservoir d’eau,
  • le malaxeur qui émiette le mélange et le transforme en boue,
  • les canaux de décantation avec les batardeaux qui ralentissent le courant permettant au sable deIMG_1686.JPG se déposer,
  • le bassin de décantation dans lequel se dépose les couches d’ocre successives,
  • des amoncellements de sable résiduels.

Après décantation et séchage, l’ocre était stocké sous forme de briquettes agencées en murets. Acheminé au moulin de Sainte-Croix ou à l’usine de Villes-sur-Auzon, il était alors broyé, stocké, transporté à l’usine d’Apt qui, après mélange et cuisson, fabriquait une gamme étendue de couleurs.Les moulins d’ocre de l’usine Lamy d’Apt ont été remontés dans leur configuration originale à l’usine Mathieu entre 1995 et 1998.
* Couleurs d’ocre (photographies de Rémy Quentin)
IMG_1688.JPGTout au long du sentier de découverte, des bornes explicatives vous guideront mais en acceptant de sortir du sentier tracé, en allant plus au nord, vous découvrirez des montagnes d’ocres aux couleurs qui rappellent celles du Colorado provençal (* voir la fiche Découverte du Colorado provençal dans ce blog). Certes les chemins sont plus étroits et plus risqués lorsqu’on escalade le sable mais se trouver au milieu de ces dunes colorées a quelque chose de dépaysant, coloré et joyeux, même si elles n’atteignent pas la hauteur de celles de Rustrel. Par contre, dès que vous atteindrez le champ, faites demi-tour sinon le propriétaire risque de vous signaler d’un air mécontent : « Il n’y a pas de chemin par là ». L’avantage de ce site est qu’il est beaucoup plus ombragé et moins connu des touristes, donc moins fréquenté. J’y ai rencontré un couple de grands-parents installés en bordure de chemin avec leur petit-fils qui s’affairait avec sa pelle et son seau à construire dans le sable. Comme quoi, pas besoin d’aller à la plage pour faire des chateaux !IMG_1636.JPG

Après l’abandon de l’exploitation, curieusement, le pin maritime – non, nous ne sommes pas en bord de mer – a pris possession du terrain. La forêt originelle consituée de chênes, commence à se reconstituer dans la partie Est du site. Dans la partie ouest, où sont déposés les résideux sableux, la forêt se reconstitue beaucoup plus lentement.

Les ocres sont connues depuis la plus haute antiquité et nos ancêtres s’en servaient pour l’ornementation de leurs cavernes. Toutefois, le début de l’exploitation de l’ocre se situe tardivement entre 1780-1785, lorsque Jean Etienne ASTIER, habitant à Roussillon, redécouvre les propriétés des terres jaunes et rouges de sa région et leurs pouvoirs inaltérables. Une nouvelle industrie est née qui fera, pendant des décennies la richesse de cette contrée du Vaucluse. Mais il faudra attendre la fin du XIXème siècle pour voir l’ocre exploitée industriellement.IMG_1691.JPG

Et si vous voulez rejoindre à pied le lac des Salettes depuis le Sablon (baignade, parcours dans les arbres, balades), ne faites-pas comme moi. Partie sans IMG_1695.JPGcarte au 25000ème, j’ai suivi globalement la direction nord et me suis trouvée piégée par le ravin des Sitos que l’on ne peut traverser : profond et impressionnant, envahi par la végétation (voyez-vous le fond de ce ravin sur la photo de droite ?…), il longe les champs cultivés mais n’offre aucun pont pour atteindre l’autre rive ! Le seul moyen est donc de le contourner par le nord ouest. Une fois au bord du plan d’eau, vous profiterez de la baignade et vous marcherez en forêt sur du sable blanc, étonnant non ?

bullet1.gif

Merci à Bobine84, geocacheur, d’avoir placé à cet endroit une cache qui m’a permis de découvrir dans le calme l’exploitation de l’ocre

©copyright randomania.fr