Eguilles : balade dans les collines

Ciel nuageux, risque de pluie + fatigue = balade courte et proche de chez moi. C’est ainsi que je me suis retrouvée dans les collines d’Eguilles. Je connaissais la partie du parcours jusqu’aux bories d’Eguilles.

Vue sur la ligne TGV au loin depuis la mairieChemin des GrapponsPartie du parking Georges Duby – celui de la poste était plein – je rejoins le chemin des Grappons en balcon sur la plaine de l’Arc. Je traverse la RD18, passe devant le stade : pendant un long moment, ce sera une route macadamisée bordée de belles villas ; progressivement on entre dans la pinède. Le chemin aboutit à la très vaste oliveraie du domaine de Saint- Martin, l’une des nombreuses dépendances de l’Abbaye St-Victor de Marseille, au XIe siècle.
Cabane en pierre sèche ou "borie"La couverture du toit vue de l'intérieurLa boucle pour découvrir les deux cabanes de pierre sèche, vaut le détour : elles sont restaurées et l’environnement a été nettoyé. L’une d’elle pouvait se fermer par une porte en bois. L’autre a un linteau monolithique et surtout, plus rare, une voûte en carène inversé se terminant par des pierres plates.

La voie de transhumanceBorne de transhumanceA l’endroit le plus proche de la voie Aurélienne, un sentier étroit et raviné grimpe à angle droit dans les bois : c’est la voie de transhumance des bergers de la Crau. [Les bergers] suivaient l’ancienne voie Aurélienne jusqu’à Eguilles. Une draille contournait Aix-en-Provence par le nord puis passait à travers bois, sur les flancs du Grand Sambuc, au nord de Saint-Marc et de Vauvenargues. Les troupeaux gagnaient ensuite Rians, Quinson, Riez, Puimoisson, Mezel, Digne, La Javie et Seyne. P. Arbos, La vie pastorale dans les Alpes françaises, Armand Colin, 1922.
Eguilles voie transhumance 1823En observant le cadastre napoléonien de 1825, la draille y figure encore avec ses petits rectangles de chaque côté représentant les bornes. On la suit vers l’ouest jusqu’à la frontière avec Lançon en passant au niveau de la bastide du Loup mais elle est interrompue désormais, notamment par la ligne TGV.

Les drailles étaient bornées de pierres plantées par couples, de part et d’autre, tous les quatre ou cinq cent mètres, des tas de pierres délimitant le tracé afin que les troupeaux puissent également les emprunter de nuit.
Ces routes étaient des voies publiques donc inaliénables. Elles étaient entretenues à l’aide des redevances versées aux communes par les capitalistes, les propriétaires des troupeaux arlésiens.Les chemins n’étaient en effet utilisés que deux mois par an, un mois à l’automne et un mois au printemps. Les riverains n’hésitaient pas, entre temps, à les empiéter. Cela donna lieu à de multiples affrontements, que des réglementations ponctuelles ne parvenaient pas à éviter. Les transhumants, lassés d’une lutte sans fin et sans résultat, abandonnèrent dans le courant du XIXe siècle ces routes traditionnelles pour emprunter celles de la vallée.
P. Fabre, Hommes de la Crau, des coussouls aux alpages, Cheminements Ed., 1997.

Continuer la lecture

Publié dans * 13 Bouches-du-Rhône, ----- * Aix et Durance, Rando familiale - promenade | Marqué avec , | Un commentaire

La croix de Pourcieux et Roquefeuil

La Croix de Pourcieux, modeste mais qui se mérite tout de même : que de la montée ! je me gare près de l’aire de pique-nique par la piste fortement dégradée avec de belles ornières qui ont de quoi abîmer les amortisseurs.

Un sentier bien dégradéUne source, plutôt inattendueEn haut de la colline : un petit point, la croixDès que la piste quitte la route principale, le sentier prend des allures de ravin. Pas plus grande qu’un tiret, la croix se détache sur fond de ciel bleu ; le circuit contourne la colline, passe devant une source inattendue puis atteint l’autre face de la colline, côté sud, mais toujours en montant ; non loin du croisement avec la piste des contrebandiers, une citerne sera le point de repère.

La citerne, point de repère du sentier qui mène à la croixLa croix de Pourcieux face à la Sainte-Victoire (712m)Côté colline, un sentier plus étroit part à l’assaut des hauteurs en zigzaguant et en montant dans un sous-bois ; je crois être arrivée mais il tourne encore ; ce n’est qu’à la dernière minute que la croix se dévoile enfin, deux morceaux de bois taillés, soutenus par une barre métallique sans doute pour résister au vent. Attention aux enfants, nous sommes au bord du précipice ! Le point de vue vaut la peine : la chaîne de la Sainte-Victoire tout entière, les Alpes au loin, le village de Pourcieux à vos pieds. Je m’assois quelques instants sur un rocher pour profiter de la tranquillité du lieu.
GC1197E Deux morceaux de bois, VarVincent.

Panoramique depuis la croix de Pourcieux

Le sentier à peine visible qui mène au castrumDans la descente, je croise deux VTT ; l’un d’eux a mis pied à terre et souffle fort. Puis ce sont cinq gros chiens qui s’approchent de moi en aboyant. Seul leur maître, derrière, parviendra à les calmer. Un mur du castrumJe retrouve la piste des contrebandiers qui mène à Roquefeuil (Roquefeuille aujourd’hui), ancien fief partagé entre Pourcieux, Trets et Pourrières qui a toujours appartenu à une branche de la maison d’Agoult, seigneurs d’Ollières. Je souhaite revoir le castrum que j’avais découvert grâce à Serge Robert lors d’une partie de geocaching GCY3YM Roquefeuille – Ruins medieval castle. De loin, je repère un mur en ruine.

Mur d'enceinte du castrum de RoquefeuilSalle voûtée du castrum de RoquefeuilMur en ruine et vue depuis le castrumAu carrefour avec le sentier bleu, un timide sentier de terre parfois glissant, mène rapidement au sommet du rocher ; je tombe rapidement sur le mur d’enceinte, sur une pièce voûtée et quelques vestiges de mur du castrum. Inutile de vous dire que cet habitat en hauteur et difficilement accessible, a été rapidement abandonné pour se déplacer en contre-bas. Du haut du rocher, face au village de Roquefeuil, on ne voit rien des ruines du Jas de Roquefeuil, ni celles de la verrerie qui a fonctionné du XIVè au XVIIIè, ni celle de l’église paroissiale Saint-Barthélémy. Il va falloir aller sur place.

Continuer la lecture

Publié dans * 83 Var, Geocaching et jeux, Rando familiale - promenade, Rando sportive | Marqué avec , , | Un commentaire

Les gorges de la petite Sainte-Baume

Les gorges de la petite Sainte-Baume : un nom évocateur du grand massif provençal qui m’a fait rêver… Pour un jour de grand vent, le parcours, qui se fait essentiellement en sous-bois, est idéal. Je rejoins donc Roquefort la Bédoule dont j’ai découvert récemment le vieux village et la chapelle romane Saint-André.

Petit Rouvière : départ du sentierPeu de places pour se garer sur la route D41d en impasse, au petit Rouvière1 : le petit parking est occupé par des containers ; je trouve une place à côté du portail de la propriété privée en face mais pour ceux qui arriveront l’après-midi, ce sera plutôt galère. Pas de balisage pour cette randonnée (carte IGN 3245 ET Aubagne La Ciotat massif de la Sainte-Baume) : mieux vaut donc avoir un bon sens de l’orientation, surtout au niveau des ‘gorges’. La description page 123, du guide de Jean Reynaud, 52 balades en famille autour d’Aix-en-Provence, Editions Didier Richard, 2001, m’aidera sans m’assurer totalement l’absence d’erreurs.

Sous-bois (début de la balade)

Bois fraîchement coupé

Bois fraîchement coupé

Long parcours en sous-bois de pins d’Alep, chênes blancs et chênes verts, en surplomb des vignes ; je suis bien à l’abri du vent ; une odeur de bois fraîchement coupé me prend aux narines : cet arbre en travers de la piste, a été coupé et laissé sur place, tout simplement, pour laisser le passage ; sur la gauche, les villas de Petit Rouvière ; les VTT et les chiens sont déjà de sortie.

Réservoir naturel en haut de la piste forestière

Réservoir naturel en haut de la piste forestière

Iris

iris

Au bout de cette longueur, une grande piste croise mon sentier ; avant de tourner à gauche, en prolongeant de quelques pas à droite, vous trouverez ce bassin d’eau naturel. Je débouche finalement sur un grand plateau dégagé avec quelques iris en fleurs.

Les vignes du Grand Rouvière

Vignes Grand Rouvière

La piste continue, bordée des deux côtés par des propriétés privées ; gare au garde assermenté de celle de droite ! A la borne jaune repérant une canalisation de gaz, j’hésite à tourner à gauche : un panneau, presque menaçant, indique clairement que c’est une propriété privée. Je l’emprunte cependant, arrête un coureur qui prend le temps de me repérer sur la pseudo carte du guide, puis me confirme que je peux continuer surtout sans atteindre ou traverser les vignes, les propriétaires n’aiment pas ça.

Sentier dégradé qui remonte vers les gorges

Repérage du sentier menant aux gorges

Sentier vers les gorges

Lorsque, en contrebas, j’aperçois les toits rouges du Grand Rouvière, je sais que je dois guetter l’entrée du sentier sur la gauche (non balisé) ; face à moi, un grand rocher en ligne de mire ; le sentier surplombe la grande propriété sur plusieurs centaines de mètres, descend presque au niveau des vignes, puis remonte raide vers les ‘gorges’ par un chemin fortement raviné et dégradé.

 

Un rocher imposant

Un rocher imposant

Chaos rocheux

Chaos rocheux

Le sous-bois s’assombrit. Quelques rochers sont tombés mais le plus imposant me nargue de toute sa hauteur. Le cheminement est un peu inconfortable mais clair. A un croisement de mini-sentiers, vous aurez le choix entre l’option courte (à droite) ou mon option (à gauche) qui grimpe encore. Rapidement, je sors de ces ‘gorges’ qui, géologiquement n’en sont pas, et débouche sur une RDF.

Continuer la lecture

Publié dans * 13 Bouches-du-Rhône, ----- * Marseille et environs 13, Geocaching et jeux, Rando familiale - promenade | 2 commentaires