Parcours d’art contemporain dans la nature

Publié le Catégories ----- * Aix et Durance, 13 Bouches-du-Rhône, BaladeMots-clés
 

Journées Européennes du patrimoine : impossible pour moi de ne pas en profiter ; ma balade du week-end ? difficile aussi. Alors j’ai conjugué une petite marche et un parcours d’art contemporain dans la nature. Les avantages : pas de queue interminable devant un monument historique, la possibilité de me laisser surprendre par une oeuvre qui me fait rêver ou m’exaspère mais ne me laisse pas indifférente. Très récréatif en tous cas.

ARTEUM, Chateauneuf le Rouge

Exposition estivale dans le cadre de Marseille-Provence 2013, capitale Européenne de la Culture. Parcours Ulysses, co-production FRAC PACA.
Parc du Château ; l’accès se fait par la cour de l’Hôtel de Ville, ou par la grille d’accès au parc fermée aujourd’hui. Je suis passée par l’arrière du parc, pas entretenu : j’ai même failli glisser dans une montée argileuse.
C’est la création du collectif d’artistes Cabanon Vertical  traité comme un labyrinthe dans l’ancien jardin de buis à la Française qui m’a le plus surprise ; je m’y suis perdue avec plaisir (on ne peut pas se perdre vraiment…), découvrant une vue sur le château en haut d’un escalier de bois ou un petit morceau du Cengle entre deux arbres.
Les parpaings sur lesquels, côte à côte, sont exposées les photos des habitants d’ici et des résidents ailleurs ont plus une valeur symbolique qu’esthétique. Quant au container de bois qui déverse la terre qu’il contient, même s’il ne surprend pas trop dans cet espace naturel, j’avoue n’avoir pas trouvé que c’était de l’art (photo milieu de la 2è série).

Décryptage des œuvres sur culture13

Image de l’itinéraire 2km100 40mn

Exposition Peu à peu quoique aussitôt # 5, Trets

Domaine Château Grand Boise, 1536, chemin de Grisole, Trets
Exposition inscrite dans le parcours « Ulysses » initié par le FRAC PACA dans le cadre de Marseille-Provence 2013.
Pas facile à trouver : heureusement le domaine Grand Boise est bien fléché une fois que l’on se trouve sur le chemin de Grisole ; après être passée par le portail rappelant qu’il s’agit d’une propriété privée, j’ai grimpé sur plus d’un km pour trouver le parking d’accueil de la cave : il s’agit d’un domaine viticole. A partir de là, l’accès en voiture est fléché mais il était interdit pour raison de mariage. Je l’ai suivi quand même – JEDP oblige – jusqu’à un premier parking où se trouve l’installation audio-visuelle (fermée !) de Liselot Van Der Heijden ;  au vu de ses projets visibles sur son site liselot.info, ses œuvres m’auraient sûrement plu. A partir de là, j’ai fait le parcours à pied en suivant les flèches.
Alain Domagala et Liselot Van der Heijden ont pris en compte les transformations psychologiques provoquées par le temps. […] John Deneuve et Colin Champsaur explorent le procédé de la modification, dans la logique du compte à rebours […]. La première oeuvre (ci-contre) une roulotte dont le toit est un cercueil à l’envers : un voyage dont la fin est inéluctable.
Qu’y a-t-il dans ces 3 remises de jardin (photo 1 ci-dessous), toutes légèrement différentes, et fermées ? A partir de là, abandonner la piste principale pour tourner à gauche.
Petite variante hors circuit en montant davantage dans la forêt pour tenter de capter la chaîne de la Sainte-Victoire avec les vignes en avant-plan ; les nuages apportent le contraste que j’apprécie sur les photos.
Des petits cubes de terre vernissée (photo du milieu ci-dessous) viennent combler le mur écroulé : réflexion sur le temps lorsque la nature reprend ses droits.
Le robot rouge, visible de loin, termine le circuit : Nono le robot, personnage ludique représentant l’enfance et l’innocence. En face, une surprenante zone humide en pleine forêt.
Pour terminer le parcours, il me faut faire appel à un ouvrier. Trois lignes électrifiées ferment le domaine. A l’aide de son bâton de bois, il les abaisse suffisamment pour que je puisse passer par dessus.
Contact voyons voir
Site voyonsvoir

Exposition Peu à peu quoique aussitôt # 3, Saint-Marc Jaumegarde

Jardin des 5 sens et des formes premières, 220, chemin de Repentance à la forêt
Fin d’après-midi. N’ayant pas trouvé du premier coup ce jardin privé, très éloigné sur le chemin de Repentance étroit et tout en zigzag, je n’aurai pas la possibilité de le visiter. Les photos et textes sont donc issus d’internet.

Design et peintures dans un jardin remarquable. Au Jardin des cinq sens et des formes premières où Vaulot et Dyèvre transforment la nature en artifice en installant le long d’un circuit dans la pinède, des objets hybrides et composites à valeur d’usage. Claire Tabouret propose une variation sur le portrait à partir de la figure d’Isabelle Eberhardt, voyageuse et mystique en quête permanente de son Orient.

Denis Brun
Le jardin des cinq sens
Image de l’itinéraire 2km700 avec la variante 1h

©copyright randomania.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *