Le mur de la peste ou la malédiction du Grand-Saint-Antoine

Publié le Catégories ----- * Luberon 84, 84 Vaucluse, Geocaching et jeux, Rando familialeMots-clés
 

Cette expression de mur de la peste m’a d’abord questionnée : je ne comprenais pas du tout ce que c’était. Je suis donc allée voir sur place à Cabrières d’Avignon. Le chemin est balisé par des bornes représentant un mèdecin sous son costume le préservant du risque contagieux (Voir les vitrines puis la salle consacrées à la peste au Musée du Vieux-Marseille). Les récits historiques parlent de la Ligne, ce qui évoque plutôt un terme militaire ; c’est bien une guerre implacable que les autorités locales ont dû mener contre ce fléau à l’époque.

Le temps qu’il fait aujourd’hui à cet endroit :
Météo du jour, direction du vent et température ressentie

Le 25 mai 1720, un navire « Le Grand Saint-Antoine » arrive à Marseille, venant de l’Orient. Il apporte la peste qui tue la moitié des habitants de la ville, puis s’étend à l’intérieur de la Provence.

Le Royaume de France interdit alors tout passage et tout commerce entre le Dauphiné et le Comtat Venaissin.
En mars 1721, il est décidé… de retenir la peste avec une muraille de Bonnieux à Cabrières.

medium_img_0682.jpg

La ligne dans le paysage, Promenades géographiques dans les Monts de Vaucluse autour du Mur de la Peste, Denis Lacaille, Danièle Larcena

Il était prévu d’une hauteur de six pieds (1,95 m) et d’une largeur de deux pieds (0,65 m). Au début de la construction de la « muraille de la ligne », chaque communauté est tenue de fournir un certain nombre d’ouvriers qui doivent apporter leurs outils (marteau, cordeau, pelle, pic). Cinq cents habitants des villages environnnants sont réquisitionnés. Devant la lenteur d’avancement des travaux et le faible zèle des communautés à fournir des travailleurs, les autorités modifient l’organisation du chantier en mai : chaque village, en fonction de son importance, est chargé de l’édification d’une portion de l’ouvrage ; les ouvriers sont payés à la canne de muraille et non plus par jour.
medium_img_0678.jpgFin juillet, un millier de soldats comtadins (troupes royales de France et des troupes papales) surveillent la totalité de la muraille et du fossé enfin achevés. Mais, fin août, la peste se déclarant à Avignon, les troupes royales remplacent les troupes pontificales pour contrôler le passage du Comtat à la Provence et assurer la protection du pays d’Apt récemment débarrassé du fléau.

Certains ont-ils été tués pour avoir passé la Ligne ? le seul exemple que j’ai trouvé est à Saint-Chamas dans les Bouches-du-Rhône : « L’an que dessus et le vingt-neuvième de juillet est mort et fut enterré auprès du port André Belon, fusillé là pour avoir passé la ligne établie alors pour la sûreté du pays contre la contagion de la peste, en foi de quoi je me suis signé avec les témoins. » [SABATIER prêtre], site GeneProvence

medium_img_0685.jpgMéthamis, Vénasque ont été épargnés, la Roque et le Beaucet également. L’épidémie ne se termine vraiment qu’en janvier 1723, les actions de grâce se multiplient dans les villes et villages épargnés, le mur est abandonné.

Que reste-t-il des 40 guérites pour les sentinelles en faction, des 50 corps de garde, des 10 cabanes formées de deux bâtiments jumelés (abritant vraisemblablement, outre les hommes, le matériel et les provisions) et 20 enclos pour les entrepôts de vivres et le fourrage (chevaux et mulets qui acheminaient le ravitaillement et l’eau) ? quelques ruines dont on devine la fonction par la forme. L’association Pierres sèches en Vaucluse procède depuis un certain nombre d’années au nettoyage et à la reconstruction partielle des vestiges du Mur de la Peste.
Pour soigner la peste, un élixir célèbre « le vinaigre des 4 voleurs » était constitué de vinaigre blanc dans lequel étaient diluées diverses plantes. A l’époque, les gens étaient persuadés que la peste était une punition divine pour leur mauvaise conduite. Par panique, beaucoup de membres du clergé s’enfuiront, laissant les pestiférés mourir sans confession.
Deux plongeurs marseillais ont retrouvé en 1978 l’épave du Grand-Saint-Antoine dans une calanque de l’ile de Jarre, à 10m de profondeur. Il y avait été incendié en septembre 1720 sur ordre du Régent.

L’itinéraire simplifié (pas de fond de carte IGN)

La malédiction du Grand-Saint-Antoine, P. Mouton, Autres temps, 2001

La peste de 1720 à Marseille et en France, P. Gaffarel et Mle de Duranty, Paris, Perrin et Cie, 1911

bullet1.gif

Merci à Bobines84, geocacheur du Vaucluse (pour savoir ce qu’est un geoacacheur, voir l’article * chasse au trésor high tech dans ce blog), grâce à qui j’ai découvert cette petite randonnée très agréable

©copyright randomania.fr

 
Dernière modification le 20 Mai 2015

Retour en haut de page

2 réflexions au sujet de « Le mur de la peste ou la malédiction du Grand-Saint-Antoine »

  1. Merci pour ces jolies pages, je connais très bien ces chemins vauclusiens… il y a quelques cistes par là-bas, savez-vous ce qu’est une ciste ? une géocache sans gps ! d’autres belles promenades en perspective sur
    http://www.cistes.net

  2. de bons souvenirs de ce lieu, que j’ai parcouru l’année dernière et le lendemain nous avons suivi le chemin des aiguiers depuis St Saturnin les Apt avec un guide formidable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *