* La source Mirail par le ravin de Bramadou et le hameau de Fontjoyeuse


Je reprends la rando après une longue période d’interruption : en effet, plusieurs semaines m’ont été nécessaires pour déménager en passant de 78m2 à 60, et retrouver un accès téléphone / internet pour reprendre mes activités.

C’est avec plaisir que je retrouve Majo, Domi, Claude, des habitués d’OVS, et notre guide Yves Provence. Le circuit proposé est différent de celui que j’ai présenté dans La source Mirail et la bastide du bois avec de courtes parties communes (au nord, entre la bastide du Bois et  Girard et vers la source Mirail) mais sur le reste du parcours, il est plus aventureux (passage dans le ravin de Bramadou) et plus intéressant. Attention ! l’IGN nomme deux endroits différents du même toponyme : ravin de Bramadou ; il s’agit probablement d’une erreur ; en me basant sur la thèse de Vincent Ollivier qui cite le ravin de Bramadou comme une branche du vallon de Mirail, j’ai donc choisi de rebaptiser l’autre : ravin des Hermitans, celui par lequel nous avons commencé la randonnée. Dernière précision : nous nous sommes rendus à Fontjoyeuse en voiture après la balade mais il était possible par une variante à peine plus longue (+700m) d’inclure ce hameau à partir du lieu-dit la Sarrière.

Peypin a eu deux villages successifs : le plus ancien, aujourd’hui ruiné, au lieu-dit le Castelas, l’actuel fondé en 1506 en même temps que les écarts de Fonzillouse, Notre-Done [ndlr : noté Nostredone sur la carte de Cassini, 1776] et les Roux.
Son développement lent, a été contrarié par l’expédition de 1545 contre les Vaudois du Luberon. Elizabeth Sauze.

Conteneur de cartouches de chasseNous sommes prévenus : ça va monter de façon continue. Sentier étroit qui sinue ou semble se perdre dans les bois de chênes. Les coups de fusil crépitent ; sur le chemin des Exibières, nous trouvons même un conteneur dans lequel les chasseurs sont supposés déposer leurs cartouches. L’une d’entre nous les recyclera en geocache ! VignesNous longeons les vignes, culture classique du Luberon ; Ravin des HermitansPiste à mi hauteur du Luberonnous suivons de près le ruisseau puis nous en éloignons tout en restant dans le ravin des Hermitans qui porte des signes de ravinement ; dans la brume, alors que nous avons rejoint une vraie piste à presque 700m d’altitude, aucun sommet ne sera reconnaissable dans la brume.

Bastide du boisLes ruines de la Bastide du Bois, mélange de vestiges anciens et tentatives de reconstructions, n’ont pas beaucoup changé depuis ma dernière visite. La piste large et dégagée se maintient autour de 700m d’altitude. chiens de chasse qui attendent leur maitreLes chasseurs y circulent avec leur 4×4, cherchant un endroit pour déjeuner. Ils s’installeront en bordure de route, après avoir enfermé leurs chiens qui attendent sagement dans leur cage. Près d’une belle et improbable pelouse d’altitude, nous nous arrêterons sous les pins pour le repas ; le rhum arrangé aux figues d’Yves ne parviendra pas à compenser l’humidité et le froid qui nous obligeront à repartir rapidement.

C’est là que l’aventure commence, dans le ravin de Bramadou, d’abord juste quelques ravinements crayeux blancs à gauche, et un sol légèrement caillouteux. Si on s’approche du bord, on se rend compte que seules quelques racines de pins maintiennent encore en place le bord du sentier qui s’écroulera tôt ou tard. Bientôt le sable gris sous nos pas nous entraîne dans la descente : le rythme ralentit par peur de glisser. De chaque côté, un ravin profond marneux aux pentes dénudées, et entre les deux, un maigre sentier qu’il nous faut prudemment emprunter pour continuer notre chemin. Sous nos pas parfois, des plaques de calcaires. Un petit arrêt pour observer la profondeur du ravinement donne des frissons. Majo a raison : ce paysage détritique ressemble à celui que nous avions vu aux Mées (04).

Continuer la lecture de * La source Mirail par le ravin de Bramadou et le hameau de Fontjoyeuse

Rognes : 4ème randonnée de la courge, 2015


Fête de la courge à Rognes : un marché, un concours de la courge la plus lourde et une marche populaire. Voilà de quoi passer une bonne journée.

Poste 1, départ, office du tourisme :
Le plan google map que nous remet l’office du tourisme est vraiment sommaire ; pas de points de repère hormis les postes de ravitaillement : le collège, les routes traversées telle la D66D, le nom des chemins,  les lieux-dits tels Grand Saint-Paul, Bonisson ne figurent pas sur la carte ; les centres d’intérêt non plus : la ferme de Pataconit, les points de vue, la chapelle Saint-Marcellin ; heureusement, le balisage par rubalise rouge-blanc est bon et nous ne raterons rien.

Majo et moi sommes sur place dès 9h30 le matin ; le parking à l’entrée du village, près de la chapelle saint-Denis, commence à se remplir et sert de point de repère à d’autres groupes de randonneurs.

La quête d’Ariane (2/3) : Rognes, mokmok

Une collection de courgesCombien pèse-t-elle ?Déjà beaucoup de monde sur le marché ; les courges rivalisent de couleurs, de poids, et même d’esthétique ou d’originalité. Je cherche Jean Chiron de Miramas, dont la femme prépare des confitures à partir des fruits de leurs vergers ; je les aime beaucoup parce que je sens plus le goût des fruits que celui du sucre et c’est par 9 pots que je les achète. Je les récupérerai après la rando.

Photos colorées représentatives de cette 14è fête de la courge par une blogueuse culinaire

Champ de vignes Saint-PaulinOratoire du côté de BonissonNous circulons dans les vignes cultivées depuis l’époque romaine comme en ont témoigné deux statues de Bacchus et Priape, dieux du vin et des jardins trouvées à Tournefort (sud est de Rognes). Après l’oratoire, la propriété Bonisson.

Le vignoble représente une superficie de 300 hectares. Environ 15000 hectolitres de vin sont produits chaque année par la cave de Rognes dont 9000 en A.O.C. coteaux d’Aix en Provence et 6000 en Vins de Pays.

Puits au Grand Saint-PaulRoute des MauvaresToujours des vignes quand nous obliquons sur le chemin de Saint-Paulin ; au Grand-Saint-Paul, une petite source a été captée à grands frais et alimentait les abreuvoirs au bord du chemin. Regardez l’importance de son puits ! l’ancienne villa romaine, détruite par les Sarrazins, a fait place à une belle bastide.

Poste de ravitaillement 2, D18 : des fruits frais et du fromage de chèvre de la ferme Brégalon nous sont offerts mais les gâteaux payants, proposés par des jeunes qui récoltent des fonds pour financer un voyage d’études, provoqueront un peu de confusion car disposés sur la même table et mal annoncés.

Ferme de Brégalon : Hugues et Christine Girard vous accueillent tous les après-midi de 15h à 19h (heure de la traite) de février à novembre, pour vous faire découvrir […] des fromages fermiers pur chèvre au lait cru selon des méthodes artisanales. (fermé le dimanche). Tél : 04 42 50 14 32.

Le collège des Garrigues rappelle des souvenirs à Majo : elle avait occasion d’y travailler il y a quelques années. La piste s’enfonce maintenant dans les garrigues. Beaucoup moins d’habitations dans la forêt de Rognes.

Nous reprenons notre route jusqu’à la ferme de Pataconit, immense bâtisse qui manifestement a fait l’objet d’agrandissements au cours des années. Nom bizarre qui me fait penser à la Patagonie, région géographique dans le cône Sud de l’Amérique du Sud ; la Patagonie comprend donc principalement le Sud de l’Argentine et le Sud du Chili. Je m’attends donc à des noms propres à consonance espagnole et, curieusement, le propriétaire de la ferme en 1838 s’appelle Rias Louis ; il possède terre, broussailles, pâture, mais son habitation est déjà vacante. Nous en faisons le tour, admirant les caves voûtées et le réservoir creusé dans la roche.

Continuer la lecture de Rognes : 4ème randonnée de la courge, 2015

Saint-Cannat : la Doudonne


Cette balade fait partie de celles que je réserve lorsque le temps est incertain. Balisée de jaune, elle ne présente pas de difficultés ; vous pourrez stationner sur le parking du stade, avenue Victor Hugo. Je l’ai parcourue en sens inverse de celui décrit dans le Toporando CG13 la Doudonne.
J’ai commencé par la visite de Saint-Cannat, pour être certaine d’y consacrer du temps ; partez à la recherche des nombreuses fontaines proches l’une de l’autre : fontaine seigneuriale Notre-Dame et ses sujets cracheurs féminins, la fontaine du Portalet, la fontaine de l’amandier située à l’ancien relais de poste, celle de la place antique et celle du château. Vous ne pourrez pas rater non plus la statue du bedonnant bailli de Suffren et le monument aux morts.

VignesChemin de terreLe chemin du Val Dernier longe les vignes ; sur le chemin des Fourches, je croise un cheval dans son enclos puis la piste devient chemin de terre ; de belles propriétés à faire envie et toujours beaucoup de vignes, la campagne saint-cannadéenne étant un terroir de tradition viticole. C’est d’ailleurs dans un restaurant parisien que j’ai découvert pour la première fois le coteau d’Aix-en-Provence de la commanderie de Bargemone.
Jusqu’à cet endroit, le parcours interurbain ressemble à celui du GR2013.

fontaine Doudonne - lesdanjean.blogspot.frA l’annonce du parcours de santé de la Doudonne, vous pourrez faire un petit détour jusqu’à la fontaine de Doudonne, parfois citée en Doudoune. Elle se cache dans une grotte bien protégée par une grille mais non annoncée par un panneau. Ce nom serait-il lié à celui de Doudon, ancienne famille noble originaire d’Arles ? la Doudonne serait-elle la femme de M. Doudon, à l’image des Granettes qui évoquent le lieu où logeaient les sœurs de François Marius Granet (peintre aixois né en 1775 ayant une bastide dans le hameau des Granettes) ? je n’ai trouvé aucun document sur cette fontaine figurant déjà sur la carte d’état-major du XIXè.

Continuer la lecture de Saint-Cannat : la Doudonne