La boucle de Porchères à Saint-Michel l’Observatoire



IMG_6072.jpgIMG_6073.jpgDépart du lavoir de la Marceline à Saint-Michel, autrefois « Lavoir affecté aux maladies contagieuses » ; les lavandières des hospices avaient autrefois un emplacement réservé pour laver le linge des personnes atteintes de maladies contagieuses ou épidémiques (telles que dysenterie, choléra,…), généralement à l’extérieur du village. Dans le lavoir de 1908, au bout de la rue Saint-Pierre, était donc écrit « Défense de laver du linge des malades sous peine de procès verbal ». Les lavandières venaient-elles de l’hospice de Mane installé grâce à la famille Forbin-Janson en 1862 ?  IMG_6298.JPGDans le livre Histoire géographie et statistiques du département des Basses AlpesJ.J.M. FéraudDigne, 1861, l’auteur IMG_6297.JPGécrit qu’il existe à Mane un « hospice très bien renté, confié aux dames religieuses de Saint-Charles ». Elles pouvaient venir à pied par le chemin que nous allons prendre. Je n’ai pas connaissance d’un hospice de malades à Saint-Michel, seulement de l’hospitalité d’Ardène (hospitalité laïque créée en 1209 par Guillaume Chabaud), sans lien avec les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui offrait l’hospitalité aux pèlerins.

GC2E6KN Saint-Michel le vieux lavoir, estoublon

IMG_6076.jpgIMG_6077.jpgNous empruntons le chemin de Saint-Michel à Mane, qui entre rapidement dans les bois ressemblant à ceux de Forcalquier. Les nombreux chemins de traverse sont autant de risques de se perdre. Au loin, le moulin récemment restauré, trône fièrement sur sa colline. La carrière de la Roche Amère sur fond de ciel bleu nous apparait dans toute sa forme singulière. Quelque temps plus tard nous apercevons derrière les arbres un bout de mur : celui de la tour de Porchères, au milieu des badasses, « ces friches riches en « badasso », nom provençal donné à divers sous-arbrisseaux qui vont du thym à la dorycnie. Ces parcelles qui étaient encore cultivées au XIXè siècle, sont aujourd’hui livrées aux moutons, elles accueillent une végétation caractéristique […] : thym, sarriette, germandrée pouillot ou le fameux Badasson (Plantago Cynops) sensé guérir tous les maux des Hauts-Provençaux ». Extrait du site Mane en Provence, site officiel de la Commune de MANE et de la Communauté de Haute Provence.

IMG_6082.jpgIMG_6084.jpgCette tour est impressionnante par sa taille et romane par son style. Nous essayons de nous rendre jusqu’au bâtiment construit à côté de la tour mais il est complètement envahi par la végétation : d’après une carte postale de 1900, ce pourrait être une maison. Nous devons renoncer à son identification. Peut-être une maison de l’ancien village de Porchères abandonné au XVIIè siècle ? « Certainement bâtie au XIIIè siècle, au coeur d’une exploitation où vivaient plusieurs familles, elle constitua un des éléments de guet d’un dispositif, s’étendant de Céreste à Forcalquier ». Extrait du site Basses-Alpes

IMG_6085.jpgUn manuscrit de Léon de Berluc-Pérussis,[…], fait l’histoire de ce village de Porchères. […] En août 1631, ce village est décimé par la peste ; toutes les maisons sont abandonnées. Une première concentration de propriétés est faite par les Fàry, qui acquièrent six maisons en 1644 ; elles seront acquises par les Sébastiane en 1818 [d’où le nom du quartier San Sebastian]. Ce sont les Berluc qui finiront la réunion des biens en 1834. La tour sera dégagée par eux, les sous-étages et cloisons ôtés, et Léon de Berluc-Pérussis [l’un des moteurs du mouvement du Félibrige, mouvement destiné au XIXe siècle à promouvoir la langue provençale] la transformera en église, avant d’en faire son tombeau.  Extrait du site du diocèse de Digne

Berluc-Pérussis, site Basses-Alpes
La cache d’estoublon La tour de Porchères

Continuer la lecture de La boucle de Porchères à Saint-Michel l’Observatoire

©copyright randomania.fr

Le vallon du Saut et Canton à Chateauneuf les Martigues



IMG_6010.JPGplan_du_vallon_saut orienté saut (extrait du site cote.bleue.com.free)Pas évident du tout ! et pourtant j’avais à la main le livre Le Rando Malin : La Provence des calanques au Luberon, Claudine Francini, mémoires millénaires éditions, 2010. Je n’ai jamais trouvé le parking nommé Vallon du Saut, vallon qui n’est connu que de ceux qui font de l’escalade (voir topo sur le site http://cote.bleue.com.free.fr/topos/Topo-Chateauneuf.pdf) ou des archéologues ; le panneau du conseil général parle de Canton et signale le vallon de Valtrède récemment balisé. La photo du livre est apparemment extraite du site de l’office du tourisme. Pas de plan, uniquement une description pour se rendre au parking depuis Chateauneuf les Martigues. Récupérer la description à l’office du tourisme est donc plus prudent. Je me demande donc si l’auteure du livre  s’est vraiment rendue sur place…

Le fortin du Saut, site perché datant de 2500-1800 avant J.C. n’étant pas accessible, son intérêt est évidemment fort réduit, à moins que vous n’arriviez à concilier cette balade avec celle du musée de Castrum Vetus où se trouve le mobilier trouvé sur place. Musée du castrum Vetus. Par exemple en été, balade le dimanche matin (s’il n’y a pas d’interdiction de circuler ce jour là !) et visite du musée l’après-midi.

LE SAUT… On trouve trace du vallon du saut (orthographié Sault) dans la transaction de 1763 entre la dame Marie Anne de Seytres, Marquise de Thézan, et les communautés de Châteauneuf. […] il y est question du droit de couper les arbres dans le cantonnement1 de la Roque Redoune pour les habitants possédant biens.

IMG_6019.JPGIMG_6018.JPGDu haut du plateau, près d’un à pic au lieu-dit le Debaussadou2, on jetait les troncs d’arbres dans le bas du vallon, à l’endroit du figuier, d’où ils étaient chargés sur des charrettes. C’est peut-être l’origine de la dénomination ‘vallon du saut’. Sur la carte IGN, depuis le plateau où j’ai pu voir une poule faisane peu farouche, et un oisillon apeuré, figure encore en pointillés un sentier qui pourrait être celui menant au debaussadou mais qui est aujourd’hui complètement envahi par la végétation. Une porte en bois délabrée, une cabane de chasseurs, sont les seuls vestiges d’un lieu autrefois occupé par les forestiers, aujourd’hui lieu de passage d’oiseaux migrateurs. Au loin, en s’approchant de la falaise, celle de la Font aux pigeons.
Continuer la lecture de Le vallon du Saut et Canton à Chateauneuf les Martigues

©copyright randomania.fr

La crête de Lure en passant par le cairn 2000



IMG_0334.jpgNous réitérons sur une grande partie du parcours que nous avions parcouru en mai 2009… sous la neige (voir la crête de Lure jusqu’au cairn 2000). La particularité de cette crête c’est qu’à plusieurs endroits, le panorama est à 360° d’un côté sur le Jabron, de l’autre sur la Durance : on devine même les pénitents des Mées.
Mes acolytes commencent, bien sûr, par la toute nouvelle cache MONTAGNE DE LURE. PANORAMA A DEGRES placée par thierry9076 au pas de la Graille, col qui relie l’adret à l’ubac de la montagne. Les deux faces de la montagne sont fortement contrastées : l’ubac descend abruptement vers le Jabron tandis que l’adret s’étend en pentes douces avec pelouses exposées au vent et forêts. La montagne de Lure, site paca écologie.

IMG_0349.jpg

Par le GR6, nous longeons la crête jusqu’au cairn 2000, monument de pierre sèche élevé en l’honneur des randonneurs. Nous recherchons la pierre ‘Geocacheurs de Provence’ que nous avions laissée l’an dernier mais elle n’y est plus ; d’autres  posées au sol ou coincées entre deux pierres, l’ont remplacée : un morceau de mosaïque, une pierre peinte de couleurs vives, un message écrit sur la pierre, un collage de pierres volcaniques, une casquette oubliée, etc. Ceux qui viennent jusqu’ici ont manifestement prévu de déposer leur pierre à l’édifice.

GC2EMJX Le Cairn 2000 (la centième) par estoublon

IMG_0366.jpgNous traversons un pierrer très blanc « en assiettes cassées » qui sonnent clair sous les pas. Des petites constructions de pierre sèche ponctuellement jalonnent le sentier. Sur la crête, face à la vallée du Vançon et au bois de la Fayée, nous prenons notre pique-nique. Ti’Mars… improvise une table en empruntant aux petites coccinelles (6 ou 7 points sur les élytres, pas de tache blanche sur la tête) une pierre plate sous laquelle elles étaient nichées bien à l’abri. Service régional de l’alimentation de Normandie.

Sa morphologie est stable et n’évolue plus : le nombre de points est prédéterminé à la sortie de l’oeuf. Ils nous servent bien souvent à identifier les différentes espèces de coccinelles

Nous essayons d’identifier les villages (oui, là bas, c’est bien Sisteron), la crête étroite à l’est qui s’enroule autour d’un vaste cirque. Progressivement nous descendons par le pas de la Croix sans aller jusqu’au pas de Richaud : il faudra bien remonter car estoublon a quelques nouvelles caches à placer.

Panoramique depuis la crête de la montagne de Lure (auteur : Ti'Mars...)

Au retour, Ti’Mars… tente de remettre en place le panneau du conseil général tombé au sol ; nous passons à côté d’une prairie aux taches qui brillent au soleil : ce sont des chardons argentés. Nous arrêtons au GC2EMFD Signal de Lure par estoublon ; randonneurs, VTTistes ou simples promeneurs, grimpent tous là haut près des antennes. Un arrêt à la fenêtre de la montagne de Lure provoque un attroupement similaire. GC2EMN0 Montagne de Lure : la fenêtre, estoublon. Non loin de la station de ski, il reste à trouver GC2CMJY MONTAGNE DE LURE. ETOILES, CIEL PUR ET RANDONNEES par thierry9076.

IMG_0356-300x225.jpgIMG_0361.jpgIMG_0363.jpg

En redescendant vers Saint-Etienne les Orgues, nous nous arrêtons à l’église Notre Dame de Lure. Devant l’ermitage, des panneaux solaires ont été installés dans le jardin largement fleuri et cultivé. Sur le parvis, autrefois parlaient les invités et les membres de la communauté à l’ombre des tilleuls centenaires. J’entre dans l’espace d’accueil des hôtes où sont exposés l’histoire de l’abbaye et les travaux en cours.  Puis je traverse l’espace des frères convers qui entraient par une petite porte sur la droite. Après le choeur des moines, c’est le transept, lieu de passage. De chaque côté, près de la statue de Saint-Eutrope et Saint-Benoit étaient célébrées les messes privées. Je remarque les fresques peintes au XIXè qui ne m’avaient pas frappée lors de ma première visite. Impossible ensuite de rater la cache de la Montagne de Lure : abbaye Notre Dame de Lure, par Serge Robert, qui donnera un peu de fil à retordre à Ti’Mars… et estoublon.

IMG_5992.JPGIMG_6008.JPGIMG_5990.JPG

La crête de Lure Pas de la Graille, 8km300 A/R, 2h40 dépl. 155m de dénivelée. La randonnée la plus longue partirait de la station de ski pour rejoindre le village de Peipin. Mais réservée aux sportifs.

©copyright randomania.fr